Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Alien Trilogy

FPS

Alien Trilogy

Après Doom, beaucoup se sont précipités pour sauter dans le train en marche, en commercialisant des jeux sans originalité particulière et qu'on a appelé assez justement les "Doom-like". Alien Trilogy en est un exemple tout à fait bien choisi...

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Alien Trilogy

FPS / Survival Horror

Windows (version automatisée)
Mac / Linux / Unix version Dos sous DosBox

**


Ce que j'en pense ?

Je vois deux intérêts à ce jeu. Premièrement il est totalement abandonware. On peut donc y jouer librement et gratuitement. Sorti en 1996, il était déjà techniquement très dépassé (à comparer avec Duke Nukem 3D ou Quake, sortis la même année). Mais c'est tout de même un peu meilleur que Doom. La résolution d'écran est encore faible et les lignes affichent des marches d'escalier bien visibles, mais le scintillement très désagréable de Doom nous est au moins épargné. Le gameplay est très proche de celui du grand ancien, et donc la jouabilité est correcte, malgré quelques petits défauts.

Deuxièmement, l'univers du jeu est celui des trois premiers films de la série des Alien. Vous serez d'ailleurs amené à incarner Ellen Ripley dans trois environnements fortement inspiré chacun de l'un des trois films. Ces décors sont très réussis, c'est le point fort du jeu. On reconnaîtra également les monstres, sous leurs diverses formes. Ceux-ci sont par contre des sprites 2D de faible résolution et animés de peu d'images.
Bref, pour les aficionados, forcément de plus de 45 ans, c'est une invitation à un sympathique back to the futur.

Maintenant, il est certain que ce jeu n'a pas fait date et qu'il y a des tas de bonnes raisons pour ça. C'était du travail de commande, techniquement bâclé, sans grand intérêt sur le plan du concept ludique et qui se contentait de surfer mollement sur la vague du FPS. Ici, pas d'énigme à découvrir. Pour progresser dans le jeu, il faut arriver jusqu'à l'ascenseur qui va vous conduire à un autre niveau, ce qui se produit quand vous avez réussi à ouvrir toutes les portes et à tuer les monstres qui vous barraient le passage.

Finalement, l'intérêt du jeu réside en grande partie dans la recherche des mécanismes qui commandent les portes. Bref, plus de 3 ans après Doom, Alien Trilogy n'a pas apporté même un soupçon de nouveauté.


Téléchargement et installation

Vous pourrez trouver le jeu sur cette page du site Abandonware France. Ainsi que le manuel en français.
Alien Trilogy est un jeu Dos. Vous devez utiliser un émulateur pour jouer. Pas de problème si vous avez un PC et Windows. Il vous suffira de télécharger sur la page la version "Automatique", qui fait démarrer  le jeu à travers l'émulateur DosBox. Le programme est un exécutable qui se lance et s'installe comme un programme Windows.
Par contre, grâce à DosBox, vous pouvez jouer à Alien Trilogy, même avec un PC Linux, ou un Mac. Ou tout autre système qui accepte DosBox. Dans ce cas toutefois il vous faudra télécharger la version CD. Reportez vous à la page sur DosBox.



Jouer

Le but dans chacun des trois épisodes est de dégoter la reine qui fait office, à trois reprises, de boss de fin de niveau. Tuer la reine met fin à la ponte des œufs. Faites exploser les caisses, qui contiennent souvent des munitions ou de quoi restaurer vos points de vie, et économiser au maximum les cartouches du fusil de chasse. C'est l'arme de base, beaucoup plus efficace que le pistolet. Il faut 3 coups bien ajustés pour tuer un alien adulte mais au moins une douzaine de balles de pistolet.
Servez vous de votre carte (touche Tabulation) pour vous orienter.
Je n'entrerai pas davantage dans le détail, surtout que le jeu est francisé et que je vous ai trouvé de plus le manuel en français (voir plus haut).

Note :
**

Rob Robinson, avril 2015





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();