Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Death Illustrated

FPS

Death Illustrated

C'est en fouillant des CD vieux d'une quinzaine d'années que je suis tombé sur ce Death Illustrated, un FPS utilisant le moteur de Cube. J'ai été vraiment surpris car j'ai rédigé tout un dossier sur la lignée des jeux "cube" et je suis passé totalement à côté de celui-ci, qui méritait pourtant notre attention. Il est vrai, à ma décharge, qu'on ne trouve pratiquement rien concernant ce jeu sur Internet.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Death Illustrated

FPS

Toutes versions de Windows et Linux

***


Ce que j'en pense ?


Death Illustrated est une conversion presque totale de Cube. Il reprend bien sûr son moteur physique, la première version du cube engine, primitif mais dont les auteurs (QuiltBrain Entertainment) ont su tirer un très bon partie.  A part quelques rares éléments graphiques et les sons de Cube (repris sur Sauerbraten), tout le reste a été renouvelé. Mais alors que le jeu Cube est un objet mort, totalement dépassé, Death Illustrated reste agréable et jouable. Son principal atout est un mode campagne qui comprend six grandes aventures scénarisées jouables en solo, comme on en trouvera plus tard dans Sauerbraten (Cube 2). Très bien conçues, vastes, dotées chacune d'une grand nombre de cartes avec des décors de styles très différents les uns des autres, ces campagnes sont une vraie réussite.

Le look black and white, la musique metal et le parti-pris gothique sont datés et ne plairont pas à tous le monde mais je trouve personnellement l'ensemble très réussi.
La dernière qualité remarquable de Death Illustrated est un très bel enrobage général. L'interface est soignée et bien conçue, avec des menus simples et fonctionnels. On croirait un jeu du commerce !
Peut-être devrais-je dire un mot de la musique du jeu ? Les six morceaux de musique finiront par vous sembler répétitifs mais, dans le genre heavy, ils sont plutôt très bons.


Téléchargement et installation

Initialement Death Illustrated existait en deux versions  : Windows et Linux. Malheureusement, si le site officiel du jeu existe toujours, il ne propose plus les fichiers à télécharger. Il y a quelques temps on trouvait encore le jeu pour Windows sur Caïman. Mais celui-ci a rendu l'âme. Et il a finit par disparaitre du iste Demo news. Du coup, il ne me reste plus qu'à vous le proposer directement depuis Robinson jeux gratuits. Heureusement, il n'est pas très gros !

Télécharger le jeu ?

Paramétrage

Avant de jouer, je vous conseille de revoir quelques réglages. La plupart des paramètres sont regroupés dans le menu Configure :

Controls : choisissez vos touches et la sensibilité de la soucis

Vidéo : réglez la résolution d'écran puis modifiez les paramètres graphiques. Je vous conseille de mettre tout au maximum. Votre système devrait pouvoir suivre, à moins que ce ne soit un très vieil ordinateur. Voyons tout en détails :
Gamma Settings : paramètre classique pour faire entrer plus ou moins de lumière. 80 est une bonne valeur, laissant une partie des décors dans l'ombre.
Field of view : permet de régler votre champ de vision. Le plus large (120) est le mieux.
Level of detail : mettez au maxi
Lights shadows : lumières et ombres dynamiques. Mettez au maxi.

More Settings vous permet d'acéder à quelques options supplémentaires.
Maximum roll : ce paramètre vous permez de régler l'inclinaison de votre corps quand vous tournez.
Light error : réglez ce paramètre à 1 (mini) pour avoir la meilleur qualité de lumière
Skill geometry : ce paramètre n'a pas d'effet
Max particules : effet de particules. Mettre à fond.
Overlight lightning : un autre paramètre permettant de jouer avec la quantité de lumière. Le réglage par défaut (4) est bon. Gardez-le.

Audio, Custom et DeathBall : pas grand grand chose d'intéressant à dire sur les autres menus d'options.

Jouer

Pour jouer, revenir au menu principal. Le mode Multijoueur est inutilisable mais je suppose que vous n'êtes pas étonné ? Cliquez sur Settings pour accéder au mode de jeu en solo. Deux modes de jeu sont disponibles :
Single player deathmatch. Un clasique DMSP jouable sur 19 cartes différentes. Vous êtes lancé dans l'arène et au bout de quelques secondes les ennemis apparaissent.

Comme les munitions et les items de soin réapparaissent sans cesse il vaut mieux augmenter un peu le niveau de jeu, pour corser la difficulté, sans quoi l'ennui arrivera vite.

Single player campaign. Ce mode vous donne accès à six aventures différentes. Dire qu'elles sont scénarisées est un bien grand mot. Cela signifie tout au moins que les ennemis vous attendent toujours aux mêmes endroits et que vous devez suivre un cheminement prévu à l'avance. Pour ouvrir de nouveaux passages il faudra trouver les clefs nécessaires. Elles sont bien sûr parfois bien cachées.
Dans le mode campaign il est plus prudent de sauvegarder sa progression. Appuyez régulièrement sur F8 pour faire une sauvegarde. F9 permet de la récupérer. Attention de ne pas vous mélanger les pinceaux. Le système est très primifif et on a vite fait de recharger au lieu de sauvegarder. Ou l'inverse.
La sauvegarde se trouve le dossier savegames. le fichier s'appelle quicksave.csgz. Il est donc possible de mettre une sauvegarde intermédiaire de côté en changeant son nom ou en la stockant dans un dossier différent.

 
 

Les armes

Un petit mot sur les armes. Le fusil à pompe est l'arme standard. Il est très puissant mais à courte portée. Son efficacité se réduit fortement avec la distance. Par ailleurs il faut le réarmer entre deux coups et cela nécessite un certain temps que vous paierez plus d'une fois.
Le fusil est beaucoup plus rare et ses munitions aussi. En terme d'efficacité il est aussi puissant que le fusil à pompe mais il reste mortel à longue distance. Mais lent aussi entre deux coups.
La mitrailleuse rotative. Très puissante et très rapide à utiliser. C'est la meilleure arme du jeu mais elle consomme très rapidement ses munitions qui par ailleurs sont assez rares. Le mieux est de ne l'utiliser que quand elle s'avère vraiment indispensable, contre les ennemis les plus forts.
Le lance-roquette. Pas très pratique. Il est utile surtout quand il y a beaucoup de monstres dans un même endroit. Une roquette en tuera plusieurs en une fois.

Quelques autres remarques pour mieux jouer

Si vous avez joué déjà à des jeux de la série Cube, vous connaissez le gameplay par cœur. Sinon, deux ou trois petits trucs à savoir :  
Vous pouvez sauter en appuyant sur une touche ou avec le bouton droit de la souris. Un double-appui ou un double-clic permet de sauter plus haut.
Pour grimper sur une surface très haute, apparemment inaccessible, faite le double-clic en levant le nez. Si vous n'y arrivez pas du premier coup, réessayez. Avec la même méthode sur un mur légèrement incliné, comme sur l'image ci-dessus, vous pourrez grimper très haut.

En bas de l'écran vous disposez d'une HUD simple mais précieux vous donnant des indications sur votre état de santé (à gauche), votre niveau de protection (au centre) et le nombre de munitions disponibles pour l'arme en main.
L'état de santé maximum normal est de 100 mais vous trouverez parfois dans le décor des items de santé qui vous permettront de porter ce maximum à 150.
Les armures sont facultatives. Vous débutez les aventures sans protection particulière.
Le chiffre des munitions varie bien sûr en fonction de l'arme. Ici j'avais encore 24 cartouches pour mon fusil à pompe.

Dans le décor vous trouverez divers items permettant de vous soigner (ronds avec une croix au centre), augmenter votre protection (armures) et procurer des munitions à vos armes (caisses). En mode DMSP ces items réapparaissent à intervalles réguliers. En mode campagne par contre vous ne pouvez vous en emparer qu'une fois. Et donc ne les prenez pas si ce n'est pour gagner qu'un ou deux points de quelque chose. Essayez plutôt de mémoriser leur emplacement et revenez les chercher quand vous en aurez vraiment besoin.

Bien, je crois avoir fait à peu près le tour de ce petit jeu.

Note :
***

Rob Robinson, février 2016  (mise à jour septembre 2017)





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();