Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Duke Nukem 3D

FPS

Duke Nukem 3D

Duke Nukem est le troisième FPS historique de notre sélection. Il n'est pas l'inventeur du concept de FPS et ne l'a guère fait évoluer. Par contre, deux ans se sont écoulés depuis la sortie de Doom 1 et les programmeurs on eu le temps de peaufiner la technologie 3D. Le moteur de Duke, le build engine, utilise comme Doom un système de fausse trois 3D (dit 2.5D*) mais il est beaucoup plus puissant. Ainsi, les décors sont considérablement plus complexes, avec des dénivelés importants et différents niveaux qui existent réellement et peuvent se superposer ; ce ne sont pas des artifices pour masquer une carte en réalité plate, comme pour les Doom. Le joueur peut aussi regarder ou tirer vers le haut ou vers le bas, ce qui donne beaucoup de réalisme à l'action.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Duke Nukem

FPS / Survival Horror

Toutes versions de Windows / Mac / Linux / Unix

****


Les interactions possibles du joueur avec l'environnement sont nombreuses et variées. Elles sont gérées par un système de scripts, permettant la création de mécanismes complexes, comme l'activation d'un événement à partir d'un code, l'animation de tout un bloc du décor ou la possibilité de faire un trou dans un mur avec une roquette ou une grenade.


Enfin, de nombreux effets nouveaux sont expérimentés pour la première fois comme les reflets, les effets de lumière, les ombres...
Malgré tout ça, Duke Nukem était déjà technologiquement dépassé. Quake venait en effet de sortir et ce jeu, qui s'inscrivait dans la lignée des FPS, innovait véritablement en affichant un décor pour la première fois en vrai 3D. Mais pour en profiter pleinement, il fallait avoir un ordi très musclé et avoir fait l'acquisition d'une coûteuse carte d'accélération 3D. Alors que Duke Nukem était accessible à tous. Une autre raison de son succès.

Ce que j'en pense ?

Duke Nukem a eu un énorme succès qu'il serait injuste d'attribuer à un simple progrès technique par rapport à Doom. Le jeu avait en lui-même de très nombreuses qualités. Il se déroule à Los Angeles, lors d'une invasion d'extraterrestres, scénar bateau, mais la cité nous est montrée sous les aspects les plus triviaux de l'Amérique fric, choc et sale des années 90 : bars et boites de nuit, cinémas pornos et peep-shows, restos et hôtel au luxe tapageur cohabitant avec les quartiers pourris et les lieux mal famés. Voilà ce que vous devez sauver de l'envahisseur. Mais il est vrai que votre personnage blond et bodybuildé est un parfait crétin, qui aime d'ailleurs regarder son reflet dans un miroir.

Le jeu est également pétri de la pop-culture américaine, avec des références et des clins d'oeil incessants et humoristiques en direction des super-héros, des pop-stars, des films d'action ou d'horreur. Bref, on a avec Duke Nukem un jeu en apparence bourrin mais qui fait la part belle au second degré et prend par rapport au monde plus de recul qu'il n'en a l'air. Un petit coté Tarentino, en somme...
Pour nous, le jeu a aussi un énorme avantage : même si la 3D reste très sommaire par rapport au standard d’aujourd’hui, elle est tout de même plus agréable à regarder que les petits écrans de Doom avec ses pixels qui piquent les yeux. Il exigera de nous moins d'indulgence. Je trouve que le jeu reste très fun et franchement, j'ai eu énormément de plaisir à jouer avec.

Illustration : ici, il faut trouver la bonne configuration des boutons rouges pour activer ce mécanisme...


Installation

Télécharger le jeu sur cette page de 01Net. Il s'agit de la version la plus récente dite Atomic Edition, qui comportait un épisode supplémentaire. Elle a également l'avantage d'automatiser le fonctionnement conjoint avec DosBox – car Duke Nukem est encore un programme Dos. Il suffit donc d'installer le jeu comme un programme Windows et de le lancer de la même façon. Par contre, cette version automatique ne fonctionnera qu'avec Windows.

Pour les autres plateformes supportant DosBox (Linux, Mac, Unix...), je vous propose une source proposant la version Dos d'origine. A télécharger ici. Décompressez cette archive dans un dossier.
Pour la lancer, vous devrez avoir DosBox sur votre ordinateur. Il vous suffira de faire un glisser-déposé du fichier duke3d.exe sur le fichier DOSbox.exe. Vous devrez toutefois auparavant résoudre un petit problème : la configuration d'origine ne prend pas en compte la souris. Pour y remédier, faire un glisser-déposer du fichier setup.exe sur DOSbox.exe. Le programme de configuration va se lancer. Allez dans Controller Setup, faite Entrée, puis Choose Controller Type, Entrée et enfin sélectionnez keyboard and mouse. Entrée une dernière fois et sortez du programme en validant par Yes les modifications.


Jouer

Duke Nukem 3D Atomic Edition
comporte 4 épisodes constitué d'un assez grand nombre de niveaux et que vous pouvez commencer dans n'importe quel ordre. De quoi passer un bon petit moment.
J'ai réussi à vous dégoter le manuel du jeu en Anglais et en Français. Vous y trouverez les informations les plus détaillées. Je me contenterai de souligner rapidement quelques aspects.
Le gameplay est quasiment identique à Doom ou Wolf. Combinaison Touches fléchés et Souris pour les déplacements, le tir et l'ouverture des portes ou le déclenchement des mécanismes.
Toutes les armes sont accessibles depuis les chiffres 1 à 9 du clavier alphanumérique.
Toutefois, il a quelques touches supplémentaires. Tout d'abord, Duke peut s'accroupir et sauter, ce que vous obtenez avec les touches W et Q. Ces touches seront utilisées également pour monter ou descendre, soit dans l'atmosphère quand vous aurez le Jetpack, soit dans l'eau quand vous aurez les bouteilles et les palmes. Souvenez-vous-en le moment venu.
Vous pouvez afficher une carte en cliquant une fois sur Tabulation (forme filaire) ou deux fois (forme pleine). Ne s'affiche que la partie de la carte que vous avez déjà exploré.
Pour courir, vous pouvez appuyez conjointement avec la touche Majuscule. Mais Duke se déplace déjà assez vite quand il se contente de marcher...

Au cours du jeu vous allez ramasser divers objets ou accessoires très utiles : les mallettes de soins, les kits de vision nocturne, les bottes pour marcher sur les sols brûlants ou corrosifs, l'Holoduke qui pose sur le sol un hologramme de vous-même pour leurrer vos adversaires, le Jetpack qui permet de voler ou les bouteilles de plongée pour aller sous l'eau.
Certains de ces objets ont des touches d'accès direct (J pour le Jetpack, N pour la vision nocturne, H pour l'Holoduke...) mais pas tous. Pour les équiper ou les utiliser, vous pouvez les atteindre depuis votre inventaire auquel vous accéder avec la touche Entrée. Une fois l'inventaire ouvert vous vous déplacez d'objet en objet avec les touches ¨^ et £$ (à gauche d'Entrée). Un dernier appui sur Entrée active l'objet.

Voici la totalité des touches disponibles avec le clavier français, qui bien sûr diffèrent partiellement des touches proposés par la notice pour la clavier anglais :


Flèches = déplacements
[espace] = ouvrir les portes ou utiliser les accessoires
[tabulation] = carte 3D
[maj] = courir
[alt]+[flèches] = se déplacer dans le sens de la flèche
[Ctrl] = faire feu
[Q] =sauter ou monter si vous avez un jetpack
[W] = plonger, ramper, ou descendre
[retour arrière] = faire un demi tour
[Entrée] = utiliser un accessoire
[^] = sélectionner un accessoire
[H] = Holoduke
[J] = Jetpack
[N] = Night vision (lunettes infra rouge)
[;] = Medkit (trousse de secours)
[R] = Stéroïds
[1]à[9] = sélectionner les armes (clavier alphanumérique)
[Arrêt défil] = rengainer l'arme
[5] (clavier numérique) = centrer l'arme
[I] = croix de visée
[Origine/Fin] = viser vers le haut/vers le bas
[PageHaut/PageBas] = regarder en haut/en bas
[Inser/Suppr] = regarder à gauche/à droite
[Pause] = pause
[Echap] = retourner au menu principal
[F1] = aide
[F2] = enregistrer la partie
[F3] = charger une partie
[F4] = Son/Musique
[F5] = niveau de détail
[F6] = enregistrement rapide
[F7] = vue poursuite
[F8] = messages
[F9] = chargement rapide
[F10] = quitter
[F11] = luminosité
[F12] = capture d'écran PCX

Il y a énormément d’interactions possibles entre le jeu et vous. Certaines sont inutiles mais marrantes comme pisser, boire, démolir le mobilier ou les toilettes, donner quelques dollars à une strip-teaseuse pour qu'elle vous montre ses seins, allumer la lumière... Il y a aussi beaucoup de caches. La plupart ne sont pas indispensables à la réussite du jeu mais vous y trouverez fréquemment des munitions, des armes ou des kits de soins. Avec l'expérience, on arrive à en trouver beaucoup à l'instinct. Enfin, il y a aussi des passages que vous devez ouvrir vous-même dans le décor à coup de pieds, de pistolet, ou, quand c'est plus solide, en faisant sauter des bouteilles de gaz, des grenades à main ou en tirant une roquette.
N'hésitez pas à sauter un peu partout car vous serez étonné de votre agilité et de la quantité de munitions et d'armes planqués en hauteur.
En cas de blocage, vous trouverez de l'aide sur Internet principalement sous forme de vidéos. Tapez solution Duke Nukem Atomic episode dans un moteur de recherche et cherchez la vidéo correspondant à l'endroit où vous êtes coincé. Au passage vous découvrirez sûrement quelques planques ou passages que vous avez loupé...

Note : ****

Rob Robinson, avril 2015


* La 2,5D ou pseudo 3D est un ensemble de techniques qui permettent de simuler le déplacement d'un personnage dans un environnement 3D en faisant appel en réalité, à des images en 2D. L'avantage est que les ressources machine nécessaires pour afficher ces environnements sont modestes. La 2,5D était donc très utilisée dans les premiers jeux 3D comme Wolf 3D ou Doom, pour compenser la faiblesse des ordinateurs de l'époque. Par la suite, avec l'augmentation de la puissance des machines et l'apparition des cartes d'accélération 3D, les jeux ont fait appel à de véritables objets en 3D et la 2,5D a été abandonnée. Aujourd'hui elle fait un retour en force car elle est bien adaptée à la faible puissance des tablettes et des téléphones portables.





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();