Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Ferrari Virtual Race

Les simulations > Simulations automobiles

Ferrari Virtual Race

Ferrari Virtual Race entre la catégorie assez restreinte des courses automobiles promotionnelles, tout comme BMW M3 Challenge ou Volvo The Game. Ici les voitures mises en avant sont des Ferrari.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Ferrari Virtual Race

Simulation automobile

Windows

****


Bien que cela n'apparaisse nul part au générique, le programme a été développé par la société allemande Synetic, spécialisée dans les jeux de courses automobiles et qui à produit notamment World Racing et World Racing 2. Mis à disposition du public en 2009 il utilise une version améliorée du moteur physique de World Racing.

Plan de l'article

Téléchargement et installation  
Le jeu  
Configuration du jeu  
Jouer
Le replay
Ce que j'en pense ?  


Téléchargement et installation

Le problème des jeux promotionnels est qu'ils ont une courte durée de vie. Passées quelques années, la marque préfère faire disparaître un produit qui met en avant des modèles obsolètes. Ainsi Volvo The Game s'est littéralement évaporé du net et BMW M3 Challenge est bien difficile à trouver.
En ce qui concerne Ferrari Virtual Race, il n'est plus proposé sur le site officiel de Ferrari. Mais si une Volvo d'il y a 10 ans n'intéresse plus grande monde, une vieille Ferrari reste une Ferrari. La marque n'a donc pas jugé utile d'empêcher la diffusion du jeu sur d'autres supports et on le trouve toujours un peu partout. Voici quatre sites où vous pourrez le télécharger sans problème :

Gratuiciel.com
Uptodown
Télécharger.zone
Logithèque.com


Installez le jeu où vous voulez puis ouvrez le dossier du programme. Vous y trouverez 3 fichiers exécutables du nom de:

FerrariVR_Hi.exe, FerrariVR.exe et FerrariVR_Low.exe

Chacun de ces fichiers lance une configuration standard pour machines de hautes, moyennes et basse performances. Vu l'âge du programme, commencez par lancer la config haute car il est probable qu'elle tournera correctement sur votre machine, éventuellement après ajustement de quelques paramètres depuis le jeu. Dans le cas contraire, rabattez-vous sur la config moyenne.

Si vous êtes un fan des réglages fins, vous pourrez lancer aussi le programme FVR_Setup.exe, avec lequel vous pourrez affiner la configuration en fonction de la performance de votre machine.

ci-contre : le menu de configuration graphique...


Le jeu

Les voitures

Les trois voitures que vous pourrez conduire sont les superbes Ferrari 599 GTB Fiorano, Ferrari 612 Scaglietti et Ferrari 430. Deux voitures de grande tourisme et une sportive. Sans surprise, la sportive, la Ferrari 430, bien que moins puissante, sera plus facile à conduire sur circuit tout en étant aussi performante. Le pilotage des deux autres voitures sera un peu plus technique.
Les couleurs de chaque voiture peuvent être personnalisées. Une trentaine de nuances est disponible.  

Pour info, voici les caractéristiques principales des trois voitures :

Ferrari 599 GTB Fiorano, produite de 2006 à 2012. Voiture de grand tourisme équipée d'un V12  Essence 48 soupapes de 6 l de cylindrée développant 620 ch. Poids : 1690 kg. Vitesse maximum théorique : 330 km/h. Accélération : 0 à 100 km/h en 3,7 s
Ferrari 612 Scaglietti,  produite de 2004 à 2011.  Voiture de grand tourisme équipée d'un  V12  Essence 48 soupapes de 5,7 l de cylindrée développant 540 ch. Poids : 1840 kg. Vitesse maximum théorique : 320 km/h. Accélération : 0 à 100 km/h en 4,2 s
Ferrari 430 Scuderia,  produite de 2005 à 2009. Voiture de sport équipée d'un V8 Essence 32 soupapes de 4,3 l de cylindrée développant 490 ch. Poids : 1400 kg. Vitesse maximum théorique : 317 km/h. Accélération : 0 à 100 km/h en 3,955 s.

Les bruits et le comportement des voitures sont assez différents d'un modèle à l'autre. La Ferrari 430, la plus sportive, est aussi la plus légère, la plus stable et donc la plus facile à piloter. La 612 Scaglietti, beaucoup plus lourde, est la plus délicate à piloter en conduite sportive.  La 599 GTB Fiorano est à mi-chemin entre les deux.

Le circuit

Un seul circuit est disponible. Il s'agit du célèbre Mugello, circuit automobile situé près de Florence en Italie et sur lequel l'écurie Ferrari teste ses Formules 1. On aurait bien aimé en avoir d'autres mais celui-ci vous occupera un moment. C'est un circuit assez long (plus de 5 km) et particulièrement complexe, avec trois courbes en épingle à cheveux et un grand nombre de courbes d'intensité variable. Il est donc très technique, ce qui nous va bien. Il est de plus restitué avec un soucis de fidélité évident.


Configuration du jeu

Il n'y a qu'un seul mode de jeu : Course simple. Vous créez un profil, ce qui ne sert pas à grand chose, mais avant de choisir une voiture et de vous lancer sur la piste, ouvrez le menu d'Options. Vous devez faire ici quelques choix cruciaux.

Transmission : vous devez choisir entre manuel et automatic. Si vous avez un bon volant et des pédales pour les pieds, choisissez la boite manuelle. La boite automatique monte bien les rapports mais les redescend de manière un peu poussive.

Arcade Plus : ici aucune hésitation, mettez cette option sur Off. Car si le réalisme de conduite est correct dans les grandes lignes en mode normal, il reste tout de même déjà un peu trop accommodant. Avec Arcade Plus sur On, on perd simplement tout réalisme de conduite.

Camera Hood, Bumper, Chase 1, Chase 2 et Cockpit. La vue cockpit est la plus réaliste. La vue capot (hood) la plus pratique. En vue Bumper vous voyez au devant de la voiture avec seulement l'affichage des compteurs. En vue Chase 1 votre regard est placé juste derrière la voiture et en vue Chase 2, derrière encore mais plus en hauteur. Ce sont des vues typiques des courses d'arcade. Personnellement j'utilise principalement la vue capot.
Chaser position on ou off. Je n'ai absolument pas compris l'effet de ce réglage. Aucune différence apparente entre on et off...

Track Map on ou off. Affichage ou pas de la mini-carte. On pourrait penser qu'il n'est pas réaliste d'avoir une mini-carte pour anticiper les virages mais en simulation, croyez moi sur parole car j'ai été pilote de kart de compète, on arrive difficilement à anticiper l'arrivée des courbes. C'est du en grande partie au fait que nous avons à tout moment une vue étriquée de notre environnement, l'écran de notre ordinateur, aussi large soit-il, agissant comme des œillères. Personnellement, j'utilise toujours la mini-carte quand elle est disponible dans une simulation.

Rear View Mirror on et off : affichage ou non du rétroviseur. Si votre machine le permet, affichez le rétroviseur. Il vous permettra de garder un œil sur vos proches poursuivants. Le principal inconvénient du rétroviseur est qu'il consomme beaucoup de ressources de votre carte graphique.

Instant Replay : mettez-le sur on si vous voulez voir votre Ferrari en action.  Si vous n'êtes intéressé que par la course mettez-le sur off car cela ponctionne certainement un peu votre processeur.

Sound FX et Ambiant : réglage du volume du son. On aurait pu penser que Ambiant permettrait de limiter le bruit des adversaires, qui est si prégnant s'il y a trois ou quatre voitures à coté de vous qu'il devient difficile d'entendre votre propre moteur. Hélas cela n'agit que sur les bruits du public. Une erreur.

Après les Options, ouvrez Game Controls. Il est impossible de jouer correctement à Ferrari Virtual Race avec les touches du clavier. Il vous faut au pire une manette, au mieux, un volant.
Par défaut les contrôles sont au clavier. Sélectionnez le volant et déclarez classiquement tous les axes : volant vers la gauche, volant vers la droite, accélérateur et frein. Une zone morte (Deadzone) est fixée à 10. Normalement, si votre volant est de bonne qualité et en bonne état cela devrait suffire. Force feedback pour permettra d'activer ou désactiver le retour d'effets. Je n'ai pas compris l'utilité de Auto Reverse. Avec ou sans il n'y avait aucun changement sur mon volant.
Vous devrez également choisir des commandes pour monter (Shift Up) et descendre (Shift Down) les vitesses. Enfin vous pouvez choisir des commandes au volant pour rétablir la voiture après sortie de route (R au clavier), changer la vue (C au clavier), le frein à main (Handbrake, Espace au clavier), le klaxon (Horn, H au clavier) et deux ou trois autres bricoles de peu d'intérêt. K permet d'afficher le replay et F11 de faire une copie d'écran.



Jouer

Une fois que tout est réglé vous pouvez vous lancer. Mais vous avez encore quelques options à régler.

Vehicle damage : laissez sur on, d'autant plus que les dommages encaissés sont minimes.

Number of laps : nombre de tour, par défaut réglé sur 3. Vous pouvez aller jusqu'à 30, ce qui laisse envisager de belles courses d'endurance. Au fil du temps le paramètre de dommage de la voiture augmente un petit peu et il m'a semblé qu'à partir du quinzième tour la voiture était plus difficile à contrôler. Prise en compte de l'usure des pneus ? Ou simple fatigue de mon pied gauche, du au relatif inconfort de l'utilisation du pédalier ? Difficile à dire.

Number of opponents : vous pouvez affronter de 1 à 7 adversaires sur le circuit.

Opponents'véhicle : vous avez le choix entre Mixed (les trois types de Ferrari mélangés) ou same (vos opposants ont la même voiture que vous).

Opponent's strength : vos opposants sont lents (Easy), rapides (Normal) ou très rapides (Hard). Les opposants easy sont vraiment très lents. Ils conduisent comme des pépés en vadrouille et vous ne devriez avoir aucun mal à les battre. En mode normal ils restent faciles à battre mais les meilleurs d'entre-eux vous rattraperons dès la première grosse erreur. Les opposants hard sont très bons mais vous pouvez les battre avec de l’entraînement. A la première grosse erreur qui vous fera faire un tête à queue et sortir du circuit, c'est mort.

Ideal Line : lorsque cette option est activée une ligne verte matérialise la trajectoire idéale sur le sol. Si vous avez des notions de conduite sportive, elle ne vous servira à rien. Désactivez-là. Par contre si vous n'avez pas l'habitude des simulations auto réalistes, laissez-là quelques temps activée. Elle pourra vous être très utile.

Ci-dessus : vue cockpit des trois voitures

Quelques remarques :


Dans une course, si vous appuyez sur Echap un menu s'ouvre. D'ici vous pouvez redémarrer le jeu (Restart), arrêter la course et revenir au menu principal (Retire), accéder aux options ou enfin à la carte du circuit (Road map).

Vos adversaires sont plus lents que vous en général mais ils ne font jamais d'erreur, eux !
En peloton groupé, les voitures adverses ne sont pas du tout fair play et vous pousserons sans ménagement dans le décor. Ce comportement indigne d'une véritable simulation automobile est l'un des défauts du jeu.

Je n'ai pas compris comment est attribuée votre position sur la grille de départ. Au hasard, j'ai l'impression. On se trouve parfois en tête, parfois au milieu, parfois à la fin. A moins que vos résultats précédents jouent sur ce résultats ? Là encore c'est possible.

Si vous n'êtes pas devant, laissez le peloton se distendre un peu avant d'attaquer ou, inversement, creusez le plus vite possible l'écart. Car s'il y a beaucoup de voitures autour de vous elles vous pousseront immanquablement dans le décor.

A l'occasion d'une sortie de route brutale le jeu c'est interrompu et j'ai eu la surprise de revoir la séquence en vue extérieur, comme pour un replay. Cela ne s'est produit qu'une seule fois. Il faut dire que je sors pas souvent violemment de la route...

Road map

Road map ouvre une vue satellite du circuit du Mugello. Votre position y apparaît ainsi que celle de vos adversaires. Avec les flèches, vous pouvez déplacer la vue ; avec les touches du bloc juste en dessus des flèches, vous accédez à quelques fonctions. Page Up, Page Down permettent de zoomer et unzomer ; Ins affiche ou efface les informations ; Home centre la carte sur votre voiture.
C'est joli et on se rend compte de là que la modélisation du circuit est vraiment poussée. Mais ça ne sert pas à grand chose. Le readme n'en dit d'ailleurs pas un mot.


Le Replay

Il m'a fallut me plonger dans le readme (qui se trouve dans le dossier du programme) pour découvrir comment fonctionne ce foutu replay. Il faut d'abord que l'option Instant Replay ait été mis sur on dans le menu d'avant-course. Pour accéder au replay vous devez ensuite durant la course appuyer sur la touche K. Les dernières secondes de votre course s'affichent en passant d'une vue à l'autre. Si vous souhaitez figer votre voiture pour la voir sous toutes les coutures, appuyez sur Return afin de faire apparaître les commandes. Utilisez la souris pour orienter la vue de votre Ferrari et la molette de la souris pour zoomer et unzoomer.
Il faut bien le dire, c'est l'un des replay les plus nuls que j'ai jamais vu.


Ce que j'en pense ?

Grâce au moteur amélioré de World Racing, la vidéo est superbe. L'effet de Motion Blur est comme souvent un peu excessif mais donne une bonne sensation de vitesse. Une fois Arcade Plus désactivé le réalisme de conduite est acceptable, même si l'effet de la force centrifuge reste nettement trop minoré. La licence Ferrari permet de bénéficier de voitures très bien rendues, y compris le son du moteur. L'unique circuit est une petite merveille. Poussez tout à fond et regardez le rendu de l'herbe, par exemple. On s'y croirait.

Ci-dessus, les vues disponibles autre que la vue cockpit : Hood, Bumper, Chase 1, Chase 2.

On apprécie la possibilité de faire 30 tours du circuit (environ 160 km), soit une belle course d'endurance. Une fois qu'on est passé devant et qu'on voit les poursuivants qui vous talonnent sur la mini-carte, il y a un vrai plaisir à rester en tête grâce à de belles trajectoires et des performances régulières. Et on jubile quand on a failli partir et qu'un judicieux contre-braquage nous a permis de nous en sortir au prix seulement de quelques dixièmes perdus.


Il y a donc beaucoup de plus mais aussi quelques petits moins. On n'a pas aimé le comportement arcade des adversaires. Le paramétrage est un peu chiche, en particulier des volants et manettes. Le replay est vraiment nul. Il n'y a qu'un seul mode de course et aucune possibilité, par exemple, de courir contre son propre fantôme. On aimerait bien savoir pourquoi le jeu sauvegarde sans arrêt nos performances puisque ces données ne servent à rien du tout! Il n'est pas possible d'accéder aux temps d'un joueur, bons ou mauvais ni d'avoir le moindre historique des courses effectuées.
Ferrari Virtual Race laisse le sentiment d'un jeu superbe qui n'est pas encore terminé. BMW M3 Challenge et Volvo The Game, bien que limités, allaient tout de même nettement plus loin.
Cela paraît faire beaucoup de points négatifs mais en réalité les plus l'emportent largement sur les moins. Et les Ferrari sont vraiment chouettes !

Note :
****

Rob Robinson, mai 2016





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();