Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Lucas Chess

Jeux de réflexion > Grands classiques

Lucas chess ******


Pour les vrais amateurs d'Echecs, désireux d'avancer dans la connaissance du jeu, Lucas Chess est un véritable trésor. Je suis étonné que cette merveille soit si peu connue. Le programme offre en effet une palette de fonctions vraiment stupéfiante pour un logiciel gratuit.
C'est d'abord un très bon programme pour jouer aux échecs. Lucas Chess ne se contente pas de vous proposer quelques moteurs plus ou moins puissants à affronter. Il utilise plus de 40 moteurs différents afin d'offrir à tous les types d'utilisateurs des adversaires qui leurs conviennent. Mieux: beaucoup de ces moteurs sont modifiés pour simuler un comportement humain typé, afficher un Elo fixe ou imiter le style de jeu d'un grand champion. Les enfants ne sont pas oubliés avec une série de petits moteurs spécialisés. Au total, des centaines d'adversaires différents nous sont proposés pour jouer.


Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Lucas Chess

Entrainement aux Echecs

Windows

******


Lucas Chess est aussi un professeur qui regarde à la loupe vos résultats et vous prodiguera sans lésiner alertes et conseils. Le tuteur, pour adopter la terminologie du programme, est animé par Stockfish (ou alternativement McBrain 2), l'un des meilleurs moteurs d'échecs actuel, si ce n'est le meilleur. Lucas Chess est sans doute le seul programme gratuit à faire tourner deux moteurs en même temps, l'un pour jouer, l'autre pour suivre et analyser vos prestations.
Enfin, il offre un très grand nombre d'outils d'étude : analyse approfondie de parties, très nombreux exercices pour s’entraîner dans tous les domaines du jeu, module d'édition très complet... Franchement je ne vois pas trop ce qui pourrait faire défaut. Le seul reproche que je lui ferais c'est que les logiques d'utilisation des différentes fonctions sont parfois confuses. Heureusement vous serez tout de même aidé par une interface très bien francisée et l'existence d'une documentation assez abondante, également en français. D'où les 6 étoiles.
Voyons un peu tout ça en détails...


Téléchargement et installation

Vous téléchargerez le programme sur le site officiel, à cette adresse, onglet "Téléchargements".
Deux versions sont proposées : installable et portable. Si l'informatique n'est pas votre fort, préférez la version installable. Vous n'aurez qu'à laisser le setup faire ce qu'il a à faire.


 
 


Le menu général

Malgré la simplicité apparente de l'interface, Lucas Chess est un logiciel extrêmement complexe (ce n'est pas une critique).  Il est capable de faire des choses extraordinaires, mais il vous faudra du temps pour le maîtriser à fond. Je n'en ferais pas le tour ici mais je vais vous guider un peu pour faciliter vos débuts.



Menu Jouer

Contrairement à mon habitude je ne me précipiterai pas sur le menu des Options. Il me parait plus judicieux de commencer immédiatement avec "Jouer". Ce menu comprend 4 items : "Jouer contre un moteur de votre choix" / "Compétition" / "Classement Elo" / "Adversaires pour novices"...


►Jouer contre un moteur de votre choix

Une fenêtre de réglage s'ouvre. Il y a ici une donnée importante à modifier: le moteur qui sera utilisé pour votre future partie. Ces moteurs sont classés en 7 groupes.
Les moteurs internes. Lucas Chess est doté de 40 programmes de réflexion parmi les meilleurs du monde. Les vedettes de ces dernières années sont présentes: Rybka, Fruit, Stockfish, Toga, Komodo...
Les moteurs externes. Ce sont ceux qui ne sont pas présents dans la liste mais pourraient y être ajoutés. Comme Crafty par exemple, un moteur que j'apprécie et qui n'est pas pris en compte. Mais vu le nombre de moteurs déjà disponibles, cela ne me parait vraiment pas nécessaire d'en rajouter.
Moteur Grand Maître. Ici vous trouverez des moteurs de réflexion modifiés pour jouer comme l'un des 16 plus grands maîtres d’Échecs des 20eme et 21eme siècle : Capablanka, Fisher, Karpov, Spassky, Kasparov, Carlsen...  Ces moteurs s'adressent évidemment à de bons joueurs ayant déjà une bonne connaissance des échecs.


Moteurs de tournoi. 135 moteurs dont la force va de 1190 à 2850 Elo, censés imiter des joueurs humains lambda, chacun doté d'un certain niveau de force et de caractéristiques bien spécifiques: agressifs ou timides, offensifs ou défensifs, plus ou moins rapides dans les décisions, prompt à échanger ou économe de ses pièces, avec une préférence pour la position ou au contraire pour la tactique, avec un jeu équilibré ou au contraire avec des sautes d'humeurs... Les 16 derniers - et les plus forts - simulent les grands maîtres dont nous avons parlé plus haut.
Moteurs avec Elo fixe. Ils permettent une autre méthode d'approche. Une partie des moteurs internes est réemployée pour ce groupe, mais modifiés pour afficher un niveau de force fixe, de très faible (600 Elo) à très fort (2800 Elo).
Moteurs pour novices.  Ce dernier groupe comprend des petits moteurs portant des noms d'animaux et destinés à offrir des adversaires faciles à des joueurs enfants ou à des grands débutants. De complètement nul (Singe, 158 Elo) à très médiocre (Serpent 800 Elo).
Elo "Lucas Chess". Ce groupe est prévu pour vous permettre d'établir votre propre Elo en référence aux différents niveaux de force des moteurs de Lucas Chess.

►Compétition

Ici vous êtes en compétition avec les moteurs de Lucas Chess. Vous commencez au niveau débutant contre le moteur Tarrasch et votre score est de zéro. Au fur et à mesure de votre progression, vous accumulez des points qui vous permettent de vous mesurer à des groupes de moteurs plus puissants. Vous grimpez aussi dans la hiérarchie: Débutant, Amateur, candidat Maître, Maître, candidat Grand Maître, Grand Maître.
Vous avez droit à un certain nombre de conseils et d'annulations du dernier coup qui varient en fonction de votre niveau: 7 au niveau débutant, puis cela se réduit progressivement jusqu'à un seul conseil ou une seule annulation pour le niveau candidat grand maître.  Puis plus rien au niveau Grand Maître. Il est possible toutefois de modifier le tuteur pour que son aide soit moins chiche.

►Classement Elo

Ce mode de jeu vous permet de simuler votre classement Elo en référence à 4 normes très différentes :
Celle de Lucas Chess et de ses divers moteurs. Vous choisissez ici votre adversaire parmi plus de 150, de 158 Elo (Singe) à 3400 (Stockfish - ce moteur a dépassé les 3400). Vous démarrez à zéro point.
Celle des tournois entre joueurs humains. Plus de 130 adversaires, d'Emilio (1230 Elo) à Carlsen (2850 Elo).
Celle de FICS. Ce classement se base sur les rating des utilisateurs du site de parties en ligne FICS.  Vous sélectionnez l'un des 7 groupes de joueurs FICS, de 900 à 1600 Elo (il y a des niveaux cachés).
Enfin, le dernier classement est censé évaluer votre score par rapport au classement de la FIDE, la Fédération Internationale d'Echecs. Vous affrontez donc des joueurs FIDE dans 5 tranches de force, de 1500 à 1900 Elo.



Menu Entraînement


Le menu "Entraînement" est la principale entrée vers les outils d'exercice de Lucas Chess. Cette rubrique s’enrichit au fils des versions. Elle comporte actuellement 11 items, proposant un nombre impressionnant d'exercices. Des finales de parties, des mats à trouver en x nombres de coups (notez par exemple les 50000 problèmes de mat en 2 coups d'Eduardo Sadier), des études tactiques, des études concernant les ouvertures...

L'utilisation de ces items ne va pas toujours de soi. Les "Positions d’entraînement", les "Entraînement au mat" et les "Ressources des zèbres" ne posent pas de problème. On sélectionne un exercice et il se lance.
Plus difficile à utiliser, les items "Trouvez le meilleur coup", "Votre test quotidien", "Cursus tactique" et "Ouvertures" fonctionnent selon une logique différente. Les exercices ne sont pas immédiatement disponibles, il faut les charger. L'item s'ouvre sur une liste vide. Il faut cliquer sur le bouton "Nouveau" pour  choisir un exercice, qui va alors s'ajouter à votre liste d’exercices à faire. Ce peut être un exercice unique ou une série d'exercices. Sur l'exemple ci-dessous, depuis "Trouver le meilleur coup", j'ai sélectionné une série de 20 finales de pions. Lorsque je reviens dans l'item, ces exercices m'attendent. Je peux les "Jouer" ou les "Retirer". Le programme enregistre mes progrès dans mon dossier personnel.


 
 


"Jouer comme les grands maîtres" est un exercice assez particulier. Le programme a en base des parties de 7 grands joueurs, d'hier (Capablanca) ou d'aujourd'hui (Magnus Carlsen). Le principe de l'utilisation de ce module est le suivant: Lucas Chess lance une partie qui va s'inspirer de parties ayant été réellement jouées par le champion (vous pouvez d'ailleurs en sélectionnez vous-même une). Il joue les coups de l'adversaire. Vous, vous devez jouer à la manière de votre grand maître. Vous vous lancez et vous êtes corrigé en permanence par le tuteur, qui vous montre les bons coups quand vous vous éloignez. Ce qui est étonnant, dans ce module c'est que vous bénéficiez d'une certaine latitude de jeu et que pouvez différer dans une certaine mesure de la partie initiale. Reste à savoir si la simulation du grand mâitre tient la route ou pas. Je ne suis pas assez qualifié pour répondre à cette question, mais j'ai quand même été impressionné par l'existence de ce module. D'autant plus qu'il vous donne la possibilité de choisir d'autres grands maîtres dans une liste impressionnante de plusieurs centaines de mâitres, classée par ordre alphabétique (Pour la version 11, la liste complète est de 339 GM et joueurs légendaires. L'article de Max Aloyau sur le site officiel intitulée "Jouer comme un GM depuis un fichier PGN" vous indique, entre autres choses, comment allonger sans limite cette collection)

"Classement de l’entraînement" : ici vous choisissez le Elo de votre adversaire virtuel.

"Entraînement approfondie" et "Ressources pour les zèbres" comprennent des exercices de nature bien différente qu'il n'est pas très utile de détailler ici. Vous les découvrirez vous-même.


Menu Outils

Ce menu rassemble essentiellement les outils d'édition. Voyons les items les plus importants :

Créer une partie permet de rentrer une partie coup par coup.


Visualiseur PGN. Cet item vous permet de visualiser les nombreuses parties d'échecs disponibles au format pgn. A titre d'exemple je vous propose de visualiser une petite base de 550 parties du joueur russe Gary Kasparov. Voici comment y accéder :  
-Téléchargez la base Kasparov
-Créez un sous-dossier Base de parties dans le dossier USRData de Lucas Chess et décompressez y l'archive .
-Ouvrez le menu "Outils", "Visualiseur PGN" et "Lire le PGN". Montrez au programme le chemin vers "kasparov.pgn" et il va charger le fichier. Toutes les parties s'affichent dans le visualiseur.
Vous pourrez bien sur accéder séparément à chacun d'elle et en faire ce que vous voulez. Depuis le visualiseur, vous pouvez l'afficher pour l'étudier ou l'éditer. Si vous visualisez une partie, les "Utilitaires" de la barre de menu vous permettront de faire beaucoup de choses : sauvegarder individuellement cette partie, demander à Stockfish de l'analyser, afficher la partie sous forme d'une vidéo, afficher l'arbre des coups, etc.

Vous noterez que ce module est aussi l'outil dont vous avez besoin pour étudier les parties que le système a enregistré.  

Base de parties. Comme tout bon programme d'échecs, Lucas Chess permet de gérer des bases de parties au format pgn - ou dans d'autres formats. Par défaut, le programme est censé être livré avec Initial database, une compilation de quelques 2000 parties. Il doit y avoir un bug quelque part car si les fichiers "Initial Database Games.lcg" et "Initial Database Games.lcg_s1" sont bien présents dans le dossier "UsrData", ils ne pèsent que 12 et 20 ko. Bref, ils sont vides, comme en témoigne la tentative d'afficher cette base (Menu "Outils", "Base de parties", onglet "Parties complètes"). Pour les remplacer je vous propose de télécharger Ces fichiers. Il s'agit de la base "O-Deville" d'Arena, convertie au format lcg que gère Lucas Chess. Cette base contient près de 12000 parties de grands maîtres. Même si elle n'est plus mise à jour depuis 2005, il y a de quoi faire.
Pour l'installer, téléchargez l'archive et décompressez-là dans un sous-dossier bases de parties, dans le dossier "UsrData" de Lucas Chess. Une fois cela fait vous y accéderez depuis le menu "Outils", "Base de parties" et onglet "Parties complètes".
Evidemment, 12000 parties, c'est beaucoup. Lucas Chess propose un programme de filtrage mais je n'ai jamais réussi à l'utiliser. Par contre j'ai remarqué que si je clique deux fois sur une colonne, elle se classe par ordre alphabétique croissant. Un autre double-click et elle se classe en ordre décroissant. Un 3eme double-click met fin au classement.


Edition de positions. Toujours dans "Base de parties", en dessous de "Parties complètes", vous trouverez "Positions". Cet item mène à la "Base des positions", actuellement vide, elle aussi. Mais si vous cliquez sur "Nouveau", l'éditeur de positions se lance.
Il est surprenant qu'un outil aussi important que l'éditeur de positions soit perdu au fin-fond d'un menu avec lequel il n'a à première vue pas grand chose à voir. On m'a fait remarquer toutefois que l'on peut arriver à l'éditeur par plusieurs autres chemins. Par exemple : si depuis l’échiquier principal vous faites "Jouer/Jouez contre un moteur de votre choix", vous choisissez l’onglet "Coups initiaux" l’option "Position initiale" et que vous cliquez sur "Changer", vous retrouverez la même option.

L'éditeur de positions est très facile à utiliser. Vous commencez par vider l'échiquier, puis vous prenez les pièces et vous les posez où vous voulez. Vous pouvez les déplacer de la même façon. Si vous devez enlever une pièce déjà posée, survolez là avec la main, faites un click droit et portez la pièce en dehors de l'échiquier. Elle disparaîtra.
Vous n'oublierez pas d'indiquer qui des blancs ou des noirs est au trait.
Lorsque l'édition est terminée, vous cliquez sur "Sauvegarder". La position s'affiche alors sur l'échiquier en mode de jeu. Vous pouvez la jouer, mais pour l'instant cliquez à nouveau sur "Sauvegarder". La position va alors se ranger dans votre base de positions.

Ouvertures. Cet item vous permet de sauvegarder les séquences de votre propre bibliothèque d'ouvertures ("Ouvertures personnalisées") ou de gérer votre "Guide d'ouvertures personnel", alimenté par les débuts de partie de la base initiale de Lucas Chess ou de o-deville, si vous l'avez installé.  


Gérer sa carrière de joueur d'échecs dans Lucas Chess

Maintenant que vous connaissez les menus, il est temps de vous lancer. Ouvrez le menu "Jouer", "Jouer contre un moteur de votre choix" et choisissez un adversaire si possible plus faible que vous pour cette première partie. L'utilisation de l'interface pour jouer est tout à fait classique, il est inutile que j'insiste sur ce sujet. Allez jusqu'au bout de la partie. Normalement vous aurez fait un certain nombre de constats. A ce stade, la meilleure chose à faire maintenant c'est de préparer votre dossier personnel et de sauvegarder cette partie. C'est important car Lucas Chess n'est pas qu'un adversaire pour jouer aux échecs. C'est un professeur qui a l'ambition de vous aider à vous améliorer.

Préparez votre dossier personnel

Voici comment faire : Menu "Options", "Configuration". Affichez l'onglet "Sauvegarde automatique", puis cliquez dans le champ "Sauvegarde automatique dans un fichier PGN". Ici vous devez indiquer un dossier où stocker vos sauvegardes (il est recommandé d'utiliser UsrData) et leur donner un nom. Le votre sera parfait.

Faites la même chose avec "Sauvegardez les coups joués dans un fichier CSV". Vous pouvez garder le même répertoire et le même nom. Ce sont des fichiers différents.
Les csv sont de simples fichiers de texte dans lequel tous les coups d'une parties d'Echecs sont indiqués au moyen de la notation algébrique internationale. Ce fichier contient aussi quelques renseignements complémentaires comme le nom des protagonistes, la date, le lieu du match, etc.
Le stockage d'une partie prend très peu de place. Le fichier csv peut ensuite être interprété par la plupart des logiciel d'échecs, pour de multiples usages.

Enfin, vous devez déterminer si vous voulez sauvegarder seulement les parties victorieuses, et/ou les parties perdues, et/ou les parties inachevées...


 
 
 


Le moteur d'analyse

Lorsqu'une partie est terminée, vous pouvez demander à l'ordinateur de l'analyser. Lucas Chess utilise pour cela alternativement Stockfish ou McBrain 2, des moteurs extrêmement puissants et rapides, meilleurs que les meilleurs joueurs humains. C'est d'ailleurs le même moteur qui joue le rôle du tuteur et de conseiller quand vous jouez.
Pour analyser une partie, cliquez sur le bouton "Utilitaires" de la barre de menu, puis sur "Analyser". Un menu de paramétrage s'ouvre. Pour l'instant ne touchez rien et validez pour lancer l'analyse.  Il examine les coups un par un et  affiche son appréciation par la notation officielle (à base de ! et de?) et sous la forme d'un code de couleurs dont la signification est la suivante :

Couleurs froides, c'est bien. Vert = !? =  pas mal, bleu = ! = bon coup, violet = !! = très bon coup
Couleurs chaudes c'est mal. Jaune = ?! = douteux, orange = ? = mauvais coup, rouge = ?? = très mauvais coup.


Une fois l'analyse terminée, Lucas Chess affiche un rapport complet, très détaillé et beaucoup plus clair et facile à utiliser que les rapports d'analyse de Babas Chess. Il est possible de sauvegarder ce rapport avec la partie. Si vous avez fermé le rapport et que vous souhaitez le réafficher : Menu "Utilitaires", "Analyse" et "Afficher les graphiques"...
Sur un ordinateur récent il faut environ 4 minutes à Lucas Chess pour analyser une partie de 40 coups, sachant qu'il consacre à la seule activité d'évaluation trois secondes par coup, avec le réglage par défaut. J'ai calculé que le temps total de l'analyse est toutefois plus élevée d'environ 60%. Mais comme l'important c'est d'avoir une bonne analyse, à moins de faire tourner le programme sur un notebook, je vous conseille de faire passer la durée d'évaluation du moteur de 3 à 5 secondes. Vous aurez un rapport plus fin, pour le prix d'un allongement modeste de la durée de traitement.


 


Le tuteur

Lorsque qu'une partie est en cours, à moins de l'avoir désactivé, le tuteur de Lucas Chess regarde en permanence comment vous jouez. Pour chaque coup proposé, les siens ou le votre, le tuteur procède à une évaluation qu'il traduit par un chiffre. Lorsqu'il estime que votre coup n'est pas bon, il vous propose une ou plusieurs alternatives, comme sur l'exemple ci-dessous. On y voit votre coup, la meilleure proposition du tuteur et le plus souvent la prévision de votre adversaire pour le coup suivant. Le tableau indique également l'évaluation de votre coup et celle que propose le tuteur. Dans l'exemple, +0,29 contre +0,17. Un écart faible.


 
 


Là où ça se complique c'est que pour les blancs, l'évaluation est bonne quand elle est  positive, alors que c'est l'inverse pour les noirs. Pour les blancs, plus le chiffre est élevé meilleur est le coup. Pour les noirs, une bonne évaluation est forcément négative.

La plupart des réglages par défaut de Lucas Chess sont bons et, au moins à vos débuts, n'ont pas à être modifiés.
Sauf en ce qui concerne le tuteur. Le problème avec les paramètres par défaut c'est qu'ils induisent le tuteur à trouver en toute circonstance que vous jouez mal. Il ne tolère aucune différence entre son évaluation et votre coup. Comme le moteur employé (Stockfish ou McBrain) est plus fort que les meilleurs joueurs humains, tout se passe un peu comme s'il vous reprochait sans cesse de ne pas être le champion du monde des échecs. Le seriez-vous qu'il trouverait encore à y redire, j'en suis sûr ! C'est particulièrement pénible si vous êtes débutant car par définition, vous jouez mal. Ce à quoi il faut arriver, c'est d'abord à ce que le programme ne vous signale que les coups vraiment mauvais. Pour y parvenir, ouvrez "Options", "Configuration" et onglet "Tuteur".  Actuellement la différence minimale en pourcentage est de 0%. Autrement dit, dès que le tuteur trouve le moindre écart entre son meilleur coup et le votre, il vous le signale. Essayez donc 35 ou 40%. Stockfish (ou McBrain) sera beaucoup moins regardant et vous laissera plus de marge de manœuvre.
Au passage, mettez à 2 ou 3 (contre 10) les "Coups candidats du moteur". Trois propositions de coup, c'est largement suffisant. Surtout que l'exploration de ces 10 pistes ralentit forcément le tuteur.
Je signale au passage que vous pouvez désactiver le tuteur en cours de partie en cliquant sur le bouton qui se trouve en bas à droite de l'interface. Et le réactiver de la même façon.

En mode "Compétition, vos progrès se traduiront par un retrait progressif du tuteur. En montant en puissance, le nombre de conseils que vous pourrez utiliser ou de coups que vous pourrez annuler seront de plus en plus sévèrement limités. De 7 au niveau débutant, le chiffre tombera à 1 seulement au niveau Candidat Grand maître. Lorsque vous serez Grand maître, plus de conseil !
En mode "Classement Elo", comme il s'agit d'évaluer objectivement votre niveau, vous n'avez plus droit ni au conseil ni à l'annulation du dernier coup.

Bug

Lucas Chess n'est pas exempt de bugs. J'ai rencontré divers problèmes, assez rarement heureusement. Des plantages, des moteurs qui s'arrêtent de jouer. Des coups valides soudain refusés... Dans tous les cas, le mieux est de sauvegarder la partie inachevée, de fermer Lucas Chess, de relancer et reprendre la partie.
J'ai eu le cas d'un moteur qui plantait le programme dès le début de la partie. Fermeture et relance n'y ont rien fait. Le problème n'a été résolu que par le changement du moteur.

 
 


Menu Options

Pour finir, un petit tour rapide dans les options du programme. Je ne dirai rien de plus de la configuration générale. J'ai déjà insisté sur les rares points qui me paraissaient nécessaire de modifier. Je m'attarderais surtout sur l'item "Couleur", qui comprend deux sous-menus (3 dans la dernière version): "Echiquier principal" et "Options générales". Les options générales concernent essentiellement les couleurs des avants et arrières plans de tous les éléments en dehors de l'échiquier et des pions. Le code de couleur de l'évaluation des coups est également modifiable, mais à quoi bon? L'essentiel se trouve dans "Echiquier principal" où vous pouvez changer de thème graphique et de pions. Il y a 7 thèmes au choix et une trentaine de jeux de pions. De quoi changer largement l'apparence du programme. Si ça ne suffit pas, il est possible d'en rajouter au format SVG.
Beaucoup de paramètres peuvent par ailleurs être modifiés. Je n'insiste pas.


Le dernier bloc de 4 items de ce menu concerne le joueur en tant qu'utilisateur spécifique.
►Entraînement(s) favori(s) est le menu d'où chaque utilisateur va créer et gérer ses propres exercices. Reportez-vous à la documentation pour en savoir plus car nous touchons aux fonctions avancées du programme.
►Régler le mot de passe. Sans commentaire.
►Utilisateur. Ce menu sert exclusivement à créer d'autres utilisateurs et à passer de l'un à l'autre.
►Données de l'utilisateur complète l'item précédent. Ici il s'agit principalement d'indiquer au programme où il doit stocker les données d'un utilisateur : base de positions, parties enregistrés, réglages spécifiques de l'interface, moteurs modifiés, exercices terminés ou à faire, etc.
Grâce à ces options, plusieurs joueurs différents peuvent exploiter le programme sur le même ordinateur.

Menu Information

Le présent article n'est qu'une modeste introduction destinée à vous accompagner dans vos débuts avec Lucas Chess. Pour approfondir le sujet, je vous invite à ouvrir le menu "Information" d'où vous aurez accès à une série d'articles au format pdf et en français. En plus de cette aide, vous pourrez aussi lire avec profit  le "Tutoriel (version complète) pour débutants" de Gilles Badufle.
Vous trouverez également sur cette page du site officiel les nombreux articles très complets et très didactiques de Max Aloyau - que je remercie au passage pour les remarques et explications qui m'ont permis d'améliorer mon article.



Rob Robinson, août 2017

Retour au sommaire ?





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();