Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Nitronic Rush

Les simulations > Simulations automobiles

Nitronic Rush


En bref*


Nitronic Rush est une course d'arcade développée par des étudiants américains de l'école Digipen. Par certains côtés il s'apparente à Wipe Out, classique des courses de vaisseaux futuristes, et par d'autres  à Trackmania nation.
Votre véhicule, une voiture qui se joue en partie de la gravité, évolue dans un univers futuriste dont le look noir-fluo évoque l'univers de Tron, le premier, mais surtout le second, Tron, l'héritage.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Nitronic Rush

Course automobile d'arcade en 3D

Windows (toutes versions)

*****


J'ai classé Nitronic Rush dans les courses automobile d'arcade et donc dans le groupe "Simulation". Mais en réalité il est à peu près inclassable. Le jeu dont le concept est le plus proche est Trackmania, On y trouve l'idée de parcours complètement fantaisistes avec des tremplins, des toboggans, des boucles et des rampes qui vous font parfois grimper vers le ciel et vous mette la tête à l'envers, sans que vous tombiez. Mais Trackmania propose des courses alors que Nitronic Rush fait plutôt dans le parcours d'obstacles qu'il faut terminer en faisant le meilleur score possible. La ville elle-même semblant s'ingénier à vous faire barrer la route en dressant devant vous des murs, des scies, des hélices géantes, des broyeurs…


Téléchargement et installation

Téléchargez de préférence le jeu sur le site de l'institut Digipenl:
https://games.digipen.edu/games/nitronic-rush#.WuWHYKSFMdU
Ou sur le site officiel du jeu :
http://nitronic-rush.com/
L'installation est standard. Rien à signaler.


Jouer

Au premier lancement, le jeu est très long à démarrer. rassurez-vous il n'est pas planté. On arrive ensuite sur le menu principal. Commencez par faire un tour dans les options. Réglez les paramètres graphiques à votre convenance et surtout cochez "Use advanced controls" qui vous offrira plus de finesse dans la conduite de la voiture.



Les contrôles, le point faible du jeu


Les contrôles, parlons-en. On vous conseille de jouer avec une manette compatible Xbox 360. J'en ai une quelques part qui switche sur PC mais j'avais la flemme de la chercher. J'ai branché plusieurs autres manettes PC que j'avais sous la main : aucune n'étaient prise en compte.
On peut jouer au clavier mais avec le nombre de touches nécessaires pour contrôler la voiture (une dizaine) c'est une gageure. D'autant qu'on vous propose des touches pour clavier américain qui ne correspondent pas avec votre clavier français. Et on ne peut rien changer !
Vous avez au clavier les touches suivantes :

Les touches fléchées  pour accélérer, freiner, tourner à gauche et à droite.
Q ou Shift pour donner un coup de boost. Ce sont des moteurs à réaction qui vous donne une énorme accélération. Mais attention : si vous les utilisez trop longtemps, ils chauffent et votre voiture finit par exploser.
W pour enclencher le retro-freinage. Ce sont d'autres moteur à réaction qui vous arrêtent presque instantanément mais ne sont pas très utiles.
F pour déployer les ailes. Car votre voiture peut voler. Mais attention : une courte période seulement ! Si vous laissez les ailes déployées trop longtemps elles se cassent et c'est le crash.
Une fois en vol, vous devez continuer à diriger la voitures avec les 4 touches fléchées.
A active des petits moteurs-fusée qui servent à faire tourner la voiture sur elle même, jusqu'à lui faire faire éventuellement un tonneau complet. Dans certains épreuves, en particulier du mode Hardcore, elles sont indispensables
T pour un "reset" de la voiture. La voiture est ramenée au sol et dans la bonne direction mais au début du dernier checkpoint.
Espace pour sauter. Il y a très souvent des "marches d'escaliers" que vous ne pourrez franchir qu'avec la touche sauter.
V sert à changer de vue.

Ca fait vraiment beaucoup. Si vous n'avez pas de manette Xbox et si aucune de vos manettes n'est prise en compte correctement, vous devrez utiliser JoyToKey pour transférer toutes ces touches sur une manette quelconque.  Vous trouverez ci-dessous une procédure complète pour la programmer avec ce génial petit logiciel.

Télécharger la procédure?

Les commandes, même avec l'option "advanced" cochée, sont très brutales. Ne pensez même pas utiliser le jeu avec un volant pour simulation auto. Il serait inutilisable! Ce manque de précision est particulièrement pénible lorsqu'on est en vol et qu'on doit mettre la voiture dans la bonne direction avec 4 contrôles au lieu de 2.
Dommage également qu'il n'y ait pas la possibilité de combiner clavier et souris pour piloter la voiture.



Les modes de jeu

Depuis le menu principal, vous pouvez entrer dans le jeu de deux façons :"Story" et "Arcade".


Un circuit "tutoriel"

Story vous donne accès à une série de 7 circuits que vous devez terminer dans l'ordre imposé, correspondant à une vague histoire. Ce mode n'a qu'un intérêt limité, puisque que vous pouvez retrouver les mêmes courses depuis le menu Arcade, sans contrainte d'ordre. Par contre, Story vous permet d'accéder au circuit "Tutorial" qui est assez utile pour débuter.
C'est un circuit assez basique où vous allez pouvoir expérimenter dans les conditions les plus faciles les commandes du jeu. Faites-le au moins une fois.

Le menu Arcade

Ensuite votre entrée dans le jeu se fera principalement depuis le menu Arcade. Vous y trouverez tous les modes de jeu possibles, soit actuellement:

Story levels : les 7 niveaux de "l'histoire", que vous pourrez parcourir dans l'ordre que vous voudrez, à condition de les avoir déjà débloqué, c'est-à-dire terminé au moins une fois. Avec les "old levels", ce sont les niveaux qui proposent ce qui ressemble le plus à une course automobile.
Hardcore levels : ce sont 7 nouveaux circuits, je devrais plutôt dire "épreuves". Le principe ici est de comprendre quelle méthode vous devez adopter pour aller au bout du circuit. Chacun des niveaux est donc un problème - ou plutôt une série de problèmes - à résoudre. Et comme le nom du groupe le laisse clairement deviner, c'est difficile !
Challenge levels : 9 niveaux, des circuits à parcourir comme Story levels mais plus complexes, avec de fréquentes sections "aériennes" dans lesquelles votre voiture en vol doit éviter les obstacles et trouver son chemin. Assez hard aussi.
Stunt levels : 5 niveaux "cascades" qui s'apparentent à la traversée d'une zone dangereuse avec une certaine liberté d'action. Très difficile aussi.
Old levels : il s'agirait de vieux niveaux manquant de finition mais finalement réintroduit dans le jeu par les développeurs. 5 circuits, assez classiques, dans la lignée des story levels.
Comm. Hardcore : 13 niveaux "hardcore" fournis par la communauté autour du jeu
Comm. Challenge : 1 niveau de la communauté.
Soit au total, si j'ai bien compté, 47 circuits ou épreuves en plus du niveau tuto. Ce qui laisse augurer de quelques heures de jeu.


Les voitures

Notez que au fur et à mesure que vous débloquez des circuits, vous accédez à de nouvelles voitures, plus performantes. Pour l'instant, n'étant pas allé trop loin dans le jeu, je n'ai droit qu'à la voiture des débuts, la Conceptor, et la Commander, qui ressemble fort à une De Lorean DMC-12.



Jouer contre des fantômes

Il n'y a pas de mode multijoueur dans Nitronic Rush et de toute façon le jeu ne s'y prête pas. Par contre, chaque fois que vous lancez un circuit, si la case "ghost replays" est cochée, des joueurs fantômes pourront vous donner la réplique. Vous pouvez choisir soit "Local" - et alors le programme affichera durant la course les fantômes de vos propres courses précédentes - soit "Online" et dans ce cas vous affronterez les meilleurs courses postées sur Internet.
Les ghost online sont particulièrement frustrants quand on est débutant car les joueurs qui ont laissé leurs records ont des voitures bien plus performantes et d'autres part sont techniquement bien meilleurs que vous. Résultat: vous les voyez partir comme des fusées et vous ne les revoyez plus jamais.


Ce que j'en pense?

Ce jeu est une réussite à tout point de vue. La réalisation est excellente - sauf sur le point déjà évoqué des contrôles et de la prise en compte des manettes. Les graphismes sont très beaux, le gameplay est solide, la musique et les bruitages sympas.
Par contre il ne faut pas considérer Nitronic Rush comme une course d'arcade - synonyme de jeu à la portée de tout le monde. C'est au contraire un jeu pour hardgamer. A part les premiers circuits, qui sont relativement faciles, tous les niveaux exigerons de vous au minimum une maîtrise avancée du véhicule. Pour beaucoup d'autres niveaux, vous ne réussirez pas tant que vous ne serez pas devenu un expert, capable d'enchaîner des séries de manipulations complexes, genre "combo", pour franchir une zone difficile. La réussite de certains niveaux consiste à recommencer 100 fois jusqu'à avoir trouvé la martingale qui vous permettra de passer. Il arrive aussi qu'on soit complètement perdu sur le sol ou dans l'espace, sans savoir où aller, ni parfois comment.   
Inutile de dire aussi qu'il faut mieux avoir une bonne coordination des mouvements et des réflexes affutés. Autre solution : jouer à deux, les joueurs se répartissant les commandes. C'est nettement plus facile mais il y en a toujours un qui s'emmerde un peu.
En conclusion, pour un jeu gratuit, c'est une perle. D'où la note de 5 étoiles, bien méritée.

Note : *****

Rob Robinson, avril 2018


* La notion de "en bref" est assez relative sur ce site. Cela signifie que le testeur, actuellement seulement moi, n'est pas allé jusqu'au bout du jeu. Pour autant je ne me suis pas contenté de passer 10 minutes sur le jeu pour faire un article vite fait. L'article reste fouillé, mais moins que pour d'autres jeux où je suis allé jusqu'au bout ou très loin.




 
 
 




Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();