Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

QuakeLive, clone gratuit de Quake 3 Team Arena

FPS

Quake III Arena et QuakeLive



Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Quake III Arena - Quake Live

FPS

Multiplateforme (navigateur Web)

****

 

Lancé en 1999 par ID Software, Quake III rompait, du point du vue du concept, avec les deux premiers épisodes de la série mais aussi avec les jeux de type FPS en général. Il inaugurait une nouvelle formule, le FPS d'Arène, dans lequel le joueur doit se battre dans une enceinte fermée, de taille relativement modeste. Plus de scénario, un mode solo réduit à sa plus simple expression (il sert uniquement à s’entraîner) et un mode multijoueur quasi-exclusif sont les caractéristiques générales du FPS d'arène. Les combattants s'affrontent sur la map souvent jusqu'à la mort, qui n'est pas définitive. Le joueur tué renaît rapidement mais dépouillé de ses armes, protections et munitions.


Dans Quake III, comme dans tous les FPS d'arène, il n'est pas question de s'arrêter pour réfléchir. S'arrêter c'est mourir ! Il faut bouger sans cesse et compter sur ses réflexes. Mais il faut aussi apprendre à maîtriser certaines techniques. Une fois sur un serveur de jeu, face à des joueurs aguerris, vous serez surpris de la vitesse avec laquelle ils arrivent à vous éliminer. Raaahhh !!! Mais comment font-ils ? Simplement ils maîtrisent très bien leurs armes et ils utilisent des techniques pour courir et virer plus vite, sauter plus haut et plus loin et même grimper aux murs. C'est ce qui fait que, finalement, le FPS d'arène est moins stupide qu'il n'en a l'air.

Malgré son âge, Quake III n'est pas disponible en abandonware. Même si le jeu n'est plus commercialisé, ID Software continue à revendiquer la possession des éléments graphiques : maps, textures, armures, etc. Seules les sources du moteur physique ont été offertes à la communauté, ce qui a permis à d'autres développeurs de l'améliorer et de proposer des FPS gratuits comme Xonotic, très proche, dans l'esprit, de Quake III. Par contre, ID Software à développé et mis à disposition gratuite du public un clone de Quake III, sous le nom de QuakeLive.

 

Pourquoi donc cloner un logiciel dont on est déjà propriétaire ?
QuakeLive reproduit Quake III Team Arena, la version ultime du jeu, sous forme d'un plugin à interfacer avec un navigateur Internet. Le clone fonctionne dans une fenêtre Web du site officiel, où on devra, bien évidemment, ingurgiter une quantité non-négligeable de publicité.  Ce qui est une manière intelligente de recycler un vieux jeu, qui rapporte ainsi quelques revenus publicitaires.

ID Software propose par ailleurs quelques prestations supplémentaires au prix d'un abonnement modique (2 à 4 € mensuel, selon les options).


Installation et lancement

Pour jouer à QuakeLive, vous devez donc vous rendre sur le site du jeu et créer un compte, à partir d'une adresse mail valide. On va vous demander de choisir un pseudo (Name Tag). Ne mettez pas n'importe quoi car c'est le nom qui apparaîtra plus tard sur les serveurs de jeu. Une fois votre compte validé, vous allez devoir télécharger le plugin, ce qui prendra quelques minutes (il est assez gros). Puis vous le lancerez pour qu'il s'interface avec votre navigateur. Lorsque ce sera fait, fermez et relancez. Une mise à jour assez longue sera effectuée, et, enfin, le jeu sera prêt à l'emploi.
Important ! QuakeLive a été développé initialement pour fonctionner avec Firefox. C'est donc probablement avec ce navigateur que vous aurez les meilleurs résultats. Personnellement, j'ai réussi à le faire tourner sans problème sur Safari mais pas sur Google Chrome.

Une fois connecté à votre compte, vous accédez à l'accueil de QuakeLive. En haut de la page, trois  parties en cours vous sont proposées, sous forme de petits écrans. Au premier coup d'oeil, vous voyez quel mode de jeu est utilisé et le pays d'origine. Ces parties sont tirées au sort aléatoirement. Si elles ne vous conviennent pas, rafraîchir la page suffit pour en obtenir trois nouvelles. Pour en savoir plus sur une partie (temps de jeu, nombre de joueur, map, nombre de frags...), il suffit de positionner le curseur dessus. Si vous cliquez, vous rejoignez la partie. Notez qu'après quelques essais où vous vous serez copieusement fait massacrer, le jeu détermine votre niveau et ne vous présente plus que des parties avec des joueurs débutants. Mais le mieux est encore d'utiliser les possibilités d'entrainement proposées un peu plus bas...

Training

Un peu plus bas, dans la page, vous avez les deux onglets, l'un appelé Training et l'autre Practice.  Commencez par Training. Une fille masquée mais bien roulée appelée Crash va vous  montrer ce qu'il faut savoir. Elle cause beaucoup et en anglais. Je n'ai pas tout compris à son bavardage mais comme nous sommes dans un FPS d'Arène tout à fait  semblable aux autres, nous voyons vite ce qu'il faut faire : ramasser les armes, les munitions pour les armes, les kit de soins, les armures, utiliser les jumper, etc.
Depuis quelques temps, cette section vous permet d'accéder aussi à des zones d’entraînement aux techniques spéciales, comme le strafe jump ou le rocket jump...

Le strafe jump est une technique, massivement utilisée dans le jeu, qui consiste à obtenir une accélération importante permettant de fuir très vite et de franchir des fosses. C'est un peu comme autrefois le double débrayage pour la conduite sportive : très difficile à apprendre mais une fois que le cerveau a enregistré la séquence on le fait instinctivement, sans le moindre effort.

Pour le strafe jump, voici la technique :

Vous appuyez toujours sur la touche pour avancer ; vous appuyez un instant sur la touche pour sauter ; vous tournez le réticule de visée vers le coté gauche (ou droit) et vous appuyez en même temps sur la touche de déplacement à gauche (ou à droite). Dès que vous touchez le sol, vous sautez à nouveau, puis vous regardez dans l'autre direction et vous changez de touche de déplacement latéral...
L’enchaînement successif des sauts et des changements de direction permet d'obtenir une vitesse de déplacement double ou triple de la vitesse normale et d'allonger considérablement les sauts.
Mais il faut beaucoup s’entraîner avant d'y arriver et personnellement, je ne vais pas vous le cacher, j'ai laissé tomber !

Le rocket jump consiste à tirer sur une cible spéciale, au sol, avec l'arme Rocket Launcher, afin d'obtenir un saut en hauteur vraiment spectaculaire. Le rocket jump est plus facile à réussir que le strafe jump.  
Il y a beaucoup d'autres techniques et quelques unes sont pratiquement indispensables pour espérer faire une petite carrière dans le jeu. Vous les trouverez détaillées sur cette page du Wiki en français. Bon courage !

Practice

Depuis l'onglet Practice, vous accédez au mode de jeu solo. C'est, en fait, une simulation du multijoueur, les joueurs en ligne étant remplacés par des bots. Vous choisissez votre mode de jeu (Choose game type) parmi cinq : Free For All (FFA), Capture The Flag (CTF), Clan Arena (CA), Team Deathmatch (TD) et Duel (D). Vous trouverez toutes les précisions utiles concernant ces modes sur cette page du Wiki. Puis vous choisissez une map (Select Arena) parmi la quarantaine qui est proposée. Enfin vous pouvez modifier certains paramètres du jeu (Customize Game) : niveau de jeu, nombre de joueurs, temps limite et nombre de frags avant la fin de la partie...

Important : dès que vous arrivez sur une arène, que ce soit en Training, en Practice ou en ligne, l'appui sur la touche Echap vous permet d'accéder au menu de paramétrage du jeu. Vous pouvez ici, notamment, adapter les contrôles à vos habitudes.

Ce que j'en pense

Le fait que je n'aime pas les FPS d'Arène n'entre pas en ligne de compte. Même sur une vielle machine, les décors sont superbes, les animations fluides et les temps de chargement rapides. Le moteur a été magistralement optimisé. Comme il s'agit d'un clone de Quake 3, il faut bien admettre que le jeu a largement fait ses preuves et que, pour un usage gratuit,  je ne peux que le recommander.
Je mettrais tout de même un ou deux petits bémols. Tout d'abord, avant chaque partie, même en mode Training ou Practice, vous devrez patienter 15 secondes pour visionner une publicité.
Et surtout, vous ne pouvez pas créer un serveur privé et y inviter quelques copains. C'est une possibilité qui n'est offerte qu'aux utilisateurs ayant souscris à l'abonnement à 4 euros.
J'ai mis 4 étoiles à QuakeLive, soit la même note que celle que j'avais attribué à Xonotic, un jeu très semblable à QuakeLive. Mais je trouve que Xonotic en offre un tout petit peu plus – et notamment la possibilité de créer ses propres serveurs.





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();