Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Red Eclypse

FPS

Red Eclipse

Red Eclipse est une évolution de Sauerbraten, dont il utilise le moteur graphique, Cube 2. C'est un FPS d'arène, comme l'était Sauerbraten, mais plus moderne. Il se rapproche davantage de Xonotic ou de QuakeLive. Nous avons là un nouvel héritier de Quake III Arena et d'Ureal Tournament.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Red Eclipse

FPS

Windows / Linux / BSD / Mac Os X

***

 
 

Ce que j'en pense ?

Techniquement, c'est pas mal. Les décors peuvent se comparer à Xonotic et à QuakeLive, même s'ils sont tout de même un cran en dessous. Par contre, le jeu n'est pas gourmand en ressources. Sur l'ordinateur que j'ai utilisé pour ce test, qui est une simple machine de bureau, il s'affiche sans le moindre ralentissement, bien que tous les paramètres aient été poussés au maximum. Le vieux Cube 2 Engine, sans doute un peu amélioré, a encore la pêche.

Par contre on peut se demander, étant donné qu'il existe déjà plusieurs superbes FPS d'Arène gratuits, ce qu'apporte celui-ci. Disons le tout de suite, Red Eclipse est loin d'être révolutionnaire. Mais il offre néanmoins beaucoup de nouvelles possibilités en matière de gameplay. Aux modes de jeu classiques (matchs à mort, captures et défenses de drapeau) s'en ajoutent quelques autres, moins habituels, comme le "bomber-ball" dans lequel vous devez emporter une bombe dans le camp adverse. Surtout chaque mode de jeux peut-être modifiés par l'un des nombreux "mutateurs".
Les mutateurs sont des paramètres qui modifient sensiblement le mode de jeu. Par exemple, avec le mutateur "expert" vous ne pouvez blesser un ennemi qu'en l'atteignant à la tête. Avec "jetpack", vous pouvez vous envoler. Avec "medieval" vous vous battez à l’épée... Nous y reviendrons.
Enfin, Red Eclipse propose aussi tout un lot de techniques de mouvements à découvrir, ce qui permet d'améliorer la mobilité et donc les chances de survie de votre personnage.
En résumé, un bon FPS d'arène, avec les spécificités qui justifient son existence. Et qui a lui aussi l'avantage d'être multiplateforme (Windows, Mac, Linux et BSR).


Téléchargement et installation

Téléchargez le jeu sur le site officiel, ici.
Comme d'habitude, je vais me concentrer sur l'installation de la version PC. Une fois le fichier téléchargé – c'est un exécutable - lancez le et installez le jeu où bon vous semble. Nous allons toutefois franciser en grande partie les menus, ce qui devrait vous faciliter un peu la tache. Voici la méthode à utiliser :
1/ Télécharger d'abord le fichier Red Eclipse francisation sur mon site. C'est une archive zip.
2/ Allez dans le dossier du programme et ouvrez le dossier data/config/menus. Copiez à cet emplacement les fichiers de l'archive. Comme ils existent déjà, vous devrez confirmer la copie.

Sauvegardez et fermez. Lancez le jeu, en principe les menus sont à présent en français.

Paramétrage

La première chose à faire et de régler le jeu pour votre machine. Voyons rapidement les options :
Graphismes : les paramètres coûteux en ressources machine sont en rouge, ceux qui le sont un peu moins sont en orange et si vous avez une vieille machine poussive, le vert est indiqué. Un excellent système, hérité de Sauerbraten.
Ecran va surtout vous permettre de choisir une résolution adapté à votre écran et à votre carte graphique.
Interface : ici vous pourrez choisir la façon dont vos jauges vont s'afficher en cours de jeu : radar, réticule de visée, quantité de munition disponible, etc.
Son : supprimez aussi vite que possible les 30 secondes de musique qui bouclent indéfiniment.
Contrôles : c'est ici que vous allez pouvoir déterminer quelles sont les meilleurs touches dont vous avez besoin pour jouer. Pour changer une touche, cliquez dans le champ, cliquez sur la bonne touche et refermez le champ par "Esc".

La seconde chose à faire et de créer un personnage. Entrez dans "Profile" et donnez un nom et une apparence à votre personnage, sachant que vos adversaires humains vous verront tel que vous l'avez décidé. Je n'entre pas dans le détail, expérimentez les options...

Jouer

Comme pour tous les jeux de même type (sauf Sauerbraten qui avait quelques vraies aventures scénarisées) il n'y a aucune aventure solo dans le jeu, qui ne vaut que par son Multijoueur. Par contre, le mode solo est vraiment très utile pour s’entraîner. Il est particulièrement bien conçu. Cliquez donc sur "Jouer hors ligne" depuis le menu principal et à partir de là vous pourrez choisir votre mode de jeu, les mutateurs principaux et secondaires que vous allez lui appliquer et la map où vous voulez vous battre.
Il y a 14 mutateurs en tout mais certains modes de jeu n'en acceptent qu'une partie. De plus certains modes de jeu ont aussi des réglages secondaires, qui s'affichent en dessous. Voyons tout cela en détail :

Les mutateurs

Multi : 4 équipes s'affrontent
FFA (free for all) : chacun pour soi.
Coop (coopération) : humains contre bots (nombre d'humains/nombre de bots = 2/3 par défaut)
instagib : un coup = un mort. Ca vaut pour vous aussi. Seule arme autorisée : le fusil à lunette.
Medieval : vous vous battez à l'épée (bof...)
Kaboom : les joueurs apparaissent avec 2 grenades et 2 mines uniquement, rechargeables un par un.
Duel : combat un 1 contre 1, le perdant devient spectateur. Les joueurs spectateurs jouent chacun à leur tour contre le joueur resté dans l'arène
Survivor (survivant) : duel dans lequel tous les joueurs apparaissent en même temps (dernier homme debout)
Classic : vous ne choisissez pas vos armes. Vous apparaissez avec le pistolet et il vous faudra ramasser d'autres armes.
Onslaught (assaut) : apparition de robots (grunts) et de tourelles (turrets) sur la map
Jetpack : vous pouvez voler, mais la jauge d'impulsion se vide...
Vampire : blesser les autres joueurs vous redonne de la vie.
Expert : vous ne pouvez faire de dégâts qu'avec des tirs dans la tête
Resize : quand vous blessez les autres joueurs vous grandissez ; quand vous êtes blessés vous rétrécissez !

Réglages complémentaires pour :
Capture the flag : Quick : un drapeau lâché retourne instantanément à la base / Defend : un drapeau lâché doit être défendu avant qu'il ne disparaisse pour revenir à la base / Protect : il faut garder le drapeau ennemi pour gagner des points.
Defend the flag : Quick : les drapeaux sont sécurisés plus vite que la normale / King : un seul drapeau au centre de la carte.
Bomber ball : Hold : garder la balle un maximum de temps pour marquer des points / Touchdown : il faut rentrer dans les buts adverses avec la balle sur soi.

Les armes

Les armes de Red Eclipse se compose d'un pistolet, d'une épée, d'un fusil de chasse, d'un pistolet-mitrailleur, d'un lance-flammes, d'un canon à plasma, d'un fusil à lunette, de grenades et d'un lance roquette.

Chacune de ces armes possède une action primaire et une secondaire, même la grenade. Testez chacune de ces armes en mode hors ligne, apprenez à les connaître et à choisir celles que vous préférez. Moi je suis fan du pistolet mitrailleur et j'ai du mal avec le lance-flamme et le fusil à lunette...

Les déplacements

Comme pour tous les FPS d'arène, la maîtrise des multiples techniques de déplacement vous apportera des chances de survie supplémentaires. La plupart des techniques habituellement pratiquées dans les autres jeux sont disponibles : wall-kicking, wall-running, dashing au sol comme en l'air, double-jumping... Cela signifie que vous pouvez marcher plus ou moins sur les murs, sauter plus haut sans aide, etc.
J'ai remarqué par exemple en fonçant sur une paroi verticale en regardant en l'air, on arrive à grimper au dessus, si ce n'est pas trop haut.
Si vous appuyez une deuxième fois sur la touche de saut une fois en l'air, vous sauterez plus haut.
Lisez le wiki en français au chapitre "Touches" pour en savoir plus.


Jauges diverses

Une jauge très utile, autour de votre réticule de visée, vous permet de connaître le nombre de munitions qu'il vous reste avant d'être obligé de recharger. N'oubliez surtout pas de l'afficher.  Surveillez également votre état de santé et votre jauge d'impulsion. Soit la capacité à sauter haut et loin. Y compris avec le jetpack.
L'énergie et la santé se régénèrent rapidement, d'autant plus vite que vous ferez moins d'effort. Vous planquer dans un recoin un petit moment, va vous aider à récupérer.

Les points

Une partie se solde toujours par un certain nombre de points gagnés par chaque équipe. En ce qui vous concerne, ces points dépendent de vos actions.

Par exemple, blesser un adversaire rapporte un point. En tuer un vaut 3 points. Mais si c'est un porte-drapeau, c'est 6 points ! Pour en savoir plus à ce sujet, voir le wiki en français (pas totalement complet mais c'est mieux que rien).

Jouer en ligne


Jouer en ligne est très facile. Depuis le menu principal sélectionnez "jouer en ligne"  et la liste des serveurs disponibles apparaît. Il y a une cinquantaine et peu de monde dessus. Parfois moins de 10 personnes en tout. Par contre, beaucoup sont ouverts et donc rien ne vous empêche d'en occuper un vide avec quelques copains.

Classiquement, vous êtes informé, pour chaque serveur, du nom des propriétaires, s'il est ouvert ou privé, le mode de jeu proposé, combien de joueurs sont présents et combien au maximum sont autorisés. Parfois, lorsque plusieurs personnes arrivent sur un serveur,  il vous est demandé de voter pour un type de jeu avant que la partie commence.
Sur beaucoup de serveurs vides de joueurs humains, vous pourrez néanmoins jouer la partie contre des bots, mais cela ne vous changera pas d'une partie solo.


Là où Red Eclipse ne s'améliore pas par rapport à Sauerbraten, c'est sur la création de serveurs privés. La même procédure compliquée que pour son aîné qui est de mise. De plus, beaucoup signalent que le programme dédié à cette tache, redeclipse_server.bat (qui se trouve dans le dossier du jeu) se plante au lancement. C'était mon cas. Le processus tourne en rond en consommant 95% des ressources de l'ordi mais sans rien faire d'apparent. Dommage...


Note :
***

Rob Rob, décembre 2014






Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();