Sabaki - Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Jeux de réflexion > Grands classiques

Sabaki


Sabaki* est le plus récent des programmes d'études pour le Go. Il est beau, présente l'avantage d'être disponible en version Linux 32 et 64 bits, Windows 32 et 64 bits, en version Mac Os x64. Et enfin en version Web, destiné à tourner dans un navigateur internet.
Il offre toutes les fonctions classiques :
➤Installation de multiples moteurs de jeu
➤Sauvegarde et chargement de parties aux formats courants (sgf, ngf, gib...)
➤Ensemble très complet de fonctions d'édition de parties.
➤Editeur de positions performant doté des outils compatibles avec les conventions de notation courantes (croix, triangle, carré, cercle, etc).

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Sabaki

Interface de Go

Windows / Linux / Mac Os / Web

*****


Téléchargement

Vous trouverez Sabaki dans ces différentes versions sur le site Github à cette adresse :
https://github.com/SabakiHQ/Sabaki/releases/tag/v0.41.0
L'installation du programme pour Windows est standard. RAS de ce côté là.

Installation des moteurs

Sabaki est une belle carrosserie vide. Si vous voulez l'utiliser pour jouer contre une intelligence artificielle, il faut lui adjointe au moins un moteur de jeu. Les installer ne pose pas vraiment de problème :
➤Menu "Engines" et "Manage engines" pour accéder au module de gestion des moteurs
➤Cliquer sur le bouton "Add" pour ajouter un moteur
➤Donner un nom au moteur
➤Cliquez sur le petit dossier pour aller chercher l'exécutable du moteur à installer là où vous l'avez stocké
➤Dans le champ appelé provisoirement "No argument" vous rajouterez les commandes gtp dont le moteur aurait éventuellement besoin pour fonctionner. Ou les commandes facultatives permettant d'affiner le fonctionnement du moteur (par exemple forcer un niveau de jeu inférieur au niveau maxi)
➤Dans le champ où figure "Initial commandes (; - separated)" vous pourrez mettre certains arguments très spécifiques, séparés par des ";". Je ne l'ai utilisé qu'une seule fois pour Phoenix Go.


 
 


Beaucoup de moteurs peuvent tourner correctement sans aucun paramètre. Mais leur fonctionnement peut être la plupart du temps précisés soit par l'adjonction de paramètres Gtp, soit en modifiant leur fichier de configuration interne. Actuellement, j'ai pu me procurer 16 moteurs :
Amigo Gtp, AQ, Aya, Brown, Dariush Go, Fuego, GnuGo, Go169, Iomrascalai, Leela, Leela Zero, Mogo, Oakfoam, Pachi 11 UCT, Pachi 12 deep learning et Phoenix Go.
Les moteurs de faible à moyen peuvent être installés sans trop se préoccuper de configuration. Ils ne sont pas de super-joueurs mais ils jouent vite sans trop solliciter l'ordinateur. C'est le cas de Brown, Iomrascalai, Amigo Gtp, Aya, Gnu Go et Go169. Plus le moteur est fort, moins c'est vrai, en général. Le fonctionnement des plus puissants - Leela Zero, AQ, Phoenix Go - solliciteront énormément votre matériel et vous contraindront en pratique à voir leur configuration de plus près.
Pour obtenir ces moteurs et prendre connaissance de toutes les informations nécessaires pour une configuration fine, reportez-vous aux articles suivants :

Les moteurs de Go
Leela
Leela Zero
GnuGo, le "grand ancien"

Important : lorsque vous installez un moteur, vous avez tout intérêt à ouvrir la console gtp (menu "Engines", "Toogle gtp console") car si le moteur a un problème de fonctionnement, cela vous sera indiqué dans le compte rendu de démarrage du moteur. Parfois la cause du problème est indiquée (par exemple si vous avez saisi un paramètre avec une erreur de syntaxe, Sabaki vous dira que la commande x est inconnue).

Pendant que nous sommes dans les moteurs, quelques mots concernant le reste du menu "Engines", sur lesquels je vous conseille de revenir plus tard :
➤"Manage engines" ouvre le module de gestion des moteurs (ajout de nouveaux moteurs et réglage des moteurs déjà installés)
➤"Attach…" pour attacher (sélectionner) le moteur courant
➤"Detach", pour supprimer le moteur courant
➤"Suspend" : stoppe le jeu provisoirement
➤"Synchronize" : pas compris l'usage, desoled
➤"Toogle analysis" : cette option est censée activer le mode analyse mais je n'ai réussi à l'utiliser sur aucun moteur, même ceux qui sont censés offrir la fonctionnalité comme Mogo. Comme une recherche sur Internet m'a permis de le vérifier, aucune documentation n'existe sur la manière de l'utiliser, et beaucoup se posent la même question que moi. Pas grave dans la mesure où le programme Leela propose un mode d'analyse, qui peut-être utilisée sur n'importe quelle partie chargée au format sgf, et qui est vraiment très bon. J'ai détaillé son fonctionnement dans l'article sur Leela. Je doute que l'analyseur de Sabaki nous en offre autant.
➤"Start playing" (F5) : démarre une partie à partir d'une position quelconque. Si aucun moteur n'est attaché, vous pourrez jouer alternativement blanc et noir. Si vous attachez un moteur à blanc ou à noir, vous pourrez continuer la partie en affrontant un moteur. Sur le visualiseur d'arbre, une nouvelle variante est produite si des positions existaient après la position courante.
➤"Generate move" (F10) : force le moteur attaché, s'il y en a un, à jouer à votre place. S'il n'y a pas de moteur, en attacher un.



 
 


Jouer une partie

Pour jouer, ouvrez le menu "File", puis "New" : le module de gestion de parties s'ouvre. A gauche vous avez les noirs, à droite les blancs. Vous choisissez votre camp et affrontez un moteur ou, possibilité très intéressante pour moi, vous sélectionnez deux moteurs que vous faites jouer l'un contre l'autre.
Une fois les joueurs choisis, vous déterminez la taille du goban, le komi et le handicap. Cerise sur le gâteau, vous pouvez enfin préciser l'identité des joueurs, l'événement auquel éventuellement vous participez et la date de la partie (par défaut la date du jour, prélevée dans votre ordinateur). Lorsque tout est réglé, cliquer sur "Ok" et la partie démarre.
Dans l'exemple ci-dessous je prépare une partie de Leela Zero contre son challenger le plus sérieux, Phoenix Go.
A noter : en bas à droite de l'interface un menu s'ouvre pour:  passer, abandonner, estimer la position (territoire), obtenir le score à l'instant T, ouvrir l'éditeur de positions et obtenir les infos de la partie.



 
 


Afficher les différentes vues

Par défaut Sabaki n'affiche que le plateau de jeu. Mais d'autres données et d'autres espaces d'information peuvent être affichés depuis le menu "View". Examinons les items les plus importants de ce menu :
➤"Toogle menu bar" (bascule barre de menu) : vous pouvez faire disparaître la barre de menu d'ici ("Alt" pour la rétablir provisoirement et "Toogle menu bar" à nouveau pour l'afficher en permanence)
➤"Show coordinates" : affiche ou non les coordonnées du goban
➤"Show next move" : affiche un point sur la pierre du dernier coup joué.
➤"Show game tree" : affiche le visualiseur d'arbre
➤"Show comments" : affiche la fenêtre de commentaires



Ici, toutes les fenêtres et toutes les données sont affichées...


Utilisation de l'éditeur de parties

Sabaki n'est pas qu'une interface pour jouer: c'est aussi et surtout un programme pour étudier. Ses outils d'édition de parties sont très performants.
Vous pouvez bien sûr sauvegarder vos propres parties ou bien lire des parties d'à peu près tous les formats. Pour intervenir sur une partie en mode d'édition, il faut d'abord avoir une partie en cours. Pour les besoins de cet article, téléchargez cette partie de 261 coups au format Sgf. Tirée de la collection "Honinbo", elle confrontait Maeda Nobuaki (noir) à Hayashi Yutaro (Blanc).
Chargez-là depuis le menu "File", "Open".  Elle s'affiche dans l'espace "Manage game" du menu "File". Double-cliquez sur la partie pour en faire la partie courante. Comme avec les autres programmes, vous pouvez vous déplacer de plusieurs façons différentes :

➤Depuis le menu "Navigation" (même si c'est de l'anglais les 8 1er items de ce menu sont explicites);
➤Avec la molette de la souris;
➤En cliquant sur un point du visualiseur d'arbre, qui présente la partie sous forme d'une chaînette verticale.
➤Ou bien en déplaçant l'étiquette numérique, à droite sur le bord de l'interface.
➤Vous pouvez aussi depuis le menu "Navigation", sélectionner "Go to move number" et indiquer le numéro de la position que vous voulez atteindre.

Supposons qu'à partir de la position 106 je veuille jouer une nouvelle branche pour cette  partie. Pour reprendre la main, il faut aller dans le menu "File", "New" et cliquer aussitôt sur "Cancel". Le menu de configuration de partie s'ouvre. A partir de là, vous ferez comme pour une partie habituelle. Soit vous conservez "Manual" des deux côtés et vous reprenez totalement le contrôle de la partie en jouant alternativement blanc et noir.
Soit vous prenez une couleur et vous choisissez un moteur pour jouer l'autre couleur.
Enfin, en sélectionnant un moteur de chaque côté (qui peut-être bien sûr le même), vous pouvez observer un moteur ou deux moteurs explorer une variante de la partie.





Sur les illustrations ci-dessus, j'ai exploré une variante A qui s'affiche sur le visualiseur d'arbre.
Puis je suis revenu à la position 106 pour commencer à explorer une variante B, qui s'affiche elle aussi sur une nouvelle branche de l'arbre des coups.  
Je pourrais utiliser la fenêtre "Comments" pour mettre des annotations, lesquelles seront associées à la position courante.
Si je sauve ma partie à ce stade, en lui donnant un nouveau nom, j'aurais dans mon nouveau fichier la partie initiale avec la branche principale et les deux variantes, ainsi que mes annotations.
Si après réflexion la variante B ne me convient pas, il suffit que je positionne le curseur sur le point de la chaîne où elle débute et depuis le menu "Edit", choisir "Cut variation". Elle est alors supprimée.  


Examinons le reste du menu "Edit"

➤"Toogle edit mode" (Basculer en mode édition): la palette des outils d'édition s'ouvre sur la position courante. Vous pouvez tout faire : mettre et enlever des pierres noirs ou blanches, annoter la position, poser des symboles...
Remarque : si vous posez de nouvelles pierres ou si vous en enlevez, Sabaki considère que vous venez de créer une nouvelle variante et l'affiche sur le visualiseur d'arbre.
➤"Select tool" (Sélectionner l'outil...) : suivent  les mêmes outils que nous venons de voir : pierre blanche, pierre noir, croix, triangle, carré, etc.
➤"Copy variation" & "Paste variation" : copier-coller d'une branche. Dans ce cas il ne reste plus que la branche sur laquelle vous étiez positionné. Ceci permet par exemple d'isoler une séquence pour les besoins d'une illustration de cas de Go. Vous pouvez la sauvegarder avec un nouveau nom.
➤"Make main variation" (devient la variation principale). Ce choix permet de transformer par exemple la variante B où vous vous trouviez en variante principale (la variante principe devient variante B : les places sont échangées).
➤"Shift left" & "Shift right" permettent de se déplacer de variantes en variantes.
➤"Flaten" (aplatir). Toutes les positions antérieures sont supprimées. Par contre les positions postérieures sont conservées. Si vous ne voulez garder que l'unique position, simple "cliché" du goban, positionnez le curseur sur le coup suivant dans l'arbre des coups, clic droit et "Cut variation".
➤"Remove node" (supprimer le noeud) : c'est en quelque sorte l'opération inverse de la précédente : tous les coups après la position sont supprimés.
➤"Remove other variation" : supprime toutes les variations qui ne se trouvent pas sur la branche principale.

Notez qu'un clic droit sur une position de la "chaîne" d'arbre ouvre les derniers items du menu "Edit", ceux dédiés à la gestion des variations : copier, couper, coller, déplacement dans les variations, suppression des positions précédentes,  suppression des positions suivantes et suppression de toutes les variantes.


Autres menus

Le menu "Find" (trouver)

➤"Toogle find mode" (passer en mode recherche). Il s'agit ici de trouver des annotations. Par exemple si vous avez écrit "variante A" au début d'une variante dans le champ texte, si vous tapez "variante A" dans la fenêtre de recherche, Sabaki cherchera et trouvera votre variante A.
➤"Find next" et "Find previous" : cherche le commentaire suivant / précédent.
➤"Toogle hotspot" (Bascule édition de signet) : positionnez le curseur sur une position que vous voulez mémoriser par un signet. Il s'affiche sur l'arbre et sous forme d'une étiquette en bas du goban. Si vous faite "Toogle hotspot" au même endroit, le signet est effacé.
➤"Jump to next/previous hotspot". Signet suivant / signet précédent

Le menu Tools

➤"Toggle autoplay mode" (bascule mode d'avancée automatique) : ici la partie va avancer automatiquement. Sabaki attend toutefois que vous lui donniez deux informations, sous le goban: le temps entre deux positions (par défaut une seconde, vous pouvez bien sûr le changer - à gauche) et l'autorisation de démarrer (le bouton au milieu). Par défaut il avance sur la branche principale - ou sur une variante si elle est sélectionnée (regardez sur le visualiseur d'arbre). Si vous n'êtes pas sur la bonne branche, utiliser Shift left et shift right pour changer de variation.
➤"Guess the next move" (devinez le prochain coup). sans commentaire.

Le menu "Play"

➤"Toogle player" : vous changez de camp.
➤"Pass" (passer), Resign (abandonner)
➤"Estimate" : estimation des territoires à la position courante (illustration ci-contre)
➤"Score" : sans commentaire.

Sur la dernière pierre jouée (celle qui s'affiche avec un point si l'option est active) un clic droit de la souris ouvre un menu de notation qui vous permet de mettre rapidement un commentaire standard, qui s'affiche sous forme d'un code de couleur sur le visualiseur d'arbre :
➤"Good for black" (bon pour les noirs) :
orange
➤"Good for white" (bon pour les blancs) :
orange
➤"Unclear position" (position incertaine) :
orange
➤"Even position" (Même position - ?) :
orange
➤"Good move" (bon coup) :
vert
➤"Interesting move" (coup intéressant) :
bleu
➤"Doubtful move" (coup douteux) :
violet
➤"Bad move" (mauvais coup) :
rouge
➤ "Hotspot" (pose d'un signet) : symbole "hotspot"


 
 


Changer l'apparence

Il est facile de changer l'apparence de Sabaki mais il faut d'abord obtenir des pierres, des fonds et des goban de rechange. Voici ma sélection faite de fichiers trouvés sur le site de Sabaki et d'autres que j'ai bricolé moi même en cherchant des textures sur Internet. Décompressez l'archive et coller le dossier "Thèmes Sabaki" qu'il contient dans le dossier de Sabaki. Ce répertoire contient trois sous-dossiers, un pour les pierres, un pour les gobans et le dernier pour les fonds.
Pour installer de nouveaux éléments graphiques, menu "File", "Preferences" : on accède aux trois modules de réglage, le général, les thèmes et les moteurs. Sélectionnez les thèmes. Pour customiser les éléments du jeu, chargez séparément les pierres noires, les pierres blanches, les gobans et les fonds.
Les fichiers des pierres sont toujours au format png, intégrant un masque transparent pour le fond. Par contre les fichiers de gobans et de fond peuvent être indifféremment en jpg ou en png. Créer de nouveaux fonds ou de nouveaux gobans est très facile. Mais il faut tenir compte du fait que Sabaki va réutiliser la texture lorsque vous agrandirez la fenêtre du jeu. Il vous faudra donc des images qui peuvent se raccorder sans que les raccords soient trop visibles. Pour les fonds utiliser de préférence des images homogènes avec de petits motifs répétitifs. Pour les gobans, les images ne doivent pas être trop foncées ni trop chargés, sans quoi jouer avec deviendra pénible. Vous trouverez dans le pack diverses textures "bois", quelques gobans "marbre" et "métal".



 
 
 

Un skin plus "fantaisie" pour Sabaki.

 
 
 
 

Skin "Or & argent"

 


Ce que j'en pense ?

Beaucoup plus moderne que Dariush Go, plus moderne que Drago, il est incontestablement le logiciel de Go dont l'apparence est la plus flatteuse. D'autant qu'un grand nombre de skins sont disponibles pour en changer l'aspect.
Cela étant dit, l'apparence reste un éléments relativement secondaire. En tant que logiciel d'édition il est performant mais classique. Là où il est très fort c'est son aptitude à recevoir n'importe quel moteur de jeu, même le plus complexe à installer. Avec Sabaki, contrairement aux autres interfaces de Go (GoGui, Dariush, Drago) je n'ai rencontré aucun échec.
J'ai apprécié aussi la facilité à faire jouer deux moteurs l'un contre l'autre, utile pour la rédaction de mes articles.
Sabaki est une très bonne plateforme pour le Go, mais Drago est plus pointu en tant que programme d'études. A certains points de vue, Darisuh Go également. Elle a un autre défaut : il n'existe pour l'instant aucune version francisée et par ailleurs il n'y a quasiment pas d'aide disponible, même en anglais. D'où ce mode d'emploi qui devrait vous aider à en tirer meilleur parti.

Rob Robinson, février 2019



* Sabaki est un terme japonais, difficile à traduire. Il désigne une manière de jouer lorsque des pierres se trouvent en difficulté chez l'adversaire. C'est une forme d'art qui ne se résume pas à gagner du territoire mais à faire des formes légères, flexibles, qui sortent rapidement vers le centre et avec lesquelles il est possible de faire facilement des yeux. Le sacrifice tient aussi une place importante dans le sabaki.

 




 
Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();