Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Sauerbraten

FPS

Sauerbraten


Sauerbraten, parfois aussi appelé Cube 2, est un FPS à thématique futuriste, descendant en droite ligne d'Assault Cube. Les deux logiciels ont en commun l'emploi du moteur de rendu 3D "Cube" dont la particularité est de générer le décor au moyen d'un empilement de cubes. Les maps affichées sont un peu grossières mais ce système à l'avantage de consommer très peu de ressources machine. Sauerbraten peut ainsi tourner avec facilité même sur de très vieux ordinateurs.  Malgré cet aspect rustique, le rendu des décors reste efficace et souvent... beau !
Cube 2 est multiplateforme. A la version de base sur PC se sont ajoutées une version Mac et une version Linux. Et également BSD et Solaris. Tout le monde peut donc y jouer.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Sauerbraten

FPS

Windows / Mac / Linux

***

 

Ce que j'en pense ?

Sur le plan ludique, nous avons un FPS à la prise en main rapide, très bourrin, qui répond à la définition du FPS d'arène. Vos réflexes seront davantage mis à l'épreuve que votre intelligence. Cela dit, les aspects tactiques ne sont pas à négliger. Savoir fuir et se cacher, avoir de bonnes techniques d'attaque, savoir sauter plus haut ou plus loin, mieux employer les armes en fonction de leurs qualités et défauts seront des conditions nécessaires à votre progression dans le jeu.

Le mode Single Player est assez développé pour un FPS dont l'esprit est celui de l'arène. Certaines maps spéciales recèlent des mécanismes à activer, des portes, des ascenseurs, des objets explosifs, et bien sûr des monstres qui attendent votre arrivée. Elles sont dotées de scripts qui permettent de dérouler le scénario pas à pas. Il y en a 9 en tout, regroupées dans Campaign,  et elles pourront vous occuper un bon moment. Malheureusement, l'IA des bots est nulles ; ils agissent toujours de la même façon : ils foncent vers vous, ont tendance à se tirer dessus eux—mêmes, tombent dans les fosses... Ce qui fait que le jeu devient assez vite répétitif. A la fin de la neuvième maps, ça suffit amplement ! Mais en solo, vous pourrez toujours jouer encore en mode DSMP (voir plus bas).

Le multiplayer est assez riche, avec beaucoup de modes de jeu différents. Mais Sauerbraten, dont la première édition stable date de 2005, commence à se faire vieux. En multi aussi, le jeu atteint ses limites et finit par paraître répétitif. Depuis Cube 2 plusieurs FPS d'arène gratuits plus modernes et plus riches sont apparus, comme Quakelive ou Xonotic. Sans parler le Red Eclipse, qui utilise une version améliorée du moteur Cube 2 de Sauerbraten. Cela se ressent dans la fréquentation des serveurs ainsi que dans la raréfaction des membres de la communauté autour du jeu.
En résumé, un très bon jeu gratuit, avec une partie solo intéressante, mais qui commence à dater.

Aide à l'emploi

Tous les menus du jeu sont en anglais, la dernière version du jeu n'ayant jamais été francisée. Mais à la vérité, il n'y a pas grand chose à traduire. Au lancement apparaît le menu principal. Il est divisé en trois parties :  

La première pour caractériser le joueur. Vous choisissez ici un nom, une apparence et un modèle pour votre mire de tir. Les possibilités de personnalisation restent maigres.

La seconde partie concerne les différentes manières de jouer :  
Serveur browser vous permet d'accéder à une liste de serveurs actifs à qui se connecter. Voir plus bas « Multijoueur ».  
Bot match s'ouvre sur un second menu proposant la liste complète des différents modes de jeux. Choisissez-en un et toutes les cartes disponibles qui l'utilise apparaîtront. Faite votre choix et vous pourrez jouer une partie solo sur cette carte, les ennemis étant des bots gérés par l'IA. Excellent pour s'entraîner, découvrir une map et les différents modes de jeu, avant une partie en multijoueur. Notez que vous pouvez ici régler le niveau de difficulté. Il est sur "3" par défaut. Ramenez le à "1" si vous trouvez le jeu difficile.
Campaign est l'item d'où vous pourrez accéder aux aventures solos du jeu. Je ne vous conseille pas, ici, de baisser le niveau avec la réglette "Skill level". Le jeu serait trop facile.

Le dernier bloc contient essentiellement les options, autrement dit le paramétrage du programme. Examinons rapidement les plus importantes :
Game : dans un premier temps, je vous conseille de conserver les paramètres par défaut.
Gfx : ici vous réglez les paramètres de l'affichage 3D. Ceux qui consomment le plus de ressources sont en rouge. Comme Sauerbraten est vraiment peu gourmanb, il est probable que vous puissiez tout mettre en rouge.
Display : encore des paramètres d'affichage mais qui concernent le rendu des textures. Ici, tout est à zéro par défaut. Si vous avez une machine récente, poussez les réglettes. Vous aurez une image lissée, plus douce et plus agréable à regarder.
Res : choix de la résolution d'écran. Il n'est pas utile, étant donnée la relative simplicité des décors, d'afficher des résolutions importantes.
Key : très important menu, puisque que c'est ici que vous allez affecter des fonctions à vos touches de jeu favorites.

Les modes de jeu solo

Laissons de coté bot match, dont nous avons parlé plus haut et qui sert essentiellement à tester une map et un mode de jeu contre des bots avant une partie en multijoueur. Nous avons surtout en solo :

Campaign : ici sont regroupé neuf aventures scénarisée, qui ne se déroulent pas dans des arènes mais dans des espaces beaucoup plus vastes. Vous devez progresser en suivant le scénario prévu. Les ayant toute rejouées ces derniers jours, je les ai trouvé assez intéressantes, à condition de sélectionner un niveau de difficulté de 3 ou 4. L'inconvénient est le manque d'intelligence des bots, qui fait que leur comportement est toujours très prévisible.

DMSP : vous trouverez aussi dans le menu campaign un mode spécial, dit DMSP. Il s'agit d'un mode de jeu de type "survie" spécifique au jeu en solo. Vous pouvez l'utiliser sur à peu près toutes les cartes. Cliquez sur "Start DMSP map" puis choisissez une carte. Le jeu se lance et vous avez quelques secondes pour courir ramasser le maximum de munitions avant que la première vague d'assaillants n'arrive. Comme d'habitude, les bots vous foncent dessus, se tirent dessus et font à peu près n'importe quoi. En revanche, ils ont le nombre pour eux. Pour terminer un jeu, il faut tuer le dernier monstre – qui est parfois difficile à dégoter. Puis vous passez à la map suivante...


Les modes de jeu d'arène

Pour jouer en mode local contre des bots ou avec d'autres joueurs humains en multiplayer, il faut connaître d'abord les modes de jeu disponibles. Ils sont nombreux. Voici ceux qui restent disponibles dans la dernière édition dite Collect :

FFA ou "free for all" : le joueur affronte les autres joueurs en ayant accès à toutes les armes à partir du moment où il a trouvé des munitions à ramasser. Le but est de tuer le plus de joueurs et d'être tué le moins possible. Le vainqueur est celui qui aura fait le plus de victimes (on parle de "frags") à la fin du temps imparti (de 10 minutes en standard).

Efficiency : c'est un mode FFA particulier, pour lequel on dispose de trois armes qui nous sont
assignés aléatoirement et qui sont pleinement chargées. On ne ramasse donc plus les munitions et l'on doit improviser lorsqu'on en a plus.

Instagib : idem FFA mais on ne peut utiliser que le fusil (ou l'arme au corps, toujours présente) et 100 cartouches. C'est un mode technique, brutal et extrêmement rapide que les joueurs préfèrent généralement pratiquer en duel.

Capture : ce mode utilise des "maps" spécialement conçues à cet effet (dont "Relic" qui était la plus populaire) possédant des "bases" à capturer puis à défendre en équipe. La capture se fait en restant durant un certain temps (jaugé visuellement) dans le périmètre de la base (symbolisé par un objet unique aisément reconnaissable). Plus il y a de joueurs à côté de cette base, moins de temps il faut pour la capturer. Une fois la base capturée, elle prend la couleur de l'équipe (y compris sur le radar). Si toutes les bases de la map sont capturées par la même équipe la partie se termine et cette équipe est déclarée vainqueur. A défaut, c'est l'équipe qui a capturée le plus, ou l'équipe qui a fait le plus de victimes. Lorsqu'une base appartient à une équipe, il faut plus de temps pour la reprendre. En effet, il faut d'abord la "neutraliser", puis la "posséder". Mais si l'on s'arrête après la phase de neutralisation, la base n'appartient à aucune équipe et il faudra donc moitié moins de temps à l'une d'entre elles pour se l'accaparer. Une technique classique consiste donc à mener des attaques massives frontales afin de procéder à des captures éclaires, tandis que d'autres joueurs prennent discrètement les bases isolées.  C'est donc un mode de jeu d'équipe particulièrement tactique et intéressant bien qu'il faille parfois s'armer de patience pour capturer seul une base. Le temps de chaque partie est en principe de 15 minutes.

CTF ou "Capture The Flag" : jeu classique dans lequel sont disponibles toutes les armes ou uniquement le fusil (mode "Insta CTF" très populaire sur les serveurs). Le jeu se déroule sur des maps dédiées possédant un drapeau pour chaque équipe. Le but est d'aller récupérer le maximum de fois le drapeau ennemi dans son camp afin de le ramener sur celui de votre équipe. La partie est gagnée par la première équipe ayant rapporté 10 drapeaux, ou alors, le maximum de drapeaux dans le temps imparti (10 à 15  minutes). Le problème étant que si l'on revient dans son camp avec le drapeau ennemi, pour pouvoir marquer le point, il faut que notre drapeau n'ait pas été volé entre temps et soit toujours sur sa base ! Le classement se fait en fonctions du nombre de tués et du nombres de drapeaux rapportés. Les joueurs récupérant leur drapeau aux mains de l'ennemi sont également récompensés dans le classement interne à leur équipe. Ce mode de jeu est cependant plus individualiste que le mode Capture et n'encourage guère un travail d'équipe efficace.

Protect ou "Protect The Flag" est similaire au CTF. Là, le but n'est pas de rapporter à sa base le drapeau adverse mais de simplement le toucher afin de marquer un point. Mais les joueurs de l'équipe peuvent déplacer leur drapeau afin de se placer dans un endroit défensif stratégique sur la carte. Rare sur les serveurs car peu adapté au style de jeu rapide qu'exige Sauerbraten.

Hold ou "Hold The Flag" est légèrement similaire au protect, sauf qu'il faut capturer un drapeau neutre qui se trouve normalement à l'emplacement d'un drapeau du mode Capture. Pour marquer un point, il faut le garder 20 secondes.

Collect : ce mode qui a fait son apparition dans la dernière édition ressemble au mode Harvester d'Open Arena. Il est jouable sur les mêmes cartes que les modes CTF et Protect. Il faut tuer des ennemis, s'emparer de leurs cranes et atteindre la base ennemie avec, ce qui fait gagner un nombre de point égal au nombre de cranes ainsi acheminés. Il faut aussi faire disparaître les cranes apparus à la mort des alliés, également en les prenant. Contrairement au mode similaire d'Open Arena, quand un joueur (ou un bot) meurt, le crane apparaît à l'endroit où il meurt (et non près du centre de la carte), et il est possible de faire perdre des points à l'équipe adverse, en atteignant la base adverse sans porter de crane alors que l'équipe ennemie a un ou plusieurs points. Quand cela arrive, l'équipe ennemie perd un point et un crane identique à celui apparaissant à la mort d'un allié apparaît près de la base. Il doit le récupérer avant l'ennemi pour éviter qu'il ne tente de récupérer le point perdu.

Les modes instagib (insta), efficiency ou par équipe (team) peuvent être combinés à d'autres modes.

Les armes et objets

l'arme au corps : poing, couteau, épée ou tronçonneuse, elle est très peu pratique, d'autant plus qu'il faut se placer bien en face de l'ennemi pour le blesser ou le tuer. Par contre elle est toujours disponible.
Le pistolet : très bonne précision même de très loin mais fait peu de dégâts.
Le fusil à pompe : super efficace à courte portée. Très peu efficace si la cible est éloignée. Peut être très utile à distance moyenne dans un groupe compact d'ennemi. Temps entre deux coup assez long.
Le fusil : la meilleure arme du jeu. Précise, efficace même de très loin, et puissante comme le fusil à pompe. Son défaut : temps long entre deux coups car il faut réarmer.
La mitrailleuse : son avantage est de tirer en continu jusqu'à épuisement des munitions. Inconvénient : chaque balle à la puissance d'une balle de pistolet (donc faible) et elles ont tendance à se disperser à longue distance. Très efficace à courte portée ; assez efficace encore à moyenne portée.
Le lance roquettes : fait beaucoup de dégâts mais la roquette est trop lente à aller jusqu'à son but, ce qui lui laisse le loisir de l'éviter. Surtout si c'est un joueur humain et non un bot !
Le lance grenades : propulse à un rythme soutenu des boules explosives pouvant rebondir sur les murs et explosant automatiquement, soit au contact direct avec un joueur, soit peu de temps après leur lancer. Très utile dans les maps scénarisées où on peut envoyer de loin les grenades dans les recoins où les monstres vous attendent. En multijoueur ou en bots match, son utilité est faible.


Parmi les objets précieux à ramasser il y a outre les caisses des diverses munitions, les armures (plus ou moins résistantes selon la couleur), les disques de vie, qui restaurent votre santé, et les disques de bonus de vie (ces derniers portant votre capital vie au delà des 100 points de départ).

Techniques de jeu

Comme dans tout FPS d'arène, ça coure, ça bondit dans tous les sens, c'est très rapide. Par contre, je n'ai jamais entendu parler de techniques de déplacement spécifiques, comme on le voit dans les jeux plus récents, bien que la capacité à bondir de certains joueurs en multi m'étonne toujours. Personnellement, j'ai découvert deux techniques utilisables. Coincé dans une fosse sans pouvoir sauter assez haut dans l'une des maps de campaign, j'ai tenté d'utiliser le fusil à pompe pour sauter un peu plus haut, comme on peut le faire dans les FPS d'arène récents. Ca a marché ! C'est encore mieux avec le fusil. Par contre ça ne marche pas avec la mitrailleuse.
Il est possible également de sauter un peu plus haut avec la technique suivante : foncer vers un mur, lever la tête en visant disons de 45 degrés vers le haut et sauter, puis ré-appuyer sur la touche de saut juste avant de commencer à retomber. Ca m'a permis plusieurs fois de m'emparer d'une armure ou d'un disque de vie inaccessible autrement. Mais ces techniques sont-elle vraiment utiles en multijoueur ? J'en doute.

Multijoueur

Maintenant que vous savez tout ce qui est nécessaire, vous pouvez attaquer le jeu en ligne. Comme tous les jeux de ce type, c'est en multijoueurs que Sauerbraten prend sa vrai dimension.
Pour trouver des serveurs disponibles, cliquez sur Serveur browser depuis le menu principal. Vous accédez à une liste de serveurs actifs. Chaque ligne correspondant à un serveur et vous donne une série d'informations utiles : le nombre de joueur présents sur le serveur et le nombre maximum de joueurs acceptés, le mode de jeu proposé, la map utilisée... La colonne "master" est très importante. Vous ne pouvez jouer que sur les serveurs open (en verts) ou auth. Vous ne pourrez pas jouer sur les serveurs locked (oranges) ou password (rouges).

Contrairement à Xonotic pour lequel la création d'un serveur pour y héberger quelques amis ne prends que quelques instants, il n'y a pas de méthode simple pour Sauerbraten. Il faut en effet entrer des paramètres en ligne de commandes après avoir lancé le fichier serveur.bat, que vous trouverez dans le dossier du programme installé. Ici, une aide détaillée pour y parvenir.


Développer soit même ses cartes et aventures


Sauerbraten a une autre très intéressante particularité : grâce à l'éditeur de jeu intégré au programme, relativement facile à utiliser, n'importe qui peut créer ses propres maps. C'est ce qui fait qu'il y en a tant de disponibles pour ce jeu. N'importe qui ne veut pas dire pour autant que c'est un jeu d'enfant. Cela exigera de vous un certain effort, comme de lire avec attention les nombreux tutos existants, le plus souvent en anglais. Personnellement, je préfère laisser ça à des personnes plus motivées que moi.

Les enfants de Sauerbraten

Logiciel libre autour duquel s'est agglomérée longtemps une importante communauté, Cube 2 a une lignée de successeurs. Le plus abouti est sans doute Red Eclipse, qui semble le successeur le plus sérieux de Sauerbraten (voir notre article complet).

Sorti tout récemment (mai 2014) dans sa première version stable, un nouveau venu semble très prometteur : Tesseract (ci-contre). Doté de graphismes nettement améliorés, avec notamment une très bonne gestion des ombres dynamiques, il a néanmoins besoin d'être encore fortement étoffé. Il n'y a que 4 maps utilisables et trois modes de jeu seulement, DM, DM par équipe et CTF. Et sur la dizaine de serveurs disponibles je n'ai jusqu'à présent jamais vu personne. Rien ne vous empêche toutefois d'aller squatter l'un d'eux avec quelques potes.
Enfin, dernière découverte, Revelade Revolution est un clone de Sauerbraten proposant un Survival horror très moyen. On ne peut le pratiquer qu'en mode solo car les rares serveurs sont la plupart du temps indisponibles. Sur les 6 cartes du jeu, vous ne pourrez par ailleurs tester aucun des modes de jeu proposés par le multiplayer, à savoir tous ceux qu'on trouve habituellement sur Sauerbraten. Seul le mode DSMP est disponible en solo. Bref, ce n'est pas le génie de la fratrie.

Téléchargement et liens utiles

Le site officiel où vous pourrez télécharger Sauerbraten au choix pour Windows, MacOs ou Linux
Le site de la communauté francophone
La fiche Wikipedia (à lire pour les nombreuses informations utiles au joueur).
Le site américain Quadropolis, où télécharger des cartes, des packs de textures, des scripts pour diverses améliorations du jeu.


Note :
***

Page liée

Le vocabulaire des FPS et les différents modes de jeu.





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();