Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Xonotic

FPS

Xonotic (ex Nexuiz)

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Xonotic

FPS

Windows / Linux / Mac Os

****

 

Nexuiz, avait acquis une place en vue dans le petit monde des FPS gratuits, grâce à un jeu très typé "Arène" au gameplay ultra-nerveux, le recours massif aux jumpers (et autres dispositifs qui vous propulse en l’air) et une 3D d’une qualité exceptionnelle pour un freeware. Mais le créateur initial du jeu l’a cédé à une société qui a fait de Nexuiz une marque commerciale, menaçant de nous en priver.  Heureusement pour nous, des programmeurs ont poursuivi le développement du logiciel, qui a du toutefois changer de nom. Il s’appelle maintenant Xonotic.


Le jeu


Xonotic est tout à fait ce genre de FPS dans lequel vous n’avez pas intérêt à vous arrêter pour réfléchir. Ca va beaucoup trop vite ! Non, ici vous devez bouger sans cesse et compter sur vos seuls réflexes.  Ne cherchez pas non plus un quelconque habillage scénaristique. Démolissez sans réfléchir tous les combattants qui ne sont pas de votre équipe. Point final.

Je le reconnais, c’est aussi le type de FPS que je déteste. Plus bourrin, ça n’existe pas ! Ceci dit, je ne me permettrais pas de stigmatiser ceux qui apprécient la baston pure et dure. C'est bon aussi de se défouler ! Et d’autre part, le jeu est techniquement irréprochable. Pour votre info, il a été réalisé avec Darkplaces, un moteur graphique open source très performant – et dérivé de celui de Quake, figure historique du FPS.
En résumé, dans son genre, Xonotic est un must et sa place est donc bien ici.

Installation et lancement

Il n’y a pas d’installateur. Il suffit de décompresser l’archive dans un dossier et de lancer le fichier "xonotic-sdl.exe" ou le fichier "xonotic.exe". "Xonotics-sdl" vous permettra de choisir la langue du jeu (il est partiellement francisé) et de créer un joueur. Par la suite, vous pourrez lancer Xonotic directement avec "xonotic.exe". Une fois dans le jeu, vous accédez à un menu qui comprend trois panneaux : un panneau "Solo", un panneau "Multijoueur" et un panneau "Options ".

Le panneau "options" permet de configurer finement le jeu, notamment d’adapter les contrôles à vos habitudes et les graphismes à la puissance de votre machine. Je n’entre pas dans les détails, il n’y a rien ici d’inhabituel.
A ce stade, vous pouvez avoir le problème suivant : le jeu ne veut pas de la résolution actuelle de votre écran ! Et aussi curieux que ça puisse paraître, pour un jeu aussi sophistiqué que Xonotic, il n’est pas capable de s’adapter de lui-même. Par contre, il vous propose deux résolutions valides. Si vous êtes dans ce cas, vous n’aurez pas d’autres possibilités que d’essayer au pif une autre résolution, ou bien de sélectionner manuellement pour votre bureau l’une des deux proposées.  


Petit jeu solo, grand jeu multi

Le jeu solo vous lance dans une arène, choisie aléatoirement, pour affronter des bots dans un match à mort simple, un match à mort par équipe ou une capture de drapeau (il y a peut-être d’autres modes de jeu en solo mais je ne suis pas allé très loin). Si c’est un match par équipe (Team Death Match), regardez votre arme pour savoir de quelle couleur est votre équipe. Le jeu solo est un bon moyen d’entraînement et il vous permettra aussi de vous familiariser avec la topologie des maps. Mais son intérêt s’arrête à peu près là.

Le mode multi est vraiment le point fort du jeu. Tout d’abord, il y a énormément de serveurs en service. Chaque serveur est créé pour un certain nombre de joueurs (32 au maximum) et vous pouvez savoir à tous moment combien de joueurs sont déjà là et combien peuvent au maximum se joindre à une partie. Ce sont les chiffres qui se trouvent tout à droite de chaque ligne de serveur actif. 6/10 signifie que 6 joueurs sont déjà dans la partie pour 10 joueurs au maximum par partie
, pour ce serveur.

Si vous sélectionnez un serveur, vous serez mis en attente dans la file durant un temps variable – mais assez rapidement, vous serez inclu dans la partie, même si le nombre maximum de joueur n’est pas atteint.
Autre possibilité, encore plus intéressante : créer son propre serveur, à l’attention de quelques amis que vous aurez pris soin de prévenir. Il suffit de cliquer sur le bouton « Créer », de choisir un mode de jeu, une map, un nombre de participants (et quelques autres paramètres secondaires), et de vous connecter.

Regardez l’exemple ci-dessus : j’ai créé un serveur dont la dénomination est formée à partir du nom de mon personnage - ici lemitre’s xenotic server. Le temps de latence est à 0 ce qui signifie qu’il est immédiatement disponible. La carte est la g-23 et le mode de jeu est deathmatch (dm). Enfin, il y a 1 joueur sur les 8 demandés. Mes amis n’auront qu’à cliquer sur cette ligne pour me rejoindre dans la partie.
Même si Xonotic reste bourrin, y compris en multi, jouer contre de vrais adversaires humains est vraiment beaucoup plus intéressant.

Compatibilité

Xonotic est multiplateforme. La version Windows tourne sur tous les OS à partir de XP et on peut télécharger sur le site officiel des versions pour Linux et Mac OS.

Téléchargement pour Windows, Linux et Mac sur le site officiel

Vous pourrez également consulter le site de la communauté francophone du jeu.

Note : ****

 




Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();