Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

AION

Aventure et role > MMORPG

AION THE TOWER OF ETERNITY

Note : ******

Laissez tomber World of Warcraft. AION, lui ressemble beaucoup, est largement aussi bon, et il ne coûte rien ! Depuis février 2012, le jeu de l’éditeur coréen NCsoft est accessible en «free to play»…

AION est un MMORPG d’origine coréenne, de création assez récente (début de diffusion fin 2008 en Asie et fin 2009 en Amérique du Nord et en Europe). Comme tous les MMORPG de dernière génération, il recourt à un affichage 3D sophistiqué, ce qui signifie qu’il faudra quand même une machine assez puissante pour le faire tourner dans de bonnes conditions.
Le parti pris des créateurs a été de toute évidence de ne pas effrayer les joueurs potentiels avec des innovations radicales. Rien n’est vraiment neuf dans AION, mis à part peut être l’aptitude des joueurs à pouvoir voler et le concept du « PvPvE » (voir plus bas).
De même l’univers du jeu est assez conventionnel. En revanche, il faut reconnaître que la forme a été particulièrement peaufinée, pour atteindre une certaine forme de perfection.

Un véritable « free to play »


Si AION se retrouve dans cette rubrique, consacrée aux jeux gratuits, c’est parce que ayant des difficultés à s’imposer en occident, face à des jeux comme World Of Warcraft, les diffuseurs ont choisi de l’offrir en «free to play». Autrement dit son accès est gratuit, ainsi que le logiciel client qu’on peut télécharger librement sur Internet. Gratuit ne veux pas dire sans limitation. Certaines fonctions ne seront disponibles qu’après l’achat du «Pack Gold» (10 € par mois). Mais, contrairement à beaucoup de faux « free to play» avec lesquels on peut tout juste jouer un jour ou deux avant d’être contraint à mettre la main au porte-monnaie, AION pourra satisfaire les joueurs de nombreux mois, sans qu’ils se sentent particulièrement handicapés de ne pas disposer des options «gold». L’univers entier du jeu est disponible, ainsi que toutes les quêtes,  classes jouables, spécialisations et instances. Enfin, le niveau de l’avatar peut-être mené au niveau maximum, soit 60. Les limitations sont surtout présentes au niveau des communications (certains canaux sont indisponibles) et en matière de commerce.

L’univers du jeu

Le scénario est assez typique des univers médiéval-fantastiques. Dans des temps très reculés, les Balaurs, des créatures maléfiques, ont provoqué un cataclysme qui a divisé le monde, appelé Atréia, en deux parties distinctes. Elyséa est la partie inférieure d’Atréia, la plus accueillante et ressemblante au monde ancien. Elle est peuplée par les élyséens, dont l’aspect physique évoque les anges bibliques : visage et corps fins, peau et ailes blanches.  La partie supérieure d’Atréia, Asmodée, est presque dépourvue de lumière. Les humains qui ont du y survivre se sont transformés. Ils sont plus massifs, ont développé des griffes ; leurs yeux sont rouges, leur peau bleuâtre et leurs ailes noires. Tout oppose donc ces deux races, qui forment clairement deux groupes rivaux. Le joueur devant choisir pour son avatar l’une des deux espèces, il sera souvent amené à combattre les joueurs humains de l’autre camp. Toutefois, le temps du jeu est aussi celui que choisissent les Balaurs pour refaire surface. Bannis au fin fond des abysses, ils tentent en effet d’envahir à nouveau le monde extérieur. Animés par l’IA de l’ordinateur, les Balaurs sont exclusivement des NPC (voir le vocabulaire) ;  les élyséens et les asmodéens seront souvent contraints de s’allier contre l’ennemi commun. D’où le concept de « PvPvE » (player versus player versus environment), l’une des rares – et modeste – innovation du jeu.

Installation


J’ai utilisé le setup fourni par 01Net.telecharger.com, à partir duquel mon installation s’est faite sans problème. Attention toutefois. Les 30 et quelques Go de données ont mobilisé mon ordinateur une demi-journée. Certains utilisateurs disent avoir attendu deux jours la fin du téléchargement. Alors, patience !


Démarrage du jeu

Comme tous les jeux de ce type, AION démarre par une phase assez longue, mais facile, de création de son personnage. Il s'agit probablement du jeu qui permet la plus extrême personnalisation de l’apparence physique de l’avatar. On peut modifier tant de paramètres que certains joueurs reproduisent leur propre apparence physique !
Il est parfois difficile de créer un Asmodé, NCsoft bloquant volontairement les créations d'avatars de cette race, pour équilibrer le nombre de joueurs de chaque camp. Spontanément, les joueurs créent en effet beaucoup plus souvent un Asmodé.


Jouer

Si vous avez déjà joué à des MMORPG comme WOW, par exemple, vous ne serez pas perturbé par le gameplay, très proche de la norme.  Dans le cas contraire, télécharger ici le manuel en français du jeu, qui vous fournira l’essentiel des informations que vous devez connaître.  Vous pouvez aussi visiter la page que Wikipedia consacre au jeu, le site officiel en français et les sites de la communauté francophone du jeu : Univers Virtuels et Jeux Online.
Dans AION, les personnages ont des ailes. Ils peuvent donc voler, ce qui ajoute une dimension intéressante au gameplay. Mais il vous faudra attendre le niveau 10 pour pouvoir décoller et encore quelques niveaux supplémentaires pour bénéficier d’une certaine endurance. De même, avant le niveau 20, impossible de jouer vraiment en mode PvP, seul étant possible jusque là le combat d’arène à un contre un. Et ce n’est qu’à partir du niveau 25 que vous pourrez participer à des luttes de forteresses, contre les boss du jeu. Bref, il vous faudra jouer assez longtemps tout seul avant de pouvoir vraiment participer au multiplayer. C’est là, peut-être, le plus grave défaut d‘AION…





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();