Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Criminal Case

Casual Games > Objets cachés

Criminal Case

Vous avez peut-être déjà entendu parler de Criminal Case ? Les joueurs de Facebook l'on élu l'année dernière "meilleur jeu de l'année 2013", détrônant le trop fameux Candy Crush. Lancé quelques mois plus tôt seulement, le succès du jeu a été considérable puisque 40% des joueurs sur Facebook s'y adonneraient, ce qui représenteraient plus de 100 millions d'utilisateurs. Ce que vous ne savez peut-être pas c'est que Criminal Case est développé par Pretty Simples Games, une société française, basée à Paris, qui s'est déjà procuré plus de 10 millions d'euros de revenus avec ce jeu. Elle a du recruter massivement pour en assurer les développements, ce qui fait que cette start'up née en 2010 emploie déjà une cinquantaine de personnes. Tant mieux pour elle et tant mieux pour eux.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Criminal Case

Jeu d'objets cachés

Tout navigateur Internet

****

 

Grâce à Criminal Case, Pretty Simples Games a obtenu beaucoup d'articles dans la presse. Un peu partout, l'application est présentée comme un "jeu d'investigation", dans lequel vous auriez à "mener une enquête policière", à la façon des séries télé "Les Experts". J'ai trouvé ça assez fendant. La plupart de ces journalistes ne sont probablement pas friand des casual game qu'on trouve sur Facebook. Mais ils auraient pu au moins lancer le jeu !
En réalité,  Pretty Simples Games a recyclé ce type particulier de casual game, qu'on appelle jeux d'objets cachés. L'éditeur américain Big Fish Games s'en est fait une spécialité, avec un catalogue contenant des centaines de titres, vendus à des prix très bas. L'éditeur français a introduit un élément moderne dans le jeu, celui de l'enquête policière à la façon des experts des séries télé. Ca, c'est vrai. Et ça a bien marché !

Mais pas chez nous : seuls 5% des utilisateurs sont français. Nul n'est prophète en son pays, mais surtout  Pretty Simples Games visait principalement le marché anglo-saxon où ce type de jeu est très populaire. D'ailleurs, il n'a même pas été prévu une version française du site, ou des pages d'aide et d'informations, qui s'affichent sans complexe dans la langue de Shakespeare.

 
 

Ce que j'en pense

A quoi tiens le succès ? C'est parfois bien difficile à définir.  Développé en flash, Criminal Case est correct mais n'atteint pas, loin de là, la sophistication des derniers titres de Big Fish Game, par exemple. Le jeu est très scénarisé mais les jeux d'objets cachés ne se contentent plus depuis longtemps d'afficher seulement des écrans fixes contenant un fouillis d'objets. Tous, maintenant, incluent la recherche d'objets dans une histoire plus ou moins élaborée. C'est surtout le support de diffusion choisi, Facebook, qui explique la notoriété du jeu.
Il faut reconnaître par contre que même si la plupart des jeux d'objets cachés ne valent que quelques euros, il est très difficile d'en trouver de totalement gratuit. Or, Criminal Case est gratuit. Enfin, disons qu'on peut y jouer aussi longtemps qu'on le souhaite, mais avec quelques limitations et contraintes typiques des jeux en free to play pour lesquels on ne veut pas mettre la main au porte-monnaie. Nous y reviendrons.
A part ça, le jeu est plaisant, bien que répétitif, et bien emballé dans une histoire qui a un fil conducteur, avec les "potes" du labo qui font vos analyses, quelques mini-jeux qui changent un peu des objets à trouver. C'est agréable et délassant mais bien sûr, ne comptez pas sur eux pour vous élever... à un niveau supérieur de conscience. Si vous voyez ce que je veux dire.

Comment démarrer ?

Il faut évidemment avoir un profil Facebook. Ouvrez le et dans la zone de notification, saisissez "Criminal Case". Vous accéderez tout de suite au jeu et pourrez démarrer une mini-enquête très facile qui sert de tutoriel. Lorsqu'elle sera terminée, vous aurez accumulé quelques étoiles avec lesquelles vous pourrez commencer votre carrière comme enquêteur, avec une première aventure policière.
Il faut donc des étoiles pour agir. Chaque action dans votre enquête en consomme une, ce qui signifie que vous allez vite en manquer. Pour vous en procurer d'autres, vous serez amené à ré-explorer les scènes de crimes afin d'y trouver de nouveaux objets. Ces recherches vous apportent des points, avec lesquels vous obtenez de nouvelles étoiles pour reprendre votre enquête.


Mais chaque recherche fait baisser votre énergie et vous allez immanquablement vous retrouver à plat, totalement bloqué.
Pour récupérer de l'énergie, vous avez quatre moyens : en acheter (avec de vrais euros), vous en faire envoyer par des amis qui jouent eux aussi à Criminal Case, avancer d'un niveau dans le jeu et, enfin, attendre quelques heures.

Si vous avez des amis qui jouent à Criminal Case, vous avez tout intérêt à les mobiliser. C'est le seul moyen, si vous ne payez pas, d'avancer a un bon rythme dans le jeu.
Vous constaterez vite qu'il faut beaucoup d'étoiles pour progresser et donc que vous allez passer beaucoup de temps à faire et refaire les scènes de crime. Comme il n'y a que 6 lieux par enquête, la fin, lorsqu'elle arrivera, vous paraîtra vraiment bienvenue. Heureusement, chaque semaine, Pretty Simples Games vous propose une nouvelle histoire...


 
 

Les limitations de la formule

Les actionnaires et les employés de Pretty Simples Games ne vivent pas d'amour et d'eau fraîche.  Ils doivent donc vous inciter à payer. De plus, ils vont vous utiliser au maximum pour répandre l'usage du jeu. Car bien évidemment la principale ressource est la publicité. Vous serez donc inlassablement sollicité pour acheter, contre quelques euros, de quoi restaurer immédiatement votre énergie, accélérer la production des résultats d'analyses, vous procurer des bonus pour terminer en un clin d’œil vos recherches d'objets. Et vous serez également poussé à ennuyer vos amis sur Facebook, pour les forcer à vous aider. Quant au fil de vos discussions, il sera pollué par un compte rendu du moindre de vos progrès, exploits et records.
Enfin, quoi que vous fassiez, il arrivera toujours un moment où vous devrez payer ou arrêter de jouer. Mais, en suivant quelques conseils simples (ci-dessous), vous devriez sans problème utiliser Criminal Case plusieurs fois une vingtaine de minutes dans une journée, sur un même compte. Pour un jeu de ce type, ça me paraît largement suffisant.

 
 

Quelques conseils

1/ Trouvez trois amis pour jouer avec vous. Vous aurez d'ailleurs besoin de l'accord de trois joueurs amis pour "rédiger les rapports" de votre première enquête et passer à une suivante. Si vous n'en avez pas trois à emmerder avec Criminal Case, faite comme moi, créez un ou deux profils Facebook avec des adresses mails alternatives. Il vous suffira de les utiliser pour faire un ou deux tableaux de temps en temps, histoire de vous procurer un peu d'énergie gratos. Ainsi que des cartes et des bonus...
2/ Plus vous trouverez rapidement les objets dans les scènes de crime, plus vous ferez de gros scores et plus vous avancerez vite dans votre enquête. Pour être très performant, il y a une technique très efficace, qui nous a été indiquée par un lecteur répondant au pseudo de Thedaay:
"faites un clic droit sur le tableau lors d'une partie, ça ouvre le petit menu déroulant mais surtout ça figera le temps. Quand vous trouvez l'objet, vous cliquez gauche dessus comme d'habitude pour le prendre en compte. Par contre ça débloque le temps, donc cliquez droit juste derrière pour figer à nouveau, et ainsi de suite. Avec cette méthode je trouve les 60 objets des tableaux chronométrés en 6-7 secondes, soit 900 000 point à chaque partie. J'ai jamais vu cette méthode écrite nulle par sur les sites criminal case, pourtant c'est de loin la plus efficace et la plus utile."
Merci Thedaay...
3/ Pour prolonger la durée de jeu sans payer, il y a beaucoup d'astuces à connaître. Je ne veux pas entrer davantage dans le détail ici, mais vous en saurez beaucoup plus en consultant ce site.

 
 

Empêcher Criminal Case de polluer vos discussions

Comme je l'ai déjà dit, Criminal Case va squatter avec le plus grand sans gêne le fil de vos discussions sur Facebook. Vous pouvez l'éviter, de 2 façons :

1/ Avant la première utilisation du jeu, un menu vous permet de réglementer les publications. Évidemment c'est plutôt discret, car les auteurs VEULENT coloniser votre espace. C'est sans doute pourquoi ce menu disparaîtra une fois pour toute dès vous aurez commencé à jouer.
2/ La seconde solution et d'utiliser le paramétrage de Facebook. Voici comment procéder :
Depuis le raccourcis de confidentialité de Facebook (le petit cadenas en haut à droite), cliquez sur "Qui peut voir mon contenu" puis ouvrez "l'historique personnel".  Vous accéderez à un listing de toutes vos publications. A partir d'une publication quelconque du jeu, cliquez sur le bouton "Autorisé dans le journal". Un menu à choix multiple s'ouvre. Sélectionnez "arrêtez l'activité de publication de Criminal Case". Vous devrez enfin confirmer la révocation des autorisations de publication...

Voilà, je crois avoir fait à peu près le tour...

Note :
**** (parce que les jeux d'objets cachés gratuits sont rares).

Rob Robinson, mars 2014

 
 




Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();