Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Bolo

Autres jeux > Casse-briques

Bolo

Alors que je cherchais les meilleurs casse-briques pour ce dossier, j'ai vu apparaître ce nom, Bolo, qui m'a tout de suite rappelé un casse-briques qui, contrairement à tous les autres, m'avait marqué. Il y a longtemps. C'était sur Atari ST et le jeu était en noir et blanc. Par pur coquetterie car l'Atari ST affichait 36000 couleurs, si mes souvenirs sont bons.
C'est bien le même jeu que j'ai trouvé sur le site LTF Abandonware. Car Bolo est un ancien produit commercial abandonné. Sauf que celui est un peu plus récent puisqu'il s'agit de la version sortie ultérieurement pour Mac et pour PC. Et qu'il est en couleur.


Un concept unique de casse-briques

En règle général, n'importe quel jeu de casse-briques devient rasoir passé les 15 ou 20 premières minutes, même les meilleurs ! Mais cela ne se produit pas avec Bolo, car le jeu est beaucoup plus subtil et la manière de jouer est finalement très différente.
Pour commencer Bolo utilise un véritable moteur physique, du nom d'Oxyd, pour gérer le comportement de la bille. Celle-ci, selon les tableaux, est plus ou moins affectée par la gravité, ce qui est déjà une première nouveauté.
Ensuite, la raquette n'est pas cantonnée comme d'habitude au bas de l'aire de jeu. Elle peut aller partout. Mieux : elle peut changer de taille, de forme et d'orientation, ce qui est même indispensable à la réussite de certains tableaux.  
Enfin, dernier changement majeur : vous perdez non pas quand la bille touche le bas de l'écran mais quand elle passe par l'un des trous qui percent l'aire de jeu, en nombre variables, généralement en bas de l'écran, mais ils peuvent se trouver ailleurs. Tout cela change complètement le gameplay.


Ce que j'en pense ?

Visuellement, Bolo était déjà très différent de ce qui ce faisait à l'époque. Aujourd'hui, le fossé est encore plus énorme. Les briques sont des blocs de couleur pastel dans lesquels s'affichent un chiffre, le nombre dont votre score sera incrémenté quand elles seront détruites. Le décor est lui aussi dans les mêmes tonalités  fades. L'ensemble est assez pixelisé. Est-ce que tout cela à bien vieilli ? Je dirai simplement que ça passe, bien que cela dépende des tableaux. Le second, dans lesquels les briques sont posées sur un décor un peu trop chargé, est pénible à regarder. Les suivants sont quand même plus jolis. Enfin, il est clair qu'on ne va pas jouer à Bolo pour ses graphismes.
Par contre, c'est le casse-briques le plus intéressant – et de loin -  avec lequel il m'a été offert de jouer. Rien à voir avec un casual game pour se détendre et passer un petit moment. Bolo est difficile, carrément crispant, même, parfois. Il vous faudra beaucoup d’entraînement pour arriver au tableau 49. Personnellement, je me suis arrêté bien avant !


Téléchargement et installation

Vous trouverez Bolo sur cette page du site LTF Abandonware. Téléchargez la "Version automatique", plutôt que la "Version CD" pour PC et Mac. A moins bien sûr que vous vouliez l'installer sur un Mac.

Bolo est un vieux programme sous Dos que vous ne pourriez pas utiliser tel quel sur les versions récentes de Windows (qui ne recourent plus au Dos depuis longtemps). Pour fonctionner, le jeu  a besoin d'un émulateur Dos. Or cette version automatique à l'avantage considérable de rendre complètement transparent pour l'utilisateur le lancement du jeu depuis l'émulateur DosBox. Pour être encore plus clair, vous lancez l'exécutable et vous jouez comme si c'était un programme Windows. Ca marche à la perfection et notamment vous n'aurez pas à subir le problème récurrent de l'absence de son qui caractérise souvent le lancement manuel depuis DosBox.

 
 

Attention toutefois : si vous changez le répertoire d'installation du jeu, Bolo ne protestera pas mais ne retrouvera pas votre sauvegarde en cours. Après avoir arrêté le jeu, vous serez contraint de redémarrer à partir du premier tableau. Je vous conseille de le laisser s'installer où bon lui semble.

Rappel au sujet de la console DosBox : la séquence de touche Alt+Entrée vous permettra d'alterner entre l'affichage plein écran et l'affichage d'une fenêtre à la résolution assez faible du jeu. Qui pourra alors apparaître bien petite sur votre grand écran panoramique !
Un appui sur CTRL+F10 vous redonne le contrôle du curseur pour Windows.
L'interface de Bolo est vieillotte mais vous comprendrez vite les fonctions des boutons, peu nombreux. Le bouton «I» vous affichera une aide sommaire.


Note :
***

Rob Rob, février 2015





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();