Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Remakes de Lunar Lander

Arcade et action > Autres jeux d'action

Remakes de Lunar Lander


Le jeu Lunar Lander a été commercialisé en 1979 par Atari pour ses bornes d'arcade. Le vaisseau et le décor s'affichait en graphisme fil de fer, sur fond noir. Il n'était pas particulièrement réussi et n'a pas été un grand succès commercial mais il a fait l'objet par la suite de centaines de remakes reprenant les principes généraux du jeu : le vaisseau du joueur est affecté par la gravité, qui le tire vers le bas. Il faut donc en permanence donner des petites poussées de réacteur pour compenser. Bien sûr cela consomme beaucoup de carburant. Il faut donc être assez économe pour arriver jusqu'aux stations service ou au stocks de carburant disséminés dans le jeu. Quand il y en a. Le terrain est bien sûr particulièrement accidenté et on ne peut s'y poser qu'à certains endroits bien définis.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Starship Eleven
Monkey Lander
Lunar Lander


Remakes de Lunar Lander

Toutes plateformes
Toutes plateformes
Windows seulement

**
*
**


J'ai testé un grand nombre de remakes et pour commencer j'ai écarté presque tous ceux qui ajoutaient à la difficulté la nécessité d'orienter le vaisseau (pas le Lunar Lander de Nick Gasson). le contrôle du vaisseau devenant cauchemardesque.  
Pour finir j'ai retenu trois jeux : Starship Eleven et Monkey Lander, tous deux des miniclip en flash et Lunar Lander, clone de Nick Gasson.



Starship Eleven

Starship Eleven est sommaire mais pas moche et ses tableaux sont très fun à jouer. Premier avantage, vous avez le choix au démarrage entre le niveau débutant (beginners) et avancé (advanced). En débutant vous disposez d'une soucoupe qui est toujours bien orientée ; en avancé c'est un vaisseau plus gros qui nécessite d'être orienté. Pour moi le niveau débutant est déjà bien assez difficile. J'ai très vite renoncé à jouer en avancé, d'autant plus que le tir aussi est orienté. Trop c'est trop.

Vous pouvez jouer à partir d'un exécutable sur votre ordinateur Windows, en local ; ou depuis un site de jeu en ligne avec n'importe quelle plateforme (PC Linux, Mac, smartphone ou tablette) si son navigateur Internet affiche les flash. Ce qui est presque toujours le cas.

Si vous préférez télécharger le jeu, rendez-vous sur cette page.
Sinon vous pourrez jouer en ligne sur Miniclip.com, pour la version normale.

Il y eu aussi une version dont le menu a été visuellement un peu amélioré, dite version Deluxe. A jouer sur Andkon.com, ou sur Addicting Games.


Jouer

Débutant ou avancé, vous utilisez les touches fléchées et la barre d'espace pour tirer. Au niveau débutant le vaisseau translate ; en avancé, il pivote sur lui-même.
Il arrive souvent que pour vous frayer un chemin ou atteindre un stock de missiles ou de carburant vous deviez pulvériser une paroi. Pour y arriver il faut d'abord orienter le vaisseau dans la direction de tir puis appuyer sur Espace. Ca demande un peu d’entraînement.
Le jeu au clavier est assez pratique mais si vous préférez utiliser une manette il faudra y transférer les contrôles à l'aide de JoyToKey.
Dans Starship Eleven vous avez un stock d'Energie (E), de carburant (F) et de missiles. Vous accumulez des bonus de temps et des points. L'ensemble de ces données apparaissent sur votre tableau de bord, en bas de l'écran.
L'énergie matérialise en fait à l'état de votre vaisseau. S'il est dégradé il faut vous procurer des sources de E. A zéro E le vaisseau est détruit.



Le carburant F est indispensable pour manœuvrer. Si vous n'avez plus de carburant, même si vous ne vous écrasez pas, vous êtes fini.
Pour ce qui est des missiles, utilisez les avec parcimonie. Eux non plus ne doivent pas manquer quand vous en aurez besoin.
Les stations service vous réapprovisionnent en E et F mais pas en missiles.
Le nombre de vies est illimité.
Au fil des tableaux vous découvrirez des environnement différents, certains « naturels », d'autres « technologiques ». De nombreux pièges vous attendent.

Note :
**


Monkey lander

Monkey lander est un autre miniclip. Le jeu est plus simple, plus casual game, dans un style totalement cartoon. Il met en scène un petit singe qui doit manger des fruits et reconstituer ses réserves de coconut fuel. Ici, pas de missiles à tirer. Les bananes ne rapportent pas beaucoup de points (100) mais doivent toute être mangées car c'est le seul moyen de faire apparaître pour chaque tableau la plateforme d'atterrissage. Les autres objets rapportent des points et parfois du coconut fuel ou de nouvelles vies.

Vous avez trois vies, au départ. Si vous touchez le décor, même avec la délicatesse d'une plume, vous perdez une vie. Si vous tombez en panne de coconut fuel, pareil. A la fin du tableau, le coconut fuel qui reste vous procure un bonus de points de même que les vies qui vous restent.


Le jeu est simple mais particulièrement addictif. Dommage que l'on ne puisse pas redémarrer au tableau où l'on a échoué. A partir du niveau 7 la progression devient laborieuse car les tableaux deviennent très difficiles et la moindre erreur est fatale. Après la perte des trois vies il faut recommencer du début.

Comme pour Starship Eleven vous pouvez jouer  à partir d'un exécutable sur votre ordinateur, en local ou en ligne dans une fenêtre web, sur un site de jeu en ligne.
Si vous préférez télécharger le jeu, rendez-vous sur UpToDown.
Et pour jouer en ligne sur Miniclip.com ou sur OnLine Games.

Note :
*


Lunar Lander

Ce Lunar Lander a été développé par Nick Gasson en C++ et dispose d'une couche graphique en Open GL. Ne vous attendez tout de même pas à un graphisme sophistiqué. C'est néanmoins un clone intéressant et plutôt joli à voir malgré sa 2D d'allure ancienne.  
Il est utilisable avec Windows, Linux et Mac OS.

A télécharger ici, sur le site de l'auteur.

Vous devez à chaque tableaux attraper un ou plusieurs anneau(x) de couleur (rouge, vert, bleu, jaune ou rose) puis lorsque c'est fait aller le plus vite possible vers le bas pour vous poser avant l'épuisement du carburant.
Pour vous aider à trouver les anneaux, des flèches de la bonne couleur vous indiquent dans quelle direction il faut aller pour trouver ceux qui ne seraient pas visibles à l'écran.
Pour vous diriger, vous utiliserez les touches fléchées ou bien une manette car le jeu les prend en compte.

Petit bémol, les touches flèches gauche et droite vous font glisser latéralement mais votre vaisseau pivote en même temps. Heureusement il le fait de manière assez lente. Ca rend le controle évidemment plus difficile mais ça reste manœuvrable. Il y a un coup à prendre.

Plus vous montez en niveau plus vous aurez de danger à affronter : mine flottante, missiles, barrière électrifiée...

Chaque niveau est généré aléatoirement à chaque lancement ; il n'est donc jamais le même. Ce qui ne change pas c'est le niveau de difficulté, qui reste à peu près équivalent à chaque fois. Dans le niveau 5 il y aura toujours 3 anneaux à attraper, une mine flottante et des missiles.
Intelligente initiative de l'auteur : depuis le menu d'Options il est possible de choisir celui des 20 niveaux d'où vous souhaitez démarrer.

Un bon petit remake

Note:
**

Volog, fan de retro-gaming, juin 2016





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();