Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Back into the dungeon

Aventure et role > Jeux de rôle classique

Back into the Dungeon

Legend of Grimrock était un jeu inspiré de Dungeon Master ; Back into the Dungeon EST le remake au détail près de Dungeon Master. Au détail près tout au moins en ce qui concerne les cartes et les énigmes du jeu. Les différents niveaux du labyrinthe bénéficient du moteur graphique de LG et offrent donc un environnement beaucoup plus sophistiqué mais néanmoins les auteurs se sont appliqué à ce que les décors ressemblent à ceux du jeu d'origine. Par contre le remake reprend l'interface et le fonctionnement général de LG, qui s'éloigne un peu du grand ancêtre (voir plus bas, les différences avec le jeu original). Il n'en reste pas moins que c'est un plaisir assez fabuleux, pour tous ceux qui comme moi on joué à ce jeu en 1987,  de pouvoir retourner dans les étages de Dungeon Master, tout en bénéficiant  des apports de la technologie moderne.  

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Back into the dungeon

jeu de role

Windows

******


Téléchargement et installation

Back Into the dungeon est un mod de Legend of Grimrock, qui utilise son interface et son moteur graphique et physique. De nombreux sites le proposent en téléchargement mais je vous en recommande deux :
GamePressure
Clubic-JeuxVideoPC

Le mod se présente dans une archive. Il faut bien sûr que Legend of Grimrock soit déjà installé sur votre ordinateur. Le jeu a créé dans Mes documents un dossier Almost Human\Legend of Grimrock qui contient vos réglages, vos sauvegardes et aussi un dossier appelé Dungeon, initialement vide. C'est ici que vous devez décompresser le contenu de votre archive. C'est ici en fait que vous devez mettre tous les mods développés pour LG !

PS : le chemin exact devrait être : C:\Users\Maison\Documents\Almost Human\Legend of Grimrock\Dungeon



Pour démarrer le mod, rien de plus simple : vous lancez LG comme d'habitude. Sur le menu principal, sélectionnez Custom Dungeon. Une page en forme de tableau noir s'ouvre ; vous devriez y trouver Back into the dungeon. Sélectionnez le mod : vous y êtes !


Les différences d'avec Legend of Grimrock

L'interface est celle de Legend of Grimrock, sans modification. Ce qui fait que pratiquement, toute la première partie du dossier sur LG est valable pour Back into the dungeon. Vous pouvez vous y référer si vous arrivez sur cette page en méconnaissant le jeu d'Almost Human.

Recruter une équipe dans le hall des champions?

Il n'y a qu'une seule différence au moment de démarrer une partie: pour entrer dans le labyrinthe vous devez avoir accepté l'équipe standard ou avoir créée une équipe de toute pièce. Mais une fois que vous voilà dans le hall des champions, identique à celui du Dungeon Master original, au début du jeu, et que vous passez devant un portrait s'affiche le message : "Change for DM champions?".
Si vous cliquez sur "Ok" votre équipe provisoire est effacée et vous pouvez sélectionner 4 des 24  personnages du hall des champions. L'avantage c'est que vous bénéficiez d'une collection d'avatars tout neufs et beaucoup plus variés; et chaque personnage commence généralement avec un petit peu de matériel et quelques points dans l'une ou l'autre caractéristique.

 
 


De la magie mais pas d'alchimie

Par contre, beaucoup de la seconde partie de l'article sur LG n'est plus valable.
D'une manière générale, la magie fonctionne de la même façon, mais Back into the dungeon n'a pas complètement les mêmes sorts. Certains comme les attaques basiques, les boules de feu ou les éclairs de foudre sont identiques. Le sort pour faire de la lumière également. Inversement, certains sorts de LG ne fonctionnent pas. Enfin, il y a des sorts nouveaux comme par exemple le sort d'ouverture de portes, inexistant dans LG. Le mieux est de bien collecter les parchemins au cours du jeu et de profiter d'un moment de calme pour tester quelques combinaisons ou les sorts que vous auriez appris dans LG.

Pour rester fidèle au modèle, il n'y a pas d'alchimie dans Back into the dungeon (disons maintenant BITD). Les potions sont obtenues par la magie et non en mélangeant des composants dans un mortier. Par exemple, pour obtenir une potion de regain de santé, il faut mettre une fiole vide dans la main d'un mage et lancer le sort décrit dans le parchemin ci-dessous :



Des objets différents

Les objets (armes, vêtements et armures, boucliers...) sont dans l'ensemble différents, sauf exception. Par contre les armes s'utilisent exactement de la même façon. D'ailleurs, si en trichant vous faites apparaître des objets de LG, par exemple un arc et des flèches, vous pourrez les utiliser sans difficulté.

Cheat codes : du réutilisable et du non-réutilisable

Enfin, l'essentiel de la 3eme partie du dossier LG n'est pas utilisable. Seul le paragraphe sur les cheat codes reste valable, du moins en partie. Vous accéderez de la même manière à la console. Le code  de restauration de la vie fonctionne, mais ne ressuscite pas les morts ! Les spawn d'objets fonctionnent aussi. Mais vous ne ferez apparaître que  les objets de LG. Je n'ai jamais réussi à faire apparaître un objet spécifique de BITD. Par exemple si vous faites  surgir une clef de fer avec le code spawn("iron_key"), vous obtiendrez bien une clef de fer, mais elle ne pourra pas remplacer une iron key du jeu. Bref, elle ne servira à rien. Il sera plus difficile de tricher avec BITD.

 
 


Gérer l'eau en plus

La gestion de la soif est par contre une nouveauté de l'interface de BITD tirée directement de Dungeon Master. Quatre jauges bleues s'affichent en haut à gauche de l'écran, une pour chaque personnage. Lorsque ceux-ci commencent à avoir soif, la jauge devient jaune; puis rouge lorsqu'ils meurent de soif.
Au cours du jeu vous rencontrez fréquemment des vasques alimentées en eau par une fontaine. Il faut que vos personnages trempent une outre dans la vasque pour qu'elle se remplissent complètement.
Ces outres, on les trouve facilement dans les premiers niveaux. Surtout, ramassez-les et n'en oubliez aucune. Elles sont indispensables car dans certains donjons, il n'y a plus de fontaine ni de vasque. Et vous aurez bien besoin de 4 ou 5 outres pour éviter que vos persos ne meurent de soif.
Lorsque vous passez devant une fontaine, pensez aussi à faire boire tous vos personnages, même s'ils n'ont pas trop soif, et remplissez les outres au maximum.
A noter :
1. Un personnage assoiffé remettra sa jauge à 100% avec les trois lampées que contient une outre.
2. Vous pouvez basculer entre l'affichage ou le non-affichage des jauges avec les touches F et G.
3. Si un personnage est trop chargé (l'information de poids s'affiche en jaune), il va transpirer et il va avoir besoin de beaucoup plus d'eau. D'où la nécessité de ne pas surcharger les personnages et de se débarrasser en permanence des objets inutiles.

 
 
 
 
 
 
 


Le même lieu vu dans le jeu d'origine puis dans le remake.

 


Les différences d'avec le jeu d'origine

L'interface est moins complexe et par exemple les différents attaques possibles pour un même personnage ont disparu dans le remake. Il n'est pas possible non plus d'intervertir la position des 4 personnages, ni de changer leur orientation. C'est plutôt un avantage. Dans le DM d'origine, les ambitions excessives des auteurs ont contribué à alourdir l'usage du jeu.

Magie plus simple et... différente !

Par  contre, il y a une considérable simplification de la magie, qui n'est pas à l'avantage du remake. Dans DM, il y avait 24 runes à composer pour obtenir une formule magique. 6 runes de puissance, 6 runes d'élément, 6 runes de forme et 6 runes d'alignement. Chaque sort étant une combinaison de 1 à 3 runes. C'était un véritable langage magique à découvrir et explorer.
Le remake reprend l'interface de LG qui réduit les formules magiques à la combinaison de 9 runes, dont 4 d'éléments. Nettement plus pauvre !
Tous les sorts du jeu d'origine n'ont pas été repris mais inversement, certains sorts de LG sont disponibles alors qu'ils ne l'étaient pas dans le jeu d'origine. Par exemple il n'y avait qu'une seule boule de feu. Et bien sûr il y a tous les nouveaux sorts avec lesquels on fait les potions. Bref, en matière de magie, il y a des ressemblances mais on est loin d'une transposition parfaite. L'équilibre du jeu en est probablement quelque peu modifié.


 
 


L’entraînement n'est plus utile

Une autre différence qui m'a frappé: dans DM, s'exercer dans le vide ou sur des objets comme les tonneaux et les caisses faisait monter l'expérience. Dans le remake, comme dans LG, ce n'est pas le cas. Il faut que vos sorts ou vos armes aient eu un effet sur un adversaire pour que des points d'expérience soient obtenus. Un autre petit point négatif. Dans BITD, pour faire de l'XP, il faut donc remonter dans les niveaux où les monstres se régénèrent après avoir été tués.

Les monstres

Les monstres du jeu sont pour une part importante repris avec quelques modifs de LG qui lui même s'était inspiré partiellement des monstres de DM. C'est le cas des screamer ou des guerriers squelettes. Certains ont été recréés spécifiquement pour le remake, par exemple les worms, verts géants violets, les momies ou les rock pile, qui ressemblent à un tas de pierres.
Beaucoup d'autres monstres ne ressemblent que de loin à ceux de DM. Et certains pas du tout ! Il est vrai qu'ils n'étaient pas tous géniaux.



Rock pile, magenta worms et wizard eye, dans Dungeon Master... et leur interprétation dans Back into the dungeon


La résurrection

Dans LG, les persos morts peuvent être ressuscités grâce aux grands cristaux bleus, dont on trouve un exemplaire par niveau. Dans BITD le même effet est obtenu avec les autels de Vim (Altar de VI sur les cartes). Sauf qu'ils sont beaucoup plus rares – on ne les trouve que tous les trois ou quatre niveaux) et qu'il faut y déposer les os de votre personnage mort. Quand à ses possessions, elles auront du être réparties entre les personnages survivants ou être abandonnées. Autant dire qu'il ne faut pas trop compter sur les autel de Vim. Surtout après la première moitié du jeu, lorsqu'il devient difficile de revenir facilement aux étages supérieurs. Mon conseil : ne pas mourir !


 


Aides

Vous ne trouverez rien sur Back into the dungeon mais beaucoup de pages consacrées à Dungeon Master sont utilisables. Il y a par exemple de bonnes solutions et des plans très détaillés sur les pages consacrées à Dungeon Master du site le Manoir du chêne gauche, dont je vous ai déjà parlé pour LG.
Les solutions niveaux par niveaux
Les plans des différents niveaux
En revanche la page consacrée à la magie et aux potions est inutilisable, faute d'une transposition fidèle.
►La Dungeon Master Encyclopeadia est riche d'une grande quantité d'informations mais vous aurez surtout l'usage des plans encore plus détaillés qu'il propose, sur cette page.
►Très utile enfin le Dungeon Master walkthrough de Rick Gast, un pas à pas avec un autre jeu de cartes très utile, souvent complémentaires des précédentes. Les cartes sont accompagnées d'un document en pdf qui détaille tout point par point.

Attention : dans le jeu, le hall des champions est considéré comme le niveau 1. Sur beaucoup de pages d'aide et leurs plans, il est appelé niveau zéro. En effet, il ne s'y passe rien hormis l'éventuel choix de 4 personnages. Du coup le numéro du niveau où vous vous trouvez dans le jeu est généralement caractérisé par une unité de moins sur les cartes et les soluces : pour le niveau six dans le jeu, vous devez par exemple chercher le plan et l'aide du niveau 5 sur les pages d'aide.

 


Ce que j'en pense ?

Dungeon Master avait la réputation d'être un jeu très difficile, pour puriste du jeu de rôle. Je me souviens d'ailleurs l'avoir abandonné avant la fin. Cela ne change pas avec le remake. Le premier niveau est un peu fastidieux à cause de votre grande faiblesse de départ puis, jusqu'au 6, c'est relativement facile. A partir du 7 ça devient vraiment hard ! L'une des raisons est que vos déplacements ne se limitent pas au niveaux où vous êtes. Vous êtes aussi amené à remonter pour explorer des parties de l'étage supérieur ou inversement à vous rendre à un étage inférieur avant de revenir où vous étiez, mais généralement dans une autre zone. C'est exactement le même problème que j'avais eu à affronter dans Land of Lore. Cela m'avait conduit à imprimer des cartes où je notais  scrupuleusement les points de départ et d'arrivé de tous ces déplacements verticaux. Je l'avoue j'étais beaucoup moins motivé pour faire face à ce caractère labyrinthique avec Back into the dungeon. Je me suis arrêté au niveau 11 du jeu (niveau 10 des aides), laissant partiellement inexplorés les trois derniers niveaux. Mais que je me sois découragé ne doit pas vous décourager, vous. Je ne peux pas aller jusqu'au bout de tous les jeux que je teste, il faudrait que j'arrête de travailler !

 


Du point de vue de la réalisation, les puzzles et mécanismes sont beaucoup plus simples que dans Legend of Grimrock, ce qui traduit en fait essentiellement les limitations de l'époque. Graphiquement, le remake reste proche du modèle, au point de se passer souvent des fioritures qu'on aurait pu lui ajouter. Ce sont quand même des décors entièrement différents de ceux de LG, avec de toutes nouvelles textures, ce qui est toujours bienvenu. Mais le fait est que BITD paraît plus modeste que LG. Là encore, même si vous venez à ce mod sans la nostalgie d'avoir été un joueur des années 80, cela ne doit pas vous décourager de tenter l'aventure. Elle n'en reste pas moins passionnante et prenante.

Ce sont des observations plutôt que des critiques. On ne peut rien reprocher à ce remake, parfaitement réalisé, fidèle autant que possible à son modèle, sans bug (pas un seul plantage) et dont les auteurs, des allemands, ont fait don gratuitement à la communauté. Il est bon de le rappeler.


 
 
 
 
 


Rob Robinson, février 2018

 




Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();