Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Les autres jeux de Locomalito

Arcade et action

Les autres jeux de Locomalito


L'auteur espagnol Locomalito s'est fait une spécialité de la création de jeux à l'allure vintage. Certains sont des clones de titres célèbres, comme par exemple, Matilda Castilla, inspiré étroitement de Ghost'n'Goblins. D'autres jeux ne reproduisent pas un titre en particulier, mais s'inspirent d'un grand nombre de jeux de même type produits dans les années 80 sur des machines 8 bits comme le Commodore 64, le ZX Spectrum ou l'Amstrad CPC. C'est le cas d'Hydorah, shoot'them up à défilement horizontal. Au total, il a inscrit à son catalogue une petite quinzaine de titres dont une dizaine sont freeware – et donc proposés gratuitement.
Nous avons déjà parlé il y a longtemps des deux titres les plus ambitieux, déjà cité ci-dessus : Hydorah et Matilda Castilla. Les autres jeux sont plus modestes mais sur les huit restants, quatre au moins me semblent avoir leur place sur Robinson jeux gratuits.

Titre

Genre

Plateformes

Note

L'Abbaye des Morts

Plateformer 2D

Windows

**

The curse of Issyos

Plateformer 2D

Windows

***

They came from Verminest

Shoot'em up à scrolling vertical

Windows

**

Endless Forms Most Beautiful

Plateformer 2D

Windows

***



L'Abbaye des Morts

Ce petit jeu de plateformes est l'un des plus modestes de la collection de Locomalito.  Graphiquement plus simple que la plupart des autres jeux de l'auteur, il a été conçu pour ressembler aux plateformers du ZX Spectrum (ou d'un Oric Atmos, dont la vidéo était assez proche du ZX).

L'Abbaye des Morts a été réalisé rapidement au cours de l'été 2010, alors que l'auteur passait des vacances dans le Languedoc. Il évoque les paysages du sud de la France et la persécution des cathares par les catholiques au XIIIème siècle. Jean Raymond, le personnage que vous incarnerez dans le jeu, est l'un de ces pourchassés. Le jeu commence par une poursuite dans les bois par les soldats du pape puis l'entrée dans une abbaye. A partir de là, on s'éloigne du réalisme au profit d'un univers fantaisiste peuplé de créatures étranges et agressives.

Téléchargement sur cette page du site de l'auteur


 
 


Gameplay

Le read me livré avec le jeu prétend qu'on peut y jouer avec un Joypad mais aucun des miens n'a fonctionné. D'un autre côté, ce n'est pas vraiment un problème car le gameplay est des plus simples : les touches fléchées pour se déplacer la barre d'espace pour sauter... ça se fait très bien au clavier. Il n'y a pas de touches pour combattre. A son allure, on devine que Jean est un prête albigeois qui n'a pas l'habitude de manier l'épée.
Néanmoins ceux qui préféreraient utiliser une manette pourront toujours la programmer avec  JoyToKey.
Rappel des touches :  

Flèches gauche et droite pour les déplacements
Flèche haut pour prendre les téléporteurs
Flèche bas pour s'accroupir
Espace pour sauter

Attention : la touche Esc vous fait quitter le jeu sans aucun préavis !
Notez que la touche F1 active un filtre qui adoucie (un peu trop) les graphismes.


Ce que j'en pense ?

Le jeu ne comporte que 23 lieux différents mais le level-design a été particulièrement soigné. Ces 23 tableaux, qui cachent bien des surprises, vous mobiliseront probablement plus que les 40 minutes dont parle l'auteur. Certains sont en effet très difficiles à franchir. Et le nombre de vies (9 au départ) est un peu trop limité. Ce qui vous obligera à recommencer des tableaux terminés à grand peine...
Même si le jeu est graphiquement simple, y jouer est agréable. Il rappellera de bons souvenirs aux vieux gamers qui, comme moi, ont joué à des jeux proches de celui-ci sur leur Spectrum ou leur Oric Atmos.

Note **


The curse of Issyos


The Curse of Issyos est un jeu de plateformes d'action rétro qui s'inspire de jeux de la fin des années 80. En particulier Castelvania et la série des premiers Super Mario bros.


La toile de fond

Le thème choisi est cette fois la mythologie grecque. Defkalion le pêcheur revient sur Issyos, qui subit une malédiction de la part des dieux de l'Olympe, pour y sauver sa fille Délia. Heureusement, il a le soutien de la déesse Athéna. Il devra affronter, dans 7 niveaux différents (plus un niveau secret) une multitude d'ennemis dont une petite dizaine de "boss".
Il pourra utiliser des armes différentes (épée, lance, arc et flèches) en fonction de ses découvertes. Le jeu regorge d'ailleurs de petits secrets dont il faut bien profiter car les objets qu'on y trouve ne seront pas nécessairement présents aux mêmes endroits dans une autre partie. C'est aussi ce qui fait qu'une partie ne sera jamais identique à une autre.

Téléchargement sur cette page du site de l'auteur.



 
 


Gameplay

Le gameplay est des plus classiques: touches de déplacement, une touche d'attaque et une touche pour sauter. Toutefois il faut parfois combiner une touche de déplacement avec la touche d'attaque. C'est le cas pour utiliser l'arc.
Les touches par défaut sont les flèches, Z et X mais vous pouvez les changer.
Le jeu prend en charge les gamepads.


Menu

Lorsque le jeu est lancé, vous pouvez accéder au menu de configuration par "Esc".

Resume : retour au jeu
Disable/Enable overlay : filtre des graphismes. Si l'overlay est enclenché, l'image sera plus douce.
Go/Exit fullscreen : bascule plein-écran / mode fenêtré
Disable/Enable vsync :synchronisation verticale on/off (ne pas toucher en principe)
Key config : reconfiguration des touches si vous utilisez le clavier (les manettes sont automatiquement détectées).
Gamemap scheme A / B : vous avez le choix entre deux configuration pour votre gamepad.
Reset game : réinitialisation
Quit : quitter le jeu (et non retourner au jeu)

 
 


Ce que j'en pense ?

Comme d'habitude avec Locomalito il y a vraiment la volonté de reproduire l'expérience des jeux des années 80: gameplay, allure générale, sonorisation... Il est clair que ce parti pris pour le rétro ne plaira pas à tous. Il n'empêche qu'une fois bien calé dans ce cadre, l'auteur déploie beaucoup d'efforts, et avec succès, pour rendre le jeu beau et intéressant à pratiquer. Comme ses autres production, cette malédiction d'Issyos comporte beaucoup de belles petites trouvailles.

Note ***


They came from Verminest

Ce jeu est très proche des premiers shoot'em up des salles d'arcade comme Galaga. Autant dire qu'il est des plus simples. On le sait, Locomalito a une véritable passion pour ce qui date. Mais avec They came from Verminest, il est proche de la manie. Non seulement le jeu est en noir et blanc, mais il parait de surcroît comme projeté sur un écran depuis un projecteur super 8 dans lequel on passerait une vieille bobine. Taches et irrégularités se succèdent en effet à l'image, qui par ailleurs est un peu granuleuse, comme de la vieille pellicule. Cette fois je n'adhère pas. Heureusement, il est possible de revenir à du noir et blanc "normal" ; et surtout vous pouvez opter pour un affichage en relief anaglyphique. Ouf ! Avec l'effet de relief, Verminest mérite sa place sur Robinson jeux gratuits.

Téléchargement sur cette page du site de l'auteur

Configuration

Dans le dossier du programme vous avez un exécutable appelé "Settings". Lancez-le avant de faire tourner le jeu. Vous avez trois gros boutons gris. Le premier permet d’alterner entre 5 formats d'affichage écran (deux fullscreens et trois tailles d'affichage fenêtré). Le second vous permet de choisir pour les contrôles entre le clavier et deux modes pour gamepad.
Le dernier permet de reconfigurer tous les contrôles au clavier.

Une fois le jeu lancé, l'une des touches (selon vos réglages) permet d'alterner entre noir et blanc dégradé, noir et blanc normal et relief. Malheureusement, à chaque nouvelle partie on revient à l'affichage par défaut (NB dégradé). Grrr ! Il y tient !

3D anaglyphique

Pour bénéficier de l'effet relief, vous devez porter une paire de lunettes anaglyphiques comportant un filtre rouge et un filtre cyan. Vous en trouverez en quantité sur internet, de la simple paire en carton à un euro voire moins aux montures rigides équipées de filtres de qualité à 10 euros ou plus.
Vous connaissez le principe ? Le jeu affiche deux images dont les éléments sont plus ou moins décalés. L'une est rouge et l'autre est cyan. Si vous regardez l'écran sans lunettes anaglyphiques vous voyez les deux images. Mais si vous portez les lunettes, le filtre rouge élimine l'image cyan et le filtre cyan élimine l'image rouge. C'est ce qui fait surgir le relief.
Malheureusement, ça ne marche pas toujours très bien parce qu'il arrive souvent que les couleurs affichées par l'écran soient dénaturées.

Personnellement j'ai un écran qualité photo que j'ai étalonné avec une sonde colorimétrique. Et donc chez moi ça marche au poil. L'effet est d'ailleurs assez saisissant ! On a vraiment la sensation que les aliens sont en avant plan par rapport au décor.
Si ce n'est pas le cas chez vous, essayez de jouer sur les réglages de votre moniteur. Rendez-vous sur cette page du forum CNET France, qui vous aidera à calibrer votre écran sans le secours d'une sonde.



Lunettes anaglyphiques : un simple modèle en carton et un modèle plus sophistiqué à monture rigide. On en trouve facilement sur Internet.




Note **



EFMB - Endless Forms Most Beautiful

Voici à nouveau un remake pur et dur. Endless Forms Most Beautiful est le clone d'un jeu développé en 2012 par Dave Hughes pour... ZX Spectrum - puis en 2013 pour Commodore Amiga.  Le jeu de Dave Hughes n'étant lui même qu'un avatar d'une longue série de jeux similaires.
Locomalito s'est donc chargé de la version PC, qui a l'avantage d'offrir, en plus de l'original, un mode deux joueurs en coopération ou en compétition. Comme le note l'auteur, le jeu comprend des mécanismes bizarres, qui exigeront du joueur beaucoup de concentration.

Téléchargement sur cette page du site de l'auteur


Gameplay

Dans Endless Forms Most Beautiful, ont est amené à incarner Moebius ou Pucky, qui doivent sauver des milliers d'Imps perdus. Il faut les ramasser de niveaux en niveaux, en évitant une multitude de pièges et d'ennemis. Comme vous le verrez, le gameplay est cette fois loin d'être classique. Afin de vous déplacer dans un niveau, vous avez plusieurs possibilités :
►Pour aller à l'étage au dessus vous pouvez soit vous positionner sur une plateforme métallique et poussez vers le haut, soit sortir de l'étage où vous vopus trouvez par la gauche
►Pour aller à l'étage inférieur, vous pouvez traverser une plateforme vers le bas ou sortir de l'étage par la droite.
Pour terminer un niveau vous devez ramasser tous les Imps mais aussi les bonus qui restent affichés.


Configuration

Avant le faire tourner le jeu, lancer le petit programme appelé "Settings" dans le dossier du jeu. D'ici vous pouvez alterner l'affichage entre fullscreen et trois tailles d'écran fenêtré et/ou choisir d'autres touches pour chacun des deux joueurs.


Jeu à deux

Dans le jeu à deux vous partagez le clavier avec un autre joueur. le joueur 1 à les 4 touches fléchées et le joueur 2 les touches WASD. Vous pouvez les changer si elle ne vous conviennent pas. Les joystick ne sont pas gérés, mais il sera facile de transférer au moins les touches d'un joueur sur un gamepad avec JoyToKey.
Vous avez le choix aussi entre un mode coopératif et un mode versus pour lequel le second joueur est concurrent pour les Imps.


<-Utilisez les téléporteurs pour monter et descendre.

Sortie à gauche pour monter ou à droite pour descendre.->

<-Prenez tous les IMPS et bonus pour terminer chaque niveau.
Attention ! Certains IMPS cachent des bombes->

<-Les bonus : IMPS supplémentaires et pouvoirs spéciaux.
Travaillez ensemble ou battez vos amis en mode versus->


Ce que j'en pense ?

Avec ses tableaux fixes ont est dans bien la forme typique de certains jeux de plateformes du milieu des années 80. Cette simplicité ne rend pas le jeu moins difficile. Pour faire un bon score et aller au delà des trois premiers tableaux, il faut avoir des réflexes affutés, un sens de la décision et surtout un bon entraînement. Le jeu a deux est un plus non négligeable. Somme toute, une belle petite réalisation.

Note : ***

Rob Rob, janvier 2018

 
 
 




Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();