Go - Autres programmes - Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal :

Jeux de réflexion > Grands classiques

Go : autres programmes


Vous trouverez sur cette page deux programmes autonomes, Peters'go et Aya Go  qui, sans être des champions, fonctionnent très bien et feront d'agréables adversaires pour des joueurs petits ou moyens.
GoGui est l'un des plus anciennes interfaces permettant d'accueillir des moteurs de réflexion autonomes et offrant d'intéressants outils d'études. Facile à utiliser et utile si on doit jouer avec un ordinateur anémique.
Panda GlGo était autrefois un client de parties très sophistiqué pour le serveur de Go Pandanet. Réformé à présent mais utile pour jouer en vraie 3D contre GnuGo 3.8.

Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Peter'sGo

Jeu de Go

Windows

***

Aya Go

Jeu et moteur de Go

Windows

***

GoGui

Interface de Go

Windows

***

Panda GlGo

Interface de Go

Windows / Linux / Mac Os

***


Peter's Go

Ce programme de Go a été développé par Peter Raffelsberger à partir de 1995. L'auteur a continué à le faire évoluer jusqu'en 2015. Il fonctionne donc très bien sur les Os Windows récents et il est capable d'exploiter le potentiel des machines multi-coeur.

La version 4 était d'un niveau d'environ 8 k, avec une routine d'évaluation Monte Carlo assez paresseuse et pas très efficace. La dernière version, la 5.3 est un peu plus forte et joue plus rapidement, mais reste lente selon les critères d'aujourd'hui.  
Le moteur de réflexion ne paraît pas sensiblement meilleur que GnuGo, sur goban 13x13, malgré  l'apport de la MC. Toujours en comparaison avec GnuGo, cette fois sur grille 9x9 avec Monte Carlo activé, les performances des deux moteurs m'ont semblé également comparables. Deux parties pour l'un, deux pour l'autre avec des scores assez serrés.
Ca reste bien pour un aussi vieux programme, ce qui explique pourquoi Peter'Go est toujours recommandé par la très sérieuse "Britsih Go Association", preuve de ses qualités. Je ne peux donc que le recommander.

Remarque : la logique habituelle veut qu'avant de lancer une partie on choisisse le niveau de force du moteur. Avec Peter's Go il faut lancer la partie avant, puis ouvrir "Edit", "Options" et choisir la taille du goban et la force du moteur (5 niveaux).
Entre deux parties, le programme revient toujours au niveau intermédiaire, avec la routine MC utilisée à 50%, ce qui est un peu agaçant. Le komi est fixe.
N'oubliez pas non-plus pendant que vous êtes là de sélectionner le nombre de coeurs de votre machine.

Peter's Go peut maintenant charger des parties au format sgf. Il y a toutefois des échecs. Les parties d'une collection Meijin plantait systématiquement le programme, sur mon ordinateur. Par contre il sauvegardera et lira sans problème vos propres parties.
Côté fonctionnalité, l'essentiel est là : sauvegarde de parties, navigation dans la partie, suggestion de coup, 6 formats de goban, de 9x9 à 19x19...
A noter : le programme est shareware et non freeware, mais je n'ai noté aucune limitation.

Télécharger sur le site officiel : http://www.raffelsberger.net/Go/PetersGo.htm



Aya Go

Aya Go est un programme de Go assez complet et assez puissant pour contenter un joueur occasionnel ou un petit joueur de club. La première version du programme a été mise en circulation en 1996 et son auteur, le japonais Hiroshi Yamashita, a continué à le faire évoluer jusqu'en 2008. Depuis plus de 10 ans il est resté en l'état. Mais des versions pour smartphone ont pris la suite et sont commercialisées à des tarifs assez bas.

La force de le dernière version Windows d'Aya, le 6.34, est estimée à 8 k, soit le niveau d'un joueur amateur de niveau très moyen. Des versions plus puissantes du moteur de réflexion ont été développées. La version AyaMC (MC pour Monte Carlo) atteint le niveau dan (classement à 2 dan sur KGS) mais l'auteur n'a jamais réussi à maîtriser complètement sa routine MC et ce moteur est resté expérimental.

Bien que datée, l'interface est assez agréable à utiliser. Les fonctionnalités sont nombreuses: chargement et sauvegarde de parties, retour avant-arrière de n coups, éditeur de positions (facile à utiliser), goban de 9x9, 13x13 et 19x19, nombreux outils de prélèvement de données...
Par contre l'interface est en anglais et le fichier d'aide illisible.   

Aya n'est pas disponible sous la forme du seul moteur de réflexion, mais j'ai utilisé tel quel l'exécutable du programme avec l'interface Drago. Miracle, ça a marché . Il a seulement fallu que je passe les paramètres -- mode gtp et -level max.  Ca marche aussi avec Sabaki. Procédez de manière standard en liant Sabaki à "aya.exe" et passez dans le champs "Argument" les paramètres :
--mode gtp --level max --chinese-rule



Impossible en revanche de faire fonctionner Aya avec Gogui.

Télécharger Aya ici : http://www.yss-aya.com/
(Rechercher le paragraphe intitulé "Go" et cliquez sur "You can get here aya634e.zip").



GoGui, interface pour moteur autonome

GoGui a été l'un des premières interfaces permettant, grâce au protocole GTP, de faire fonctionner assez facilement des moteurs de réflexion de Go. L'un des premiers à l'utiliser fut GnuGo. Assez sommaire et d'apparence daté, je l'ai utilisé car le moteur Oakfoam, que je voulais absolument arriver à faire tourner, dysfonctionnait  avec Darius Go et avec Drago. Les auteurs d'Oakfoam expliquaient comment le faire fonctionner avec GoGui. Plus tard j'ai pu faire fonctionner Oakfoam avec Sabaki, interface beaucoup plus moderne. Mais finalement j'ai souvent utilisé GoGui pour tester d'autres moteurs et c'est avec Gogui que j'ai essayé d'en apprendre un peu plus sur le Go.


Ce que j'en pense ?

GoGui a l'avantage d'être léger et pas moche, d'offrir les fonctions essentielles et d'être facile à utiliser.  J'ai pu faire tourner tous les moteurs sans difficulté à l'exception notable de Leela, Leela Zero et Phoenix Go. Par contre AQ, très fort moteur, comparable à Leela, fonctionne très bien avec GoGui.
Particularité très intéressante : il est possible de changer de moteur à tout moment sans mettre fin à la partie. Ce qui permettra par exemple de comparer des variantes jouées par tel ou tel moteur.
Le mode d'édition de parties est un poil limité mais très facile à utiliser et très intuitif. Somme toute, aucun gros défaut.



Installation du programme et des moteurs

J'ai trouvé GoGui dans sa version la plus récente, très bien francisée, associée à deux moteurs historiques, Amigo Gtp et Fuego. Téléchargez GoGui-Amigo et installez-le sur votre ordinateur. Vous le trouverez ici :
https://sourceforge.net/projects/amigogtp/
Attention : pour fonctionner, GoGui a besoin de Java Runtime. Le programme ne vérifie pas s'il est installé et vous le réclamera lorsque vous le lancerez, si Java n'est pas déjà sur votre ordinateur. Si c'était le cas, téléchargez-le ici :
https://www.java.com/fr/download/
Et installez-le.
Reprenons : téléchargez l'archive du moteur de Fuego, ici, et copiez le dossier qu'elle contient dans le dossier d'Amigo. Enfin, lancez GuiGo depuis le raccourci "Amigo" que l'installateur a copié sur votre bureau.
Pour l'instant, seul Amigo gtp est pris en compte. Son nom s'affiche d'ailleurs en haut à gauche de l'interface. Nous allons maintenant faire accepter Fuego, à GoGui. Amigo est sympathique pour les joueurs débutants mais Fuego, l'un des premiers moteurs gratuits à incorporer une routine MC, est bien plus costaud. Voici la méthode :

1/ Ouvrez le menu "Programme", "nouveau programme...". Une fenêtre s'ouvre. Dans le champs "Commande" il est possible de passer certains paramètres Gtp mais Fuego n'en a pas besoin. Cliquez sur le bouton à droite pour ouvrir une fenêtre d'exploration. Allez dans le dossier de Fuego et cliquez sur le fichier "fuego.exe".
2/ dans le champs "Répertoire de travail", indiquez le chemin du dossier de Fuego en recopiant les caractères du champ au dessus (Ctrl + c). Validez, Fuego est installé. Si vous voulez l'utiliser, menu "Programme", "Attacher" et choisissez Fuego.


Fichiers de configuration

Certains moteurs disposent de fichiers de configuration qui leur sont propres et qui peuvent être édités, afin d'affiner leur fonctionnement. Si Fuego peut fonctionner tel que nous venons de l'installer, il sera plus efficace si on parvenait à lui faire accepter certains réglages internes. C'est pourquoi je l'ai doté d'un fichier appelé "configfile.txt" qui contient des paramètres éditables, à modifier en fonction du matériel utilisé. Pour que GoGui le prenne en compte, il suffit d'ouvrir le menu "Outils" et de sélectionner "Envoyer le fichier". Une fenêtre d'explorateur s'ouvre. Utilisez la pour charger le fichier "configfile.txt", qui se trouve dans le dossier de Fuego. Ensuite, menu "Outils" et "ré-attacher le programme avec des paramètres".
Pour en savoir plus sur Fuego et sur l'édition de ce fichier de configuration, reportez-vous à la partie concernant Fuego, dans l'article "Les moteurs de Go".


Cas des moteurs ayant besoin de paramètres gtp

Certains moteurs ont besoin de paramètres Gtp spécifiques pour fonctionner correctement. C'est le cas de Mogo et de GnuGo. Ou alors ce sera pour affiner un réglage, comme par exemple forcer un certain niveau de jeu, si l'on ne souhaite pas que le programme joue à sa force maximale.
Ces paramètres doivent être copiés dans le champ "Commandes", après le chemin vers l'exécutable du moteur. Comme pour l'exemple de Mogo, ci-dessous.



Dans l'article "Les moteurs de Go" j'ai indiqué les particularités d'installation pour les interfaces GoGui, Dariush Go, Drago et Sabaki. Lorsqu'un moteur est incompatible avec une interface, c'est indiqué également. Pour installer ces moteurs avec GoGui, reportez-vous à cet article.



Edition de parties

GoGui peut relire les parties au format Sgf et bien sûr sauvegarder et relire vos propres parties. On peut se déplacer facilement dans une partie (y compris avec la molette de la souris), poser des signets attachés à un coup spécifique et reprendre la partie, en développant une variante.  
Même si l'on ne dépose pas de signet, on peut reprendre une partie à partir de n'importe quelle position et retrouver facilement cette variante en affichant le visualiseur d'arbre (F7 ou menu "Outils", "Visualiseur d'arbre").
Dans l'exemple ci-dessous j'ai joué deux variantes à partir du coup 114.



Je pourrai sauvegarder la partie depuis "Enregistrer sous" et la conserver avec ses variantes. Si l'une d'elle ne me convenait pas je pourrai la couper facilement en positionnant le curseur dessus puis, depuis le menu "Edition", "Couper" (la variante) ou "couper les branches filles" (tous les coups à droite du curseur).
"Détruire les variations adjacentes" fait disparaître toutes les variantes.
Si ma variante B me paraît meilleure que celle du cours initial de la partie, je peux en faire la variation principale ("Edition", "Choisir comme variation principale") . Les variantes sont alors réorganisées. La variante B devient principale et l'ancienne variante principale devient variante B.  
Il est bien sûr possible d'écrire un commentaire pour chacune des positions dans la fenêtre d'édition, sous l'horloge, que ce soit sur la branche principale ou dans l'une ou l'autre variante. On recherchera un commentaire particulier à partir d'une chaîne de caractères (Menu "Edition", "Trouver dans les commentaires...") ou en se déplaçant de commentaire en commentaire.
Plus simple, il n'y a pas !

Edition de positions

"Garder seulement la position" prend un "cliché" du goban. Qu'on peut ensuite exporter au format sgf comme simple position.
Sur une position quelconque, de quelques clics des oreilles gauche ou droite de la souris, on peut placer des pierres blanches ou noires, changer la couleur ou faire disparaître n'importe quelle pierre. Par contre on ne peut positionner aucun symbole sur le goban. Un peu léger mais là encore, l'avantage de la simplicité.


Lancer une partie

Inutile de fournir un mode d'emploi détaillé, juste une remarque : vous devez fixer les conditions de la partie avant d'en lancer une car par défaut ce sont les réglages précédents qui sont retenus. Fixez donc, depuis le menu "Partie" la taille du goban, le handicap, la couleur de l'ordinateur et si vous utiliserez ou pas l'horloge. Le reste se passe de commentaire.



Panda glGo

Initialement appelé GlGo, ce programme de jeu et d'études de Go open source a été repris et développé par Pandanet, l'un des plus importants serveurs de partie de Go, pour devenir un temps le client officiel du serveur sous le nom de Panda glGo.
Pandanet l'a toutefois abandonné au profit d'un autre client, GoPanda2, moins perfectionné mais plus moderne et plus fun. La dernière version de Panda GlGo est la 1.4 et elle date de 2008. Trop vieux, il ne permet plus d'accéder au serveur Pandanet.


Pas moche, interface sophistiquée pour un client de serveur de parties de Go...

Ce que j'en pense ?

En tant que programme de jeu autonome, Panda GlGo était intéressant pour un client de parties, dans la mesure où il offrait des fonctions d'études assez avancées. Son éditeur de parties charge toutes les parties au format les plus courant (sgf, ugf, ishi, jago xml), convertit tout au format sgf,  gère très bien les variantes et permet une navigation aisée grâce à une visualisation en arborescence des coups joués. En mode édition de partie, vous pouvez faire ce que vous voulez facilement, y compris marquer des intersections ou des pions à l'aide de lettres, de chiffres et des symboles conventionnels.

Il est aussi toujours un des rares programmes à offrir une vue 3D pour jouer. C'est de la 3D openGL, donc un peu à l'ancienne mais ce n'est pas désagréable de jouer, pour une fois, sur un goban au bois veiné vu en perspective, avec des pions texturés et ombrés.

On peut bien sûr utiliser Panda GlGo pour une partie en local contre le moteur de réflexion imposé: GnuGo 3.8, la dernière version stable fournie au public. C'est là que la bât blesse. GnuGo est un moteur de Go historique et vénérable mais qui n'offre qu'un niveau de jeu moyen. Et il n'est pas possible de faire accepter à GlGo un autre moteur. Enfin,  l'interface n'a jamais été francisée. Sabaki ou Drago vous en donne beaucoup plus... mais sans la 3D !


Téléchargement, installation

Vous téléchargerez le programme ici :
https://www.pandanet.co.jp/English/glgo/download.html
Il est disponible en trois versions : Windows, Mac Os et Linux.

Remarque: l'installateur ne contient pas le moteur GnuGo. Par contre, s'il est déjà sur votre ordinateur il le détectera et l'utilisera automatiquement, en principe. Si ce n'était pas le cas, il suffirait de lui indiquer le chemin vers l'exécutable "gnugo.exe".
Si vous ne l'avez pas, ne téléchargez pas la version proposée asur le site de Panda GlGo. Ce n'est pas la plus récente. Téléchargez plutôt la 3.8 ici :
http://gnugo.baduk.org/

L'installation est standard mais au lancement il est conseillé de faire un tour dans le menu "Préférences" du lanceur de tâches. Dans "Board type" de l'onglet "Global settings" vous choisirez entre goban 2D ou 3D, mais ne touchez surtout pas à "Sound". Sinon vous perdrez le son et une désinstallation-réinstallation ne suffira pas à résoudre le problème !
Depuis l'onglet "GnuGo", allez chercher au besoin la bonne version du moteur et ajoutez le paramètre additionnel "--monte-carlo" dans le champ "GnuGo parameters", si vous voulez améliorer la force du moteur sur un goban 9x9. Les derniers développements intégraient en effet  une routine Monte Carlo, mais uniquement sur grille 9x9. Attention: enlever ce paramètre si vous jouez sur un goban plus grand. Sinon: plantage du moteur.

Lancement

Depuis le lanceur de tâches en dehors des préférences vous pouvez encore :
➤Ouvrir un goban vierge prêt pour l'édition (Open a board)
➤Charger une partie (Load a game)
➤Lancer une partie contre GnuGo (Play GnuGo)
Si vous utilisez le goban 3D, notez que les paramètres sont bas par défaut. Ouvrez le menu "View" et dans "Display options", cochez tous les effets 3D, puis mettez tout sur "high".
Le reste est assez standard. Je n'insiste pas.

Changement d'apparence

les changements d'apparence, j'aime bien et je sais que vous aussi. Ce n'est pas essentiel mais étant donné que Panda GlGo est le seul programme gratuit avec Dariush 3D à offrir un goban en trois dimensions, autant pousser l'avantage.
Commencez par charger sur Robinson jeux ce set de fonds et de goban (Guerrilla's textures). Décompressez l'archive quelque part.

Pour changer l'image de fond ou la texture du goban, créez d'abord un dossier "data" dans le dossier "share" du programme. Il ne peut y avoir qu'un seul fichier pour le goban et un seul pour le fond.
Pour le goban, le fichier sera au format jpg, s'appellera obligatoirement "kaya.jpg" et mesurera exactement 512x512 pixels
Pour le fond, le fichier sera au format png, s'appellera "table.png" et mesurera exactement 128x128 pixels.
Prélevez ce que vous voulez dans le set, collez le fichier dans le dossier "data" et changez les noms (Les images sont déjà aux bonnes dimensions).

Pour ceux qui aiment bien les gobans "plats" style "applets internet", téléchargez ce jeu complet d'objets graphiques (tiré du frankiii's blog). Changez le nom du dossier "data" en "xdata" (pour que ce qu'il contient ne soit pas écrasé), décompressez l'archive et copiez-le répertoire "data" dans le dossier "share" de Panda GlGo.

Un petit exemple d'interface ainsi transformée :




Rob Robinson, février 2019

 




 
Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();