Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Hexen

FPS

Hexen Beyond Heretic et Hexen Death Kings of the dark citadel

Ces jeux seront les deux derniers de la lignée des Doom. Ils se présentent comme les suites d'Heretic, un jeu qui contrairement aux autres titres de la série se déroule dans un univers médiéval-fantastique. Mais autant Heretic n'était qu'un Doom dans un décor différent, autant Hexen a innové dans le gameplay et dans le concept du jeu.  Tout en recyclant une dernière fois la technologie vieillissante du doom engine...



Titre

Genre

Plateformes

Note

 

Hexen Beyond Heretic


Hexen Death Kings of the dark citadel

FPS médiéval fantastique



FPS médiéval fantastique


Windows / Mac / Linux / Unix (version Dos sous DosBox ou Doomsday)

****



****


Un FPS enrichi de beaucoup d'éléments d'action-RPG

En plus de sa thématique héroic fantasy, Hexen emprunte beaucoup d'éléments aux jeux d'action-RPG, pour enrichir la recette du FPS façon Doom. Le joueur a ainsi la possibilité de choisir, en début de partie, entre trois classes de personnages, chacune plus ou moins bien dotée en force, vitesse, résistance et magie. L'intérêt est que la manière de jouer change énormément, d'une classe à l'autre.
Le guerrier est assez lent et dépourvu de talent magique mais très fort, très résistant. Il peut aller au contact sans trop de crainte. Le magicien est physiquement faible et peu résistant, mais vif et ses pouvoirs magiques sont importants. Pour survivre, il doit absolument se tenir à distance. Le Clerc est un intermédiaire entre les deux, en quelque sorte moyen en tout.

Chaque personnage a ses propres armes. 4 au total. La première est une arme basique, qui ne consomme pas de fluide magique. La seconde utilise du fluide bleu, la troisième du fluide vert et la dernière les deux ensembles. Vous trouverez ces fluides un peu partout au cours de votre progression.
Par contre les développeurs du jeu ont négligé d'aller plus loin vers le RPG et les caractéristiques des personnages n'évoluent pas au cours du jeu.

Les interactions avec le décor sont plus importantes que d'habitude. Le jeu est étoffé par le recours fréquent à de nombreux pièges, qui se déclenchent sur votre passage : flèches, boules de feu ou d'énergie, trous béants s'ouvrant sous vos pieds, bloc qui vient du plafond pour vous écraser au sol ou qui monte du sol pour vous écraser au plafond... Ces pièges étant très coûteux en points de vie, voire mortels, nous sommes incités à nous déplacer avec précaution, en observant bien l'environnement, un peu comme Indiana Jones dans un temple Aztec.

Il est bien dommage que l'inventaire, ressource classique dans tous les RPG, n'ait pas été mieux mis à profit. Apparu avec Heretic, il existe toujours avec Hexen mais reste sous-utilisé pour la même et simple raison : vous pouvez toujours vous passer des objets de votre inventaire. Vous n'êtes donc pas incité à y recourir. L'idée est restée en jachère.


Architecture en Hub

L'autre grande nouveauté d'Hexen est son architecture en hub. Chaque épisode se déroule à partir d'une carte centrale d'où vous accédez à des cartes secondaires, qui ne s'ouvriront qu'au fur et à mesure de votre avancé. Mais la solution n'est pas totalement linéaire, comme les autres jeux Doom. Vous pouvez très bien ouvrir plusieurs sous-niveaux et y accomplir, dans un ordre quelconque, toutes les taches qui vous y attendent. L'intérêt du jeu y gagne en intensité. Par contre, c'est plus long et plus difficile, parfois décourageant. Lorsque vous avez enclenché un mécanisme, il est souvent ardu de déterminer ce que cela a fait changer, et où vous devez aller, d'autant plus que cela peut-être dans un autre niveau. Il est fréquent que l'on erre longuement, à la recherche de la petite chose qui nous a échappé. Bref c'est un jeu pour vrais gamers, pas pour les joueurs occasionnels.

Sonorisation très soignée

La sonorisation d'Hexen a été très étudiée, pour l'époque. Les raclements, grincements, claquement, clapotis et autre bruits contribuent pour beaucoup à l'ambiance du jeu.  


Ce que j'en pense ?

En conclusion, Hexen a été un grand jeu, beau et difficile. Couplé avec Doomsday ou avec Zdoom, qui en améliorent considérablement les graphismes, il vaut encore largement le détour. Sauf que il n'est aujourd'hui plus abandonware. Théoriquement, vous devriez le payer pour l'utiliser. Toutefois on le trouve encore sur de nombreux sites.

Téléchargement et installation

Il n'est plus question d'utiliser le jeu dans sa version d'origine sous Dos, et ses sévères limitations : faible résolution d'écran, crénelage, ergonomie d'un autre âge...
Comme pour tous les jeux de la lignée Doom, il faut faire tourner le jeu avec l'un des autres moteurs graphique développé par la communauté. Je vous conseille particulièrement soit Doomsday, soit Zdoom. Ces deux "portages" offrent un rendu considérablement amélioré.




Solution avec Doomsday

C'est la solution la plus performante et elle est assez facile à mettre en oeuvre. Vous n'avez besoin que de télécharger le fichier wad puis  de l'activer dans Doomsday. La méthode est décrite sur cette page du site Robinson Jeux. Vous pourrez télécharger le wad d'Hexen - Beyon Heretic sur Robinson Jeux Gratuits
Même chose pour Hexen Death Kings of the dark citadel, ici...


Solution avec Zdoom


Zdoom est un autre portage de Doom. Techniquement, il est inférieur à Doomsday. La version standard ne prend en charge que peu d'effets graphiques, mais si vous pouvez utilisez la version Open GL, vous obtiendrez un rendu presque aussi bon qu'avec Doomsday. La grosse différence se situe au niveau de la vue libre, permettant de regarder vers le haut ou le bas. Avec Zdoom, vous devez utiliser deux touches supplémentaires du clavier. Avec Doomsday, la vue libre est acessible directement à la souris, ce qui est beaucoup plus pratique. Par contre Doomsday manque de fiabilité. J'ai rencontré beaucoup de difficulté pour jouer à Hexen avec Doomsday, certains mécanismes enclenchés ne produisant pas l'effet escompté (voir plus haut).
En revanche, aucun problème de ce coté là avec Zdoom. Je suis allé très loin dans le jeu sans rencontrer la moindre difficulté, sauf quelques petits bugs d'affichage sans influence sur le cours du jeu.
Pour utiliser Hexen avec Zdoom, il suffit de récupérer le wad, de le copier dans le dossier de Zdoom et le glisser-déposer le fichier wad sur l'exécutable de Zdoom. La méthode est décrite sur cette page du site Robinson Jeux.
Vous pourrez télécharger le wad d'Hexen - Beyon Heretic sur Robinson Jeux Gratuits
Et enfin Hexen Death Kings of the dark citadel ici...

A noter : Edge, portage  proche de Doomsday par les performances (offrant lui aussi la vue libre totale), n'a pas pu faire tourner Hexen...

Jouer avec Hexen

Téléchargez le manuel du jeu en français ici :
http://www.abandonware-france.org/ltf_abandon/ltf_jeu.php?id=410&fic=liens

Si vous jouez avec Doomsday, la première chose à faire et de choisir des touches qui vous conviennent à partir du menu Options, Controls. Les touches d'inventaire et les touches pour zoomer ou unzoomer sur la carte doivent être changées de toute façon...

Pour commencer une partie, vous devez choisir un personnage et un niveau de difficulté.
Le chasseur, un classique guerrier, est le personnage le plus facile pour débuter. Par contre, vers le milieu du jeu, son manque de compétence magique devient un handicap. Le mage est le plus intéressant et le plus fort en fin de jeu, mais sa faiblesse rend son usage difficile au début. Avec le mage vous serez contraint de recourir à toutes les ressources de votre inventaire. C'est le personnage qui vous permettra d'exploiter le jeu à fond mais ce n'est pas facile de débuter avec lui. C'est pourquoi je vous conseille de faire vivre un moment un premier personnage créé à partir du Clerc. Sa masse d'arme est faiblarde, mais vous aurez accès très vite à sa première arme magique, l'arc serpent, qui à l'avantage d'être une arme de jet. Comme il est un peu fragile, ça permet de le tenir à distance.
Il y a 5 niveaux de difficulté. Au niveau cinq, le plus difficile, les monstres sont plus rapides, mais pas plus puissants. Par contre ils sont incroyablement plus nombreux et votre personnage est contraint à l'abattage industriel. Je n'ai pas trouvé ça ni vraiment intéressant ni même seulement amusant.  Finalement j'ai fait jouer de nombreux personnages, la plupart du temps au niveau 1.


Les objets du jeu

Au cours de votre avancé dans le jeu vous ramasserez beaucoup d'objets. Les plus utiles sont les recharges de mana vert ou bleu, pour votre ou vos armes. Il suffit de passer dessus et elle vont immédiatement accroître votre stock. Beaucoup d'autres objets vont par contre se ranger dans votre inventaire et doivent être utilisés de façon volontaire.
Pour ouvrir l'inventeur il faut actionner l'une des deux touches que vous aurez choisi pour faire cycler les objets. Quant le bon objet est sélectionné, un appui sur Entrée l'active.
Vous rencontrerez fréquemment :
Des fioles vertes. Elles contiennent un poison qui se diffuse sous la forme d'un nuage empoisonné assez persistant. Pour l'utiliser, il faut le sélectionner, le valider puis partir très vite sans quoi il va vous tuer vous-même ! Si vous devez économiser le mana de vos armes, c'est une excellente solution pour éliminer des groupes compacts de monstres. Il faut pour cela les attirer vers les nuages empoisonnés. Exemple typique : les obliger à passer par une porte ou a monter des escalier après avoir fait exploser plusieurs fioles. Comme ils montent et descendent sans cesse, ils passent et repassent dans les nuages toxiques. Assez efficace.

Très nombreuses, les fioles Quartz flash sont des potions qui remontent vos points de vie quand vous les activez.
Les autres objets sont plus rares et leurs effets sont plus amusants qu'utiles. Citons rapidement :
Le porkator, figurine rare qui transforme un ennemi en cochon.
Le Defender : item qui vous rend invulnérable pendant une durée limitée.
L'Urne Mystique, qui remonte vos points de vie au maximum. A conserver et à utiliser en cas de mort imminente.
Les bottes de vitesse, qui permettent de courir plus vite.
Les ailes de Wrath, qui permettent de voler (mais on ne les a jamais quand on a a besoin).
Il y en a d'autres. Consultez le manuel.

Progresser dans le jeu

Pour savoir ou vous en êtes, affichez fréquemment votre carte et apprenez à changer d'échelle. C'est indispensable car les niveaux sont très complexes. Chaque fois que vous activez un mécanisme, il se passe quelque chose, quelque part. Parfois c'est évident, parfois beaucoup moins.
Sauvegardez souvent, à partir de F2 (vous pourrez récupérer une sauvegarde avec F3).
Au milieu du deuxième hub, je suis resté bloqué très longtemps et même en regardant 1000 fois les vidéos en ligne je n'ai jamais pu trouver ce que j'avais loupé. De toute évidence il s'agit d'un bug du fonctionnement avec Doomsday, car en rejouant avec Zdoom je n'ai rencontré aucune difficulté de ce type. Au point que je me demande si ce n'était pas tout simplement un bug.
Pour me tirer d'affaire, j'ai triché pour franchir le cap. Si ça vous arrive, la solution, pas très élégante, est de franchir la porte qui reste obstinément fermée avec un cheat code. Vous trouverez tous les codes ici :
http://www.gamekult.com/jeux/code-hexen-SU3010000545a.html#tips3047006796
Je n'en ai utilisé qu'un seul : casper, qui permet de passer à travers les portes et les murs. Une fois de l'autre coté, vous pouvez tuer les monstres présents mais vous ne pourrez activer aucun mécanisme et vous continuerez à passer à travers le décor. Il faudra refaire casper pour revenir en mode normal.
Je dois dire que je suis allé beaucoup plus loin, par la suite avec Hexen couplé à Zdoom. J'ai bien eu quelques bugs d'affichage mais rien de bien grave. Tous les mécanismes enclenchés ont produit les résultats attendus. Par contre il y a énormément de dénivelé dans Hexen, ce qui fait que l'on n'arrête pas de monter et de descendre. Avec Zdoom la vue libre totale de Doomsday m'a parfois manqué...

Hexen Death Kings of the dark citadel

C'est en quelque sorte un Hexen 2, comme il y a eu un Doom 2 : il n'y a aucun changement dans le jeu si ce n'est bien sûr qu'il s'agit d'une aventure toute neuve. Qui démarre très fort, avec un premier Hub vraiment difficile. Au niveau le plus faible, il y a beaucoup de monstres et surtout, si vous tournez en rond trop longtemps, ils vont finir par vous avoir à l'usure. Car contrairement au premier opus, là où vous les avez déjà éliminé, ils se reproduisent à intervalles réguliers en groupe massifs (voir plus haut les liens de téléchargement des fichiers wad...)

Note :
*****

Rob Rob (actualisation septembre 2017)





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();