Comme Robinson dans la crise spécial jeux gratuits

Rechercher
Aller au contenu

Menu principal

Zdoom et Zdoom GL portages de doom

FPS

Zdoom et Zdoom GL

En 1998, le code de Doom a été libéré ce qui a poussé de nombreux programmeurs à proposer des moteurs alternatifs pour piloter les fichiers wad. L'objectif étant de doter les jeux d'un rendu plus moderne. Il a eu ainsi des quantités invraisemblables de portages : Chocolate Doom, Doom Retro, Boom, PrBoom, MBF, ZDoom, ZDoomGL, GZDoom, CSDoom, Edge, 3DGE, Vavoom, Doom Legacy, JDoom, Doomsday...
Doomsday est incontestablement le plus avancé, mais il est de santé délicate et c'est le moins universel de tous les ports de Doom. Il fonctionne principalement avec les jeux officiels de la lignée des Doom et avec les quelques conversions plus ou moins soutenues par id-sofware.

Zdoom est, graphiquement parlant, moins avancé que Doomsday. Son principal défaut est de ne pas offrir la vue libre permettant de diriger le regard vers le haut où le bas à partir des mouvements de la souris. On peut le faire à l'aide de deux touches du clavier. C'est mieux que rien mais c'est évidemment moins pratique. Par contre, ce port est très fiable, il est pratiquement universel : 95% des fichiers wad fonctionnent avec Zdoom. Il est aussi très stable bien que avec les maps les plus lourdes j'ai eu beaucoup de plantages à la relecture d'une sauvegarde.
Autres avantages : il est très facile à utiliser et il existe outre la version Windows, une version Mac et une version Linux.

Zdoom a par ailleurs, sous l'égide d'une nouvelle équipe, donné naissance à un autre portage :  Zdoom GL. Cette ultime évolution de Zdoom prend en compte la couche graphique Open GL, permettant aux iwads de tirer partie de la puissance des cartes 3D en affichant de nombreux effets comme les transparences, les lumières dynamiques, les effets de fumée et de particules, les shaders, le filtrage des textures...  Inconvénients : elle n'existe que pour PC et Windows. Et la version GL est un petit poil moins universelle que la version standard.


Téléchargement et mise en route

Vous trouverez la version standard de Zdoom pour Windows et Mac sur cette page du site officiel du port.
La version Linux a été développée séparément ; vous la trouverez sur le site Ubuntu-fr
Enfin, la version Open GL est téléchargeable sur le site officiel de ce port amélioré.

Pour la mise en route je me contenterais de parler de la version PC. Il suffit de décompresser l'archive dans un dossier. Les jeux que je vous propose sur ce site étant essentiellement des conversions de Doom 1 et Doom 2, il faut que vous copiez les wads de ces deux jeux dans le dossier de Zdoom.
Ensuite il faut copier dans ce dossier le ou les wads d'une conversion quelconque. S'il y a plusieurs wads dans votre archive, c'est celui dont le nom se rapproche le plus du nom du jeu qu'il faudra demander au portage d'utiliser. Certaines conversions sont aussi flanquées de quelques fichiers annexes. En principe ils sont inutiles mais si vous craignez que des données manquent au jeux, mettez-les tous dans le dossier de Zdoom. Je vous avoue qu'informatiquement parlant, je ne sais pas comment cela fonctionne. Par contre il est totalement inutile de copier les fichiers txt, bat, exe, diz, jpg...
Pour lancer le jeu il faut glisser-déposer le wad de ce jeu sur l'exécutable zdoom.exe ou zdoomgl.exe, selon la version. Normalement le jeu devrait démarrer, après vous avoir demandé de préciser à quel jeu d'origine il faut se référer, Doom 1 ou Doom 2. C'est pourquoi c'est une information que je précise pour tous les titres testés.
Lorsqu'un wad n'est pas pris en compte, ce qui arrive assez rarement avec Zdoom, le moteur lance par défaut le jeu dont ce wad est une conversion.

Organisez un dossier complet par wad

Lorsque vous jouerez avec le jeu vous effectuerez des sauvegardes ou vous ferez peut-être des copies d'écran.  Celles-ci s’accumulent dans le dossier du jeu sous les noms de save1, save2, save3, etc. A la fin de chaque niveau, le système crée automatiquement une sauvegarde appelée auto1, auto2, auto3, etc.
Si vous mettez tous les wads dans le même dossier, vous ne vous y retrouverez plus dans vos sauvegardes ou dans vos images et les sauvegardes auto des anciens jeux seront écrasées par celles des nouveaux.
C'est pourquoi il est recommandé, après avoir paramétré le programme à votre goût, de dupliquer le dossier entier et d'en avoir un complet pour chaque conversion.


Paramétrage

Display options

Les paramètres par défaut de Zdoom sont réglés trop bas. Le port lance le jeu en plein écran, avec une résolution faible. Je vous conseille immédiatement d'aller dans les options et de sélectionner Set video mode. Mettez Fullscreen sur no, choisissez une résolution adaptée à votre écran et enfin, un ratio hauteur-largeur (en cliquant plusieurs fois sur Force aspect ratio). Lorsque vous aurez trouvé la bonne résolution et le bon ratio largeur-hauteur pour votre écran vous pourrez tenter de voir ce que ça donne en plein écran.
Notez qu'afficher des résolutions très élevées n’amènera aucun gain et fatiguera votre processeur et votre carte graphique inutilement.

Maintenant ouvrez Display options et mettez :
Use Fuzz effect sur translucent
Rocket trails, blood type et bullet puff type
sur particles.
Malheureusement il y a peu d'effets à sélectionner avec le Zdoom de base.

Pour la version Open GL vérifiez que Renderer est bien sur Open GL. Et dans le menu Display, ne manquez pas de cliquer sur Open GL options. Vous avez beaucoup de choix ici. Regardez particulièrement les textures. Si vous avez une machine récente je vous conseille de choisir les paramètres les plus optimistes et de regarder le résultat. Il est probable que ça passe sans problème.

Vous trouverez ici une réglette, appelée Brightness, qui vous permet d'assombrir ou d'éclaircir l'image. Par défaut le rendu est très sombre. Personnellement je l'ai éclairci un peu.

Par défaut, vous n'avez pas de réticule de visée pour vos armes. Le choix Crosshair est donc sur none. Vous pouvez ici vous choisir un réticule parmi 4 ou 5 formes différentes.

Les contrôles

Dans les options ouvrez ensuite le menu Customize controls. Programmez ici vos touches habituelles. N'oubliez pas de choisir une touche pour sauter (sans quoi vous ne grimperez pas sur les volumes) et une autre pour courir. Courir est quelquefois indispensable, quand une porte se referme très rapidement alors que la commande est à distance. A ce sujet, vous trouverez un choix  Always run dans le menu options. Mais courir tout le temps va vous priver de précision quand vous aurez à passer d'une hauteur à une autre. Le mieux est peut-être de sélectionner Always run quand vous en avez besoin.

Si vous utilisez les touches fléchées pour vos déplacements, les flèches gauche et droite vous font pivoter et non translater. Pour translater, le programme vous propose par défaut deux autres touches,   associé aux fonctions Strafe left et Strafe right. Je vous conseille d'y affecter les flèches gauche et droite.
Enfin, choisissez des touches pour look up et look down. Elles vous permettront de regardez vers le haut ou le bas, ce qui reste parfois très utile...

Notez que la touche Tab vous permet d'accéder à la carte. La carte construite par Zdoom n'est pas géniale, avec ses tons marrons clair à marron foncé, mais elle reste très utile. Il y a deux touches pour zoomer et unzoomer sur la carte. Vous remarquerez que lorsque vous êtes sur l'écran de jeu, ces même touches vous permettent d'agrandir la vue vers l'avant en supprimant le HUD...

Gameplay options

Ici vous pouvez agir sur certains paramètres permettant d'influer sur la difficulté du jeu, mais plutôt dans le sens de la triche. Personnellement il m'est arrivé de cocher Infinite Ammo, qui vous donne des munitions illimités pour toutes les armes pour lesquelles vous avez encore au moins une munition. Uniquement dans le but d'accélérer un test. Les choix de triches reviennent toujours à no quand vous relancez le jeu.


A lire sur ce site, pour compléter votre information :

Doom 1 et 2 : article sur les deux premiers jeux dont la plupart des conversions sont tirées

Les conversions de Doom :

Doomsday : ce portage est le plus puissant mais ne vaut que pour les jeux de la série et les add-ons officiels.
Edge : portage plus sophistiqué que Zdoom mais moins universels.
Heretic : un Doom transposé dans un univers médiéval-fantastique.
Hexen Beyond Heretic et Hexen Death Kings of the dark citadel : les deux derniers jeux de la lignée des Doom, sur une thématique médiéval fantastique.

Les conversions de Doom : les conversions officiels de Doom 2.
Les conversions non-officielles de Doom 1 et 2


Rob Robinson, août 2015





Retourner au contenu | Retourner au menu _gaq.push(['_trackPageview']); (function() { var ga = document.createElement('script'); ga.type = 'text/javascript'; ga.async = true; ga.src = ('https:' == document.location.protocol ? 'https://ssl' : 'http://www') + '.google-analytics.com/ga.js'; var s = document.getElementsByTagName('script')[0]; s.parentNode.insertBefore(ga, s); })();